Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Cultivons la curiosité

South Park - Saison 07

South Park - Saison 07

Stan, Kyle, Kenny et Éric reviennent. Et ça va chier. Ou non. En fait, on va plonger dans 15 épisodes, cette fois-ci tous présents sur Prime Video, toujours d'environ 22 minutes. Et il y aura un côté un peu plus méta, avec Kyle qui aura de bonnes questions pour le coup. Retournons donc à South Park, Colorado, après une vidéo qui me permet de clore une des plus pitoyables introduction jamais effectuée sur Ashou.

Vidéo de Loupieur

Fait étonnant, après une précédente saison qui tentait des trucs, comme le fait de ne presque pas voir Kenny, on devine que la saison 7 va revenir sur une structure classique. Tellement classique que dès le premier épisode Kyle a un sentiment de déjà-vu. En effet, on se retrouve sur une introduction qui reprend le tout premier épisode de la série. Celle dans laquelle Éric Cartman aura une sonde anale. On en découvrira l'utilité. Ce qui permet à Trey Parker (ici réalisateur et scénariste) d'épingler la stupidité des chaînes de télévision avec la télé-réalité. Un épisode qui fonctionne encore aujourd'hui. Le problème est que l'on retrouve ce côté sérieux, dénonçant un problème ou une dérive de la société, avec un humour franchement gore.

Cartman s'amusant à péter sur Kyle dans une séquence qui semble durer une éternité. Même si Chef l'indique, que c'est lourd, bah c'est lourd. Mince, c'est complètement con ce que je dis. Je crois que c'est ici qu'est évoqué le centième épisode de la série. Alors que quand on regarde la numérotation, ce serait plutôt le 97è. C'est à ne rien y comprendre.

J'ai oublié de dire que la saison fût diffusée de mars à décembre 2003, après donc une pause de 3 mois. Et nous voici sur une histoire centrée sur Jimmy et Timmy. Les deux enfants lourdement handicapés. Jimmy en a marre de voir Christopher Reeves attirer toute l'attention alors que c'est un "faux" handicapé (il n'est pas né comme tel, mais l'est devenu). Il va vouloir fonder son groupe, en excluant quiconque ne serait pas né handicapé. Ce qui énerve Cartman.

Dans sa volonté de faire son groupe, les hommes de fer, Jimmy va apprendre l'existence d'une communauté portant ce nom à Denver. Manque de bol c'est un gang dangereux, qui va voir les deux enfants handicapés d'un mauvais œil au début. Mais Timmy et Jimmy, bien malgré eux, vont prendre part à cette guerre de gang. Provoquant tout d'abord catastrophe sur catastrophe, puis arrivant à réconcilier tout le monde. En parallèle de cette histoire sympathique, on ira sur le gore avec un Christopher Reeves qui recouvre ses fonctions motrices en aspirants des cellules souches issues de fœtus avortés. Oui. Et c'est à gerber.

On voit bien le problème de l'humour de la série. Chercher à provoquer le dégoût chez les spectatrices et spectateurs, en allant franchement (et inutilement selon moi) dans le trash. Comme quand les enfants mouleront un pénis en cours de poterie. Et ils iront vandaliser la maison de la prof avec du papier toilette. L'enquête qui suit remémore "Le silence des agneaux". Et montre le "crime" des enfants comme un meurtre immonde. Ici, l'humour fonctionne bien je trouve. Ce décalage entre une bêtise enfantine et un crime odieux étant parfait.

S'ensuit un épisode qui relatera une partie de l'Histoire des États-Unis d'Amérique. Avec le passage des Pères Fondateurs. Très intéressant, on verra cette critique tellement éveillée de Trey Parker (il réalise et scénarise quasiment tous les épisodes de cette saison 7) de ce que sont les U.S.A., à savoir un pays qui fait la guerre, et s'insurge contre pour se donner bonne conscience. Après nous verrons un épisode qui insultera sans vergogne Jennifer Lopez, tout ça pour une sale blague de Cartman. Pas trop drôle. Celui qui arrive après dans lequel les enfants se retrouvent apprentis policiers contraint de démanteler un trafic de drogue tout en évitant les flics ripoux, bah il est pas trop mal cet épisode.

Par contre celui sur les Natives (ou Indiens d'Amérique) est moins sympa selon moi. Tout comme celui nous parlant des Métrosexuels. Ces hommes hétérosexuels qui prennent soin d'eux, prenant les codes des homosexuels sans l'être. Ce qui provoque une rébellion de monsieur Garrison. Ah, le passage sur le rock chrétien est lui aussi pas terrible. C'est pourquoi je passe rapidement. Le coup des personnes âgées qui provoquent des accidents en roulant n'importe comment pose une vraie question.

Ce n'est pas parce que dans ta vie tu as pu faire de grandes choses, comme piloter un avion pendant la seconde guerre mondiale, qu'à 70 ans passé tu as les mêmes réflexes. Si le scénario exagère volontairement la dangerosité des personnes âgées sur la route, il pose la grande question de savoir où s'arrête la liberté ? En ôtant leurs permis de conduire aux personnes âgées, on les emprisonne. Quand un préposé à la destruction des licences dit à un vieux "allez en maison de retraite" et qu'il se voit répondre "plutôt mourir", il indiquera que ce choix aussi n'est pas mauvais. Assez gore, mais tellement bien vu, encore plus de nos jours, sur le choc inter-générationnel.

Un choc qui a lieu parce que les actifs ne se lèvent pas assez tôt. Ah, et les actifs (et actives) de South Park ne seront pas prêts pour ce qui suit. Mais avant, Cartman va être un pur connard en faisant croire à Butters que l'Apocalypse a eu lieu. Tout ça pour prendre sa place à l'anniversaire de Kyle. Ce dernier et Cartman ne s'aiment pas, même si ils sont amis. L'épisode est sympa j'avoue. Tout comme celui qui nous parlera des Mormons. Avec une explication qui verra Stan se poser des questions sur cette religion, l'adopter même, avant de se rendre compte que c'est une immense supercherie. Malgré la perfection proposée de cette vie, elle n'est que mensonge.

On aura droit à un épisode sur les cigarettes, et cette lutte entre un Rob Reiner obèse ne cessant de manger et l'industrie du tabac. Ici, les rôles sont inversés. L'industrie du tabac est bienveillante, laissant les gens choisir si ils veulent ou non fumer. Avec des chansons entraînantes d'ailleurs. Et Rob Reiner, qui cherchera à tout truquer. Allant même jusqu'à essayer de tuer Cartman pour prouver que le tabagisme passif tue. Ici, il faut prendre l'épisode comme une ironie, une... je n'ai pas le mot. Il faut voir l'inverse de ce qui est dit, évidemment.

Les deux derniers épisodes qui arrivent sont assez marquants. "Raisins" nous parle de l'industrie du... euh, sexe soft. Je ne sais pas comment le dire. Des serveuses aux noms de marques automobiles, montrant leurs "raisins", servent des clients en nouant un lien avec eux, afin d'avoir un meilleur pourboire. Sauf que tout le monde ici a 8 ans. Les serveuses (pas très futées comme le constatera la maman de Butters), et les clients. D'ailleurs Butters en fera les frais. S'amourachant de Lexus.

En parallèle, Stan voit Wendy rompre avec lui. Il ne s'en remet pas, ne comprenant pas. Il intégrera les gothiques afin de montrer son mal être. C'est d'ailleurs Butters qui le remettra sur le chemin de la raison avec un joli constat je trouve, souffrir fait partie de la vie, ça nous fait sentir vivant. Le dernier épisode est un spécial Noël. Cette fois, les Canadiens seront au centre du récit. Les parents biologiques de Ike, le frère adoptif de Kyle, viendront récupérer leur enfant.

L'histoire mènera les enfants en terres Canadiennes. Avec cette façon spécifique de les animer. On verra le Québec d'ailleurs. Et au moment où on se dira que quand même, Terre-Neuve n'est pas du côté de Ottawa, le récit nous l'indiquera de façon très intelligente. L'épisode reste rigolo et voit un antagoniste revenir.

Il y a une partie moyenne de cette saison qui la rend pas géniale. On reste sur ce schéma d'une histoire sympa, dénonçant correctement un souci de la société, avec un humour violent, direct. Et en même temps, on a droit à un truc toujours trash. Qui n'est pas toujours plaisant à voir. Pourtant, on reste captivé. Cette fois Kyle indique plusieurs fois ce qu'il va advenir dans l'épisode. Que ce soit lors du premier ou celui sur le tabac. Certes c'est imparfait, mais j'ai bien aimé voir cette saison. Pas impérissable, mais qui se paye le luxe de nous en apprendre plus (à sa manière) sur les Pères Fondateurs ou les Mormons notamment.

@+

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article