Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Cultivons la curiosité

No Game No Life

No Game No Life

Parce que Prime Video ne propose pas que des séries ou des films, voici l'occasion de voir ce que donne la section anime du service de streaming d'Amazon. Oui, je sais, nous n'avons pas encore vu de série ou de film à proprement parler. Vous avez raison. Mais quand on parle de ce service, on pense avant tout aux œuvres avec des acteurs et actrices, avouez-le.

Donc, "No Life No Game" est un anime de 12 épisodes d'environ 24 minutes qui me fait de l'œil depuis un moment. Il faut dire que sa sortie en DVD fait l'œuvre d'une édition magnifique chez Kana Home Vidéo. Un coffret que j'ai failli acheter avant de constater que je pouvais voir ceci sur Prime Video.

Petit défaut, les 12 épisodes mènent vers une fin ouverte. Forcément, le light novel original signé KAMIYA Yû existe encore et place un univers tellement gigantesque, qu'on a du mal à en voir la fin je pense. Depuis 2012, ces romans enchantent les jeunes adultes, qui ont dû vieillir depuis. Une adaptation manga vit le jour en 2013, tandis que l'anime suivit en 2014. Animé par l'excellent studio Madhouse, il fût diffusé au Japon la même année donc. Seulement, le coffret dont je vous ai parlé voit 6 OAV (Original Animated Video) compléter les 12 épisodes normaux.

Un film verra même le jour en 2017, toujours chez Madhouse, toujours scénarisé par HANADA Jukki et réalisé par ISHIZUKA Atsuko. Mais voyons voir de quoi il en retourne ? Car tout débute alors qu'une fratrie joue au jeu en ligne, et remporte une victoire délicate face à une personne qui se définit comme un Dieu. Shiro (11 ans) et Sora (18 ans) forment le duo sœur-frère connu sous le nom de Blanc. Et Blanc est invincible. Il faut dire que la jeune fille et le jeune homme sont complémentaires et possèdent toutes les qualités pour gagner à tout type de jeu.

On devine qu'ils sont reclus chez eux, n'aimant pas trop le monde réel, qui les ennuie et les effraie en même temps. Seulement, cette partie qui leur a valu quelques sueurs froides va les mener vers une aventure qu'ils n'avaient pas prévu de vivre. Mais avant tout, regardons l'opening (générique de début) qui va vous montrer la qualité de l'animation ainsi que la direction artistique colorée et tout aussi belle.

Vidéo de Crunchyroll Collection

J'ai oublié de le préciser, mais nous pouvons voir cet anime en version française et aussi originale sous titrée en français. Nos héros acceptent l'invitation de leur adversaire, vers un monde de jeu, ce qui les enthousiasment fortement. Malgré l'entrée dans ce monde alternatif, le Dieu Teto les accueille de façon originale, à travers une chute libre effrayante pour les deux Japonais.

C'est l'occasion pour le Dieu d'indiquer les règles qui régissent ce monde. Plusieurs races s'y affrontent, mais sans pouvoir s'assassiner. Non. Ici on règle les différends à travers le jeu. Jeu qui possède 10 règles à suivre obligatoirement. De toutes les façons, votre comportement vous impose de respecter ces préceptes. On note qu'il est possible de tricher, mais il faut que son adversaire ne puisse pas le prouver, sinon le jeu est fini.

Alors, pour ce premier épisode, tout va très très vite. Trop vite même. On peine à s'attacher aux personnages, en ne comprenant pas trop ce qu'est ce monde. Pire, le Dieu va énumérer les règles beaucoup trop rapidement pour que nous puissions tout apprendre. Seulement on devine que Sora et Shiro sont nettement plus intelligents que nous, et commencent à comprendre comment tout ceci fonctionne. C'est ainsi qu'ils arrivent à amasser un petit pécule assez rapidement, afin de s'offrir un gîte et le couvert pour quelques jours.

Honnêtement, hormis le premier épisode qui va vite et semble un peu malsain dans le rapport entre Siro et sa sœur Shiro (beaucoup plus jeune que lui), la suite sera nettement plus enthousiasmante. Quand le héros va se rendre compte que le monde dans lequel ils sont est divisé en 16 races, classées de la plus forte à la plus faible et que les Humains sont dans cette dernière, il va faire de son objectif de monter les échelons.

L'échelle va donc ne cesser de croître le long des 12 épisodes. Au début, le duo Blanc joue pour une chambre, puis le couvert, puis un royaume, avant de débuter la conquête du monde. Enfin, conquête, pas tout à fait, car l'objectif de Blanc est d'aller défier le Dieu Teto. Et ici nous n'atteindrons pas cet objectif qui paraît lointain à la fin du douzième épisode.

Qu'est ce qui est plaisant dans cet anime ? Déjà, vous avez pu le constater avec le générique de début, l'animation et la direction artistique sont à tomber. Le choix des couleurs, qui varient en fonction du jeu, les traits pas forcément noirs qui servent de dessin, on en verra des roses/rouges par exemple. Enfin bon, tout est magnifique pour la rétine, et sur ce point, c'est du tout bon.

Ensuite, le doublage en VO est nickel aussi. Rien à redire. Sauf peut-être sur les sous-titres qui parfois se décalent, ou n'arrivent pas à afficher le "œ" de sœur par exemple. Donc on obtient parfois Sora qui s'adresse à Shiro par un "Surette" un peu bizarre si on ne fait pas le lien. C'est un petit détail qui n'entache pas la vision de cette série.

Le monde est complexe, immense, c'est assez étourdissant au début. Puis on finit par suivre le duo qui prend les étapes comme elles viennent. C'est un petit point délicat, mais il faut bien se dire que l'histoire, ici du moins, n'aura pas une fin abrupte. Elle sera ouverte, et les 12 épisodes servent plus d'introduction à une immense aventure qu'autre chose. Ceci peut être un défaut qui, personnellement, ne m'a pas dérangé.

Par moment, les jeux et explications sont assez complexes. Ça, ça peut perdre la téléspectatrice et le téléspectateur. On arrive à saisir le principe, mais tout va trop vite. On se retrouve un peu avec le syndrome "Death Note", avec des personnages qui imaginent que l'adversaire sait qu'il sait qu'il sait qu'il sait... j'abuse un peu ici, car ce n'est pas tant poussé, mais sur certaines résolutions, on perçoit ce syndrome désagréable si on ne s'accroche pas un minimum.

L'univers est prenant, l'histoire est bien racontée, les personnages sont attachants, et l'animation est top. Il reste le défaut majeur. Un truc qui montre que l'on s'adresse à de jeunes hommes. Le fan service. Il est propre, on ne verra pas un téton, ni un vagin, mais on en est pas loin. Alors, je dis que c'est un défaut, mais c'est brillamment moqué quand Sora se joue de cette censure justement. Mais il ne se passera pas un épisode sans que l'on voit les courbes plus ou moins généreuses des personnages féminins, et c'est dommage.

D'ailleurs, notons que Sora ne sera entouré que de personnage féminin. Oui, il y a quelques hommes, mais ils sont rares. Je pense au papi de Izuna sur les derniers épisodes. Mais c'est bien famélique. Le plus important est de retenir que le staff en joue, et que c'est gênant, mais pas rédhibitoire. On s'en amuserait presque à la fin. Ça ajoute une dose d'humour avec un truc qui pourrait affliger.

À côté de ça, même si le premier épisode peine à me faire m'attacher aux personnages, dès le deuxième, ça va nickel. On perçoit mieux les caractères des protagonistes, et cette fois on éprouve de la sympathie pour eux. Même si certains caractères sont un peu trop poussés. Stephanie par exemple. La très belle petite fille du souverain décédé de Elchea. Qui va accompagner les héros tout du long. Elle a du caractère, mais se retrouve souvent en sous vêtements ou soumise en chien. Elle paraît stupide, disons naïve, et impulsive. J'aime beaucoup ce personnage, mais il est trop maladroit et naïf j'estime.

On sent que c'est une forme de Harem qui se forme autour de Sora, et c'est un peu gênant. Mais c'est là le seul gros défaut de cet anime. Un Isekai (quand un ou des personnage/s se retrouvent dans un monde alternatif) brillant, beau, drôle et bien conçu. On se plait à suivre les tactiques élaborées par Sora. La relation fusionnelle entre Shiro et Sora est touchante, et pas dans le sens dégueulasse du terme. Même si au début on pense que ça va partir sur ce chemin, le scénario en joue brillamment je trouve. Il y a un côté Shônen, dans le sens où une ennemie affrontée rejoindra le petit groupe. Oui, ennemie avec un "-e" car hormis Sora, il n'y a pas beaucoup de personnages masculins principaux. Au final, j'ai beaucoup aimé, et j'aimerai bien voir les OAV et le film, tout en sachant que je ne verrai probablement jamais le fin de l'histoire. Je vous le conseille si vous avez Prime Video.

@+

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article