Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Cultivons la curiosité

Y-a-t-il un flic pour sauver la Reine ?

Y-a-t-il un flic pour sauver la Reine ?

Avec "Y-a-t-il un pilote dans l'avion ?", nous avons découvert le type de comédie dite "ZAZ" qui concerne les producteurs. Zucker, Abrahams et Zucker. Le genre de film qui se base sur des gags visuels et parfois sur des jeux de mots limites, mais assez marrant. On retrouve aussi les plans "nichons", qui se veulent polissons, un peu à la "Benny Hill" si vous connaissez. On constate que "Police Academy" est cité sur la jaquette du DVD français, alors que seul Pat Proft, un des scénaristes du film cité et de celui de ce jour, est commun aux deux œuvres. Il s'ajoutera à la fameuse équipe ZAZ. Jerry Zucker, Jim Abrahams et David Zucker complète donc le quatuor de scénaristes. Ce dernier réalise d'ailleurs ce long métrage qui est l'adaptation cinématographique de la série TV "Police Squad".

Après le succès de "Y-a-t-il un pilote dans l'avion ?", les ZAZ s'engagent dans une série TV, qui mettra en scène Frank Drebin, un policier maladroit joué par Leslie Nielsen. Un peu comme la Panthère Rose, en moins British si j'ose dire. Bon, le show sera un échec, mais rebondira dans les salles obscures. Assez tardivement en vérité, vu que "Y-a-t-il un flic pour sauver la Reine ?" (merci l'adaptation française et son titre à rallonge) ne sort qu'en 1988. "The Naked Gun : From the files of Police Squad!" (OK, le titre original est pire que le français) en VO, va nous faire découvrir ce personnage un peu gauche de Frank Drebin, qui arrive à résoudre des affaires en provoquant catastrophe sur catastrophe.

Le film offre ainsi 1h21 de rigolade, ou non. Je l'ai vu en version française pour le coup. On trouve les voix de Jean-Claude Michel (Peter Graves notamment, ou ici Leslie Nielsen), Céline Monsarrat (la voix de Julia Roberts, Priscilla Presley pour le film que nous voyons), Bernard Tiphaine, Benoît Allemane. Cette VF est plutôt sympa j'ai trouvé. Avec un bon rythme de la vanne. Mais passons, car le film débute par le suivi d'une voiture de police, avec une caméra embarquée juste derrière le gyrophare, et on verra tout le côté un peu ubuesque du film. La voiture traversant un salon notamment.

Mais l'histoire se lance vraiment quand Nordberg (O.J. Simpson), un policier, va se prendre une tonne de balles, tirées par des truands. Mais pas que, car ici on voit l'influence du cartoon quand le pauvre policier va se prendre toutes les souffrances du monde, se brûlant la main, se tâchant sur une porte à la peinture fraîche, se coinçant les doigts dans la fenêtre. Bref, nous sommes devant le long métrage depuis 5 minutes, et on a déjà vu le plan douche des filles (en suivant la voiture au début) et les gags visuels proches des dessins animés. C'est à la fois drôle et pitoyable, mais quand on est très jeune, ça peut faire rire.

Frank Drebin (Leslie Nielsen) va devoir enquêter sur la tentative de meurtre sur son ami Nordberg. Il doit faire vite car la Reine du Royaume-Uni doit débarquer sous peu. C'est au port que Frank va offrir un interrogatoire de plus hilarant. Voici une belle idée des scénaristes, que je vous laisse découvrir en VF.

Vidéo de dirty Harry

Le coup de "l'achat" du témoignage qui se retourne est franchement hilarant je trouve. Et le film possède quelques bonnes idées de ce genre. Des gags plus classiques ne manqueront pas de faire rire aussi. Comme quand Frank s'introduira chez Ludwig (Ricardo Montalban), le méchant de l'histoire. Enfin, pas chez lui, dans son bureau. Oui, j'avance rapidement dans le déroulé du film, mais cette scène et ce qui s'ensuit montre bien les points positifs et négatifs du film. Ainsi, les catastrophes ne cesseront de s'enchaîner alors que Frank trouve la preuve que Ludwig va chercher à tuer la Reine.

Il mettra le feu au bureau du méchant, bonjour la discrétion, mais la scène est drôle, c'est ce qui arrive après qui gêne. Alors qu'il fuit par la corniche (assez dangereuse tout de même, vu la hauteur de l'immeuble) et on voit immédiatement les statues qui font offices de gargouilles. Ce sont des hommes et femmes nu.e.s. Frank tripotant les seins de la statue, avant de tomber sur une vraie poitrine. Ce qui ne manquera pas de provoquer la peur chez la jeune femme qui voit cet homme la tripoter (involontairement il est vrai). Mais le pire arrive, alors qu'il manque de chuter, notre héros s'agrippe au pénis d'une des statues, ne manquant pas de la redresser... c'est bizarre, mais pas fini. Vu que le kiki va se détacher et voir Frank entrer chez la femme tripotée, manquant de l'agresser avec cette bite en béton.

Si, quand la mairesse détaillera la scène pour mieux engueuler Frank, c'est assez drôle. À voir, c'est gênant. Bon, ensuite, le policier va évidemment faire une bêtise avec la Reine, ce qui lui vaudra une mauvaise presse et une mise à pied des services de police. Avant tout ceci, Ludwig avait chargé sa secrétaire Jane Spencer (Priscilla Presley) de voir ce que pourrait trouver Frank de compromettant. En lui mentant sur ses réelles intentions concernant cette volonté d'en connaître plus sur ce que sait Frank. Jane va avoir une romance avec Frank. Et ce que le couple fera en 24 heures va vous surprendre. Ceci marche plutôt bien, car c'est très drôle.

C'est d'ailleurs Jane qui va indiquer à Frank que Ludwig compte assassiner, enfin, faire assassiner plutôt, la Reine lors d'une match de baseball. Là aussi, avant et pendant le match, nous aurons droit à quelques scènes drôles. Comme le fait que Frank remplacera le chanteur d'opéra pour l'hymne étasunien. Ce passage aura une conséquence lorsque Frank pourra savourer le fait qu'il a sauvé la Reine. Le public croyant que c'est le chanteur. Bon, c'est dur à expliquer, mais ça marche très bien, et je trouve que c'est bien trouvé.

Notre héros va devoir prendre la place d'un arbitre, l'occasion de voir encore une scène cocasse, drôle sans l'être, quand Frank déshabille l'arbitre qu'il a assommé pour lui prendre ses habits. Et forcément, quand il se désape et que l'arbitre est étalé sur une table, un homme d'entretien arrive, croyant interrompre une relation homosexuelle. La tête de l'agent d'entretien qui indique qu'il passera plus tard, et la surprise que laisse transparaître Leslie Nielsen, ça peut marcher. J'avoue que la situation est drôle, mais il est un peu délicat d'en rire.

Frank va fouiller tous les joueurs comme arbitre et kiffer voir la foule réagir à ses annonces de balle bonne, même quand c'est contre les règles du baseball. En fin de match, les autres arbitres iront gueuler contre Frank. Cependant notre héros verra quel est le joueur qui a été hypnotisé pour assassiner la Reine. Il est interprété par Régie Jackson (un vrai joueur de baseball, très connu dans les années 80), et ceci va faire sortir son arme à Frank alors qu'il était en discussion avec les autres arbitres qui, de suite, diront "wooh, c'est bon, pas la peine de s'énerver, tu as raison". Le décalage est plutôt drôle pour le coup. Bon, à la fin, la Reine est sauvée, Frank s'occupe de Ludwig, et tout est bien qui fini bien.

Comment dire, ce film est, dans l'ensemble, rigolo. Mais il est trop typé années 80 pour être efficace de nos jours. Pourtant, j'y ai vu plein de bonnes idées. Le coup du port avec "l'achat" du témoignage qui se retourne, la voiture qui part toute seule à la suite d'une maladresse de Drebin, une love story qui parodie les films romantiques. Le cast semble s'amuser à faire n'importe quoi. Leslie Nielsen devient le "Roi" du film à l'humour décalé, limite parodique, qui marquera toute une génération qui a grandi dans les années 80-90 (dont je fais partie j'avoue). C'était sympa, ça provoque parfois des rires, mais ça afflige tout autant. Le résultat est mitigé, à voir même si je le trouve largement inférieur à "Y-a-t-il un pilote dans l'avion ?" et même les Police Academy. Il m'est délicat de vous le proposer, surtout si vous n'avez pas connu les années 80-90, car le film vous paraîtra plus affligeant que drôle. Moyen donc.

@+

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article