Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Cultivons la curiosité

South Park - Saison 09

South Park - Saison 09

C'est le jour de mes 23 ans que l'épisode introductif de la saison 9 de "South Park" fût diffusé pour la première fois. Oui, j'essaie de faire original. Il faut dire que la série de Trey Parker et Matt Stone suit son bonhomme de chemin, et que la petite troupe menée par Stan, Kyle, Cartman et Kenny est désormais bien connue. Tout du moins ici sur Ashou.

Le moins que l'on puisse dire est que cette saison m'aura soufflé un chaud/froid assez impensable au moment où j'en lance sa lecture sur Prime Video. Le premier épisode, nommé "Le vagin tout neuf de M. Garrison" va me prendre à froid. Ou à sec, mais j'ai peur que ça ne fasse homophobe dit ainsi. Ici, le professeur homosexuel de nos héros va décider de devenir une femme. Il est étonnant de constater que j'en connais déjà l'issue, qui intervient pendant la saison 12 déjà traitée sur Ashou.

Il sera question donc de chirurgie esthétique. Mais pas que. Trey Parker qui scénarise et réalise va aller loin, très loin. Et même franchir une limite qui manqua de peu de me faire lâcher cette saison. Mais il va donc parler des docteurs qui, contre beaucoup d'argent, changent les gens sans vraiment se soucier des retombées, des chocs, que cela engendre.

Il n'y a aucun problème avec M. Garrison, désormais Mme Garrison, mais Kyle veut devenir basketteur. Et comme il est petit et roux, et bien il ne réussit pas le test. Résultat, se sentant grand et noir à l'intérieur, il va voir le docteur qui a opéré Mme Garrison. Et le voilà grand et noir. Seulement, ce qu'ignore le petit garçon, c'est qu'avoir l'apparence d'un basketteur ne lui offre pas le physique. Surtout que Kyle voit ses rotules de genoux remplacées par les couilles de feu M. Garrison. Si il fait un effort dessus, elles exploseront.

En parallèle le papa de Kyle va devenir un dauphin, ne cherchez pas, et il va nous parler des difficultés qu'ont les handicapés, avec l'humour acerbe de la série. C'est plutôt bien fait, mais très sanglant. L'épisode m'avait dégoûté lors de l'opération de M. Garrison. En plus j'étais en train de manger, alors bon, on voit le professeur aller sur la table d'opération, avec les commentaires du chirurgien et là, on se mange des vraies images d'ablation de testicules. Des images réelles qui ne manquent pas de donner la nausée.

Je crains énormément en plus tout ce qui est opération, mais là, j'ai franchement limite vomi. Il s'en est fallu de peu pour que j'arrête tout. Ça m'arrive peu souvent, mais je vous assure que c'est hyper dur à prendre de face. Heureusement, si la série continuera sur sa lancée de faire du trash, elle sera beaucoup moins gerbante par la suite.

Quand Cartman va lutter contre les Hippies par exemple. Avec une allusion à Woodstock évidemment, à la drogue, mais aussi une parodie du film "Fusion". Un film catastrophe qui envoyait des scientifiques au centre de la Terre pour rétablir les courants magnétiques il me semble. L'épisode est marrant, mais sans plus. Et le suivant ne sera guère meilleur, allant allégrement sur le racisme contre les asiatiques et les Chinois et Chinoises en particulier. Mais avant regardons un extrait de la version française (toujours excellente) de l'épisode des Hippies.

Vidéo de Extraits South Park

L'épisode 3 voit les enfants devoir s'occuper d'une femme Chinoise, afin de lui faire gagner un concours télévisé de chant. La Triade sera de la partie, Sly (Sylvester Stallone) aussi, et la critique des agences d'actrices et acteurs est virulente mais méritée. L'épisode est franchement pas top, mais il se voit tout de même. Le "Potes pour la vie" est déjà plus sympa. Avec Satan qui décide d'envahir le paradis. Seul Kenny, maître de la console portable de Sony (la PSP) peut aider les troupes Angéliques à triompher du Mal.

Ici, il faut que Kenny meurt, mais ses amis veulent qu'il reste en vie, même dans un état végétatif. Il y a donc critique des soins palliatifs, tout en faisant une petite parodie de la saga cinématographique du Seigneur des Anneaux. L'épisode est sympa. Tout comme "La mort d'Éric Cartman". Ce dernier étant tellement chiant que ses amis décident de l'ignorer. Résultat, le petit garçon croit être décédé et il trouvera avec le pauvre Butters, une oreille attentive afin d'essayer de faire le bien pour pouvoir aller au Paradis.

L'épisode est très bon, mais celui qui arrive repart dans le trash, avec Jimmy qui souffre d'érections sans savoir comment gérer. Butters va lui filer un tuyau, de mettre son zizi dans un vagin et il gicle du lait et c'est bon. Résultat Jimmy va se retrouver dans une histoire folle avec une prostituée, un mac, du sang, bref, un truc inutilement trash que l'on oubliera rapidement.

Surtout que "Deux jours avant le jour après demain" va nous montrer intelligemment toute la stupidité des adultes. Stan fait une grosse connerie (bien aidé par Cartman reconnaissons-le) et le gigantesque barrage aux Castors de Beaverton va céder. Inondant la paisible bourgade. Seulement, les adultes cherchent un fautif, George W. Bush, les terroristes ? Non, finalement le réchauffement climatique sera fautif, et les gens fuiront cette plaie qui semble vouloir les dévorer.

Sur fond de "Le jour d'après", on nous montre le côté ridicule des adultes quand ils sont persuadés d'une chose. Comme quoi tout se refroidit (même si la météo ne bouge pas d'un iota), et on les voit faire n'importe quoi pour survivre à... rien en fait. L'épisode est très bon. Bon, "Marjorine" est mignon, avec les garçons qui vont essayer de voler un engin incroyable dont les filles se servent pour prédire l'avenir. C'est en fait une feuille de papier repliée, je ne sais plus le nom, mais ça me fascinait quand j'étais petit. On compte et on déplie un truc et ça délivre un message souvent flou, qui répond forcément à la question posée.

Ici on constate plus que jamais que Butters est ultra attachant. Ses parents sont des grosses merdes par contre, mais passons. Car on va voir Mme Garrison essayer de casser un loi contre le mariage homosexuel dans l'épisode qui suit. Ironique. Ceci par pure jalousie car M. Esclave est désormais en couple avec Al. Voir Mme Garrison être devenue aussi homophobe est triste je trouve. Mais ce qui m'attriste le plus est de constater que des gens, des vraies personnes, pensent pareil dans la vie. Passons, car Stan et Kyle vont offrir une belle leçon sur l'amour et la capacité d'élever un œuf, même dans un couple homosexuel.

On y verra aussi une belle image adulte de la mère porteuse quand Wendy demandera à voir son "œuf". Mais nous voici déjà sur la guerre des roux. "Les Rouquins" va voir les roux et rousses se rebeller. Suite à une mauvaise blague de Cartman, Kyle décide de lui donner une leçon en le transformant en roux. Résultat, Cartman va se retrouver à la tête d'un rébellion qui ira loin, très loin. C'est bien foutu, drôle, et ça passe donc. Tout comme "Piégé dans le placard" qui défonce la scientologie.

Dans cet épisode on y verra John Travolta, Tom Cruise et R Kelly se faire humilier. Avec cette fabuleuse phrase "Mais Tom, sort du placard", comme pour lui demander de déclarer son homosexualité, alors qu'il s'est enfermé dans le placard de Stan. Histoire assez sympa, qui prouve que les sectes peuvent facilement vous happer dans un moment de doute.

Restes les deux derniers épisodes. Des petits bijoux à mes yeux. Entre la parodie de "Sauver Willy" qui montre que les adultes sont des connards à jouer avec la naïveté des enfants (et que le Mexique n'est pas si nul que ça) et le traitement de l'alcoolisme du dernier épisode, c'était sublime. Sur le pénultième épisode, une phrase m'a fait hurler de rire, "il y a d'autres pays du tiers monde avec un programme spatial". Quand les garçons raccrochent avec Vladimir Poutine et considèrent donc la Russie comme un pays du tiers monde.

Le dernier épisode parle avec justesse de l'alcoolisme de Randy, le papa de Stan. Certes, il insulte l'église catholique, certes il est inutilement sanglant, mais quelle justesse dans les propos de Stan. Le petit garçon fait tout pour aider son papa et a compris, mieux que les adultes, la façon dont les alcooliques doivent gérer leur addiction. J'ai adoré cet épisode.

Au final, hormis un départ gerbant, avec des images dont je me serais passé, la saison fonctionne. Quand il est question de sujets sérieux, je trouve que la série sait en parler. Les sujets tabous sont là, évoqués frontalement, et on y voit tantôt une parodie, tantôt une image réelle et violente de notre monde. À travers la vision de quatre petits garçons de 8 ans qui vivent dans une petite ville des États-Unis d'Amérique, on nous raconte, parfois mal, des sujets d'actualité en 2005, voire même toujours à jour en 2021. Bref, une saison qui se termine mieux que ce qu'elle avait commencé, que je vous conseille de voir si vous aimez le show. En serrant les dents sur les images violentes du tout premier épisode.

@+

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article