Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Cultivons la curiosité

South Park - Saison 04

South Park - Saison 04

Nous revoilà parti.e.s dans la petite bourgade de South Park, Colorado. Cette fois c'est pour 17 épisodes, toujours d'environ 22 minutes, et toujours avec l'excellente version française. Une quatrième saison qui sera diffusée d'avril à décembre 2000. Peu conventionnel comme façon de passer une "saison". Nous verrons que cette fois-ci, une évolution majeure interviendra lors de la pause "estivale" (qui aura lieu lors des mois d'août à octobre 2000).

Mais en attendant, les créateurs Trey Parker et Matt Stone ont toujours autant de choses bizarres à nous raconter. Quitte même à dégoûter par moment. Les deux compères se chargent de l'intégralité des scénarii de cette saison. Ils ne seront rejoint à l'écriture que sur l'épisode 2 par Nancy M. Pimental. Pour l'instant je vous laisse un bref instant avec le générique de la toute première saison. C'était juste histoire de placer une vidéo, car je n'ai rien trouvé de bien inspirant en vidéo courte concernant la saison 4.

Vidéo de Larisme

Une saison pourtant forte. J'ai déjà parlé du dégoût, mais pas de certaines scènes chocs auxquelles nous assisterons. Je ne me remets pas de la presque mort de Kyle, et encore moins de ce passage façon course dans un hôtel, où les enfants de South Park sont poursuivis par des putains de pédophiles. D'ailleurs, la pédophilie sera ouvertement évoquée ici, forcément pour la condamner, mais avec l'écriture acerbe de Parker/Stone.

La saison s'ouvre par un épisode moyen, concernant la petite fée des dents. Avec un Cartman qui pense avoir une idée de génie, pourtant déjà prise par le fils d'un mafieux à Denver. L'épisode est marrant, mais ne marque pas plus que cela. Le suivant est plus intéressant, et montre à quel point les adultes sont stupides. Vu qu'ils condamneront Cartman après qu'il ait jeté une pierre sur un de ses camarades. Ce dernier sera Afro-Américain, et les adultes en feront un crime racial, alors que Cartman s'en foutait de la couleur de peau de son camarade.

Nous verrons que ce ne sera pas la seule fois de la saison où la naïveté des enfants (et de nos 4 héros notamment) sera mal interprétée par les adultes. Ceux-ci ont tendance à sur-réagir. Mais avant cela, il y l'épisode introductif de mon personnage coup de cœur de cette saison. Timmy est un petit garçon handicapé, qui ne sait dire que son prénom, et doit se déplacer sur un fauteuil électrique. Il deviendra une star du rock. Un épisode qui se moquera violemment de Phil Collins d'ailleurs. Timmy reviendra souvent par la suite, mais j'en reparlerai.

Le coup des quintuplés, comment dire, entre le papi de Stan qui passera une folle nuit avec la grand-mère des ces jeunes filles, avec les allusions graveleuses franchement lourdes, puis le fait que l'on se moque ouvertement de la Roumanie, cet épisode passe mal. Pourtant, il montre une fois de plus la volonté qu'ont les Étasuniens de se mêler de tout, et le fait qu'ils se croient tout puissants. Disons que ce qui va suivre sera plus gore, et assez violent à voir. Le coup de Cartman qui va rencontrer des amis plus matures via internet de l'épisode suivant va nous parler de la pédophilie.

Oui, c'est frontal, c'est gore, et ça file des frissons d'horreur. Mais on perçoit toute l'innocence des garçons ici. Qui ne comprendront que tardivement que ce ne sont pas leurs amis, mais bien des pervers. Et tous les enfants de South Park seront pris dans le piège. C'est dans cette épisode que l'on découvrira un des nombreux secrets de Kenny, et qu'il y a bien un comptage effectué par ses camarades de ses morts.

Nous voilà au sixième épisode. Qui... est ultra gore. Avec les "médecines" alternatives. Des Mexicains qui se font passer malgré eux pour des Natifs Étasuniens, et une dame qui essaie d'en profiter pour soutirer de l'argent à la population de South Park. Kyle manquera de peu d'y passer avec ces conneries. Mais la pub des tampons en cheveux de Cherokee est effrayante de réalisme. On rit presque jaune ici.

Après il sera à nouveau question de racisme, avec le drapeau si spécifique de South Park, où nous verrons que les enfants n'ont pas du tout la même vision que les adultes. Le final "oui, mais il y a un noir parmi les bourreaux donc ce n'est plus du racisme" est une fois de plus effrayant de réalisme. Les gros cons de racistes pouvant faire/dire ce que l'on voit dans cette épisode. L'épisode 8 verra Cartman fonder un boys band. L'occasion d'écorcher l'industrie musicale et de voir une petite partie du passé du papa de Stan.

Après vient un double épisode. Le seul de la saison. Qui arrive juste avant la pause. Les garçons se rendent compte que c'est important d'aller à l'église, pour ne pas aller en Enfer. Le prêtre va péter un câble, et en parallèle nous verrons ce qui se passe en Enfer justement. Satan vit paisiblement avec son petit copain, juste avant que son ex, Saddam Hussein n'arrive et ne face douter le démoniaque personnage. Satan est très touchant dans ce double épisode. Et il y ira demander de l'aide à un personnage bien connu.

On voit aussi les garçons tout faire pour sauver l'âme de Timmy, car le prêtre a indiqué que si le petit garçon handicapé ne pouvait pas se confesser, il irait en Enfer. Je crois aussi que c'est dans cet épisode que M. Garrison va découvrir son homosexualité, jusqu'alors refoulée, qu'il n'acceptera que lors de l'épisode 11. Ce dernier montre une évolution majeure dans la série. Avec un nouveau générique, plus fort, plus puissant, et possédant plus d'explosions. C'est surtout le 4th Grade qui attend nos héros. Soit l'équivalent du CM1 chez nous.

Et les geeks qui vont se servir de Timmy et son fauteuil pour faire remonter le temps à tout le monde. Ce pastiche de "Speed" aussi, la mort violente de Kenny, le retour de M. Garrison, bref, cet épisode est plutôt bon je trouve. L'épisode 12 est plus conventionnel et se moque de "Dawson" avec une histoire bizarre de classeur dangereux. Je pense qu'un hommage à "Akira" est présent dans la forme de Cartman sur la fin de l'épisode, mais je ne suis pas certain de cela.

Ah, mon épisode préféré maintenant. Celui de Thanksgiving. Où la classe de CM1 va entrer dans une surenchère avec les Maternelles sur des informations fallacieuses de Butters (qui est impressionnable). Mais le top reste Timmy qui trouvera en Gobbles un équivalent animal. Gobbles est une dinde handicapée hyper touchante, qui fera de son mieux, comme le petit Timmy, et j'ai un peu eu peur de la voir mourir dans cet épisode j'avoue. Non, mais quand Gobbles va s'endormir près de Timmy, je trouve cette scène hyper belle et touchante. La mort finale d'une dinde est jouissive. Oui, bon, je vous révèle que c'est la dinde superstar qui va se faire plomber par les cons de chasseurs. J'ai adoré cet épisode.

On aura un épisode consacré à Pip, avec une parodie du roman "Les grandes espérances" de Charles Dickens (comme l'indique la fiche wikipédia de l'épisode). Honnêtement, je l'ai trouvé moyen. L'histoire est pourtant prenante, mais on y revoit de la pédophilie (la fille de la méchante arrive à capturer des adultes quand même), et je ne sais pas, mais je n'ai pas trop aimé. Tout comme le Camp de régime qui arrive après. Où Cartman se voit contraint d'aller dans un institut de remise en forme, un peu comme une colonie de vacances pour maigrir. Il fera tout capoter évidemment, mais le pire intervient dans ce qui arrive en parallèle.

Et c'est dégueulasse. Les garçons mettent au défi Kenny d'avaler n'importe quoi contre un peu d'argent. La famille du jeune garçon étant pauvre, il s'exécute. Et devient une super star du Trash. Allant jusqu'à faire une pipe à un animateur radio... enfin bon, dégueulasse. Tout comme la fin dans le vagin. Difficile épisode à voir tout de même. Pourtant, l'humour trash arrive à fonctionner et on sent la volonté de dénoncer les dérives de ce genre d'émission. Un paradoxe quand on sait que "South Park" joue sur son côté trash.

Les deux derniers épisodes s'avèrent sympas, avec une parodie de film de zombies combiné à "Le village des Damnés" si je me souviens bien. On y perçoit un brin de "Children of the Corn" de Stephen King aussi. Et le dernier épisode, spécial noël, nous remontrera M. Hankey. Avec la folie de noël qui s'est perdue. Et ça fonctionne pas trop mal.

Le pire, c'est que cette saison est marquante. Que ce soit par les situations gores, dégueulasses ou horribles dans lesquelles se retrouvent les héros. Pédophilie, homosexualité, handicap, racisme, sexisme, croyance en "médecine" alternative et j'en passe, les sujets évoqués sont très adultes. Trop même pour plaire à un public enfantin. C'est plutôt destiné aux grand ados et adultes pour le coup. Pourtant, le fait d'en parler permet de voir que les enfants ne voient pas le monde de la même manière que les adultes. Quand dans le pénultième épisode de la saison Cartman explique que le mot en "M" dit à la Police permet de se débarrasser des parents pendant au moins 3 mois, et qu'il reconnait ne pas savoir ce que ça veut dire, on perçoit toute la naïveté des enfants.

Et tout ceci part du fait que Kyle arrive à réaliser un exploit incroyable, qui lui permettra de se rendre compte que ses parents sont des menteurs. Donc c'est un peu le retour de pédale (ou de boomerang) pour les adultes. Ah, et j'ai oublié de dire que le dernier épisode est intéressant car il parle de la difficulté de réaliser "South Park", de façon très méta. Les garçons voulant réaliser un court-métrage avec des bouts de papiers d'eux-mêmes qu'ils animent à la façon de "South Park". On y verra la quantité astronomique de boulot que ça demande. Et on verra même le doublage. Un très bon épisode quand j'y réfléchis.

Une très bonne saison d'ailleurs. Qui ne laisse personne indifférent. Il y a des passages franchement gores, très difficiles à encaisser. Il y a des passages moins réussis que d'autres. Mais malgré tout ça marque. Timmy est un nouveau personnage génial. Qui justement ne se moque pas des handicapés même si on peut le croire au début. Il y a plus de violence il me semble, et toujours autant de références à la pop culture. Bref, une saison pas parfaite, mais marquante, divertissante, drôle et même parfois émouvante. J'ai aimé.

@+

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article