Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Cultivons la curiosité

JoJo's Bizarre Adventure : Parties 1 & 2 : Phantom Blood et Battle Tendency

JoJo's Bizarre Adventure : Parties 1 & 2 : Phantom Blood et Battle Tendency

Les années 80 ont vu le manga accoucher de nombreuses œuvres désormais considérées comme cultes. Que ce soit un Shônen comme "Dragon Ball" ou Seinen avec "Hokuton no Ken" ou "City Hunter", le principe de garçons ou hommes luttant contre des hordes d'ennemis et triomphant systématiquement après un combat épique était posé. Le style nekketsu, qui montre un héros (pas d'héroïnes à ma connaissance) se surpassant afin d'atteindre son but, gagnant sur le fil des bastons contre des adversaires toujours plus puissants, ce style donc peut ne pas plaire. Argh, j'ai mal introduit, mais en gros, entre un Shônen du style de l'œuvre de TORIYAMA Akira et le côté plus mature de celle de TSUKASA Hôjô, il y avait un vide.

Une introduction bien maladroite pour en venir à l'œuvre du jour. En 1986, ARAKI Hirohiko ne se doute pas qu'il va créer un manga qui traversera le temps. Survivant même aux plus grandes œuvres du manga que j'ai cité plus haut. En effet, "JoJo's Bizarre Adventure" existe encore de nos jours. Nous verrons que c'est à travers un scénario intelligent que cette prouesse sera réalisée. Mais avant tout, parlons de la façon dont j'ai vu cet anime. Vous pouvez ainsi regarder la vidéo si le reste ne vous intéresse pas, car je vais parler de Crunchyroll et de ma venue à découvrir cette œuvre.

En effet, suite à ma découverte/plongée dans le monde du streaming, je me suis décidé à regarder ce que donnaient les services d'animation japonaise. Crunchyroll, ADN et Wakanime pour les plus connus. Il se trouve que le premier et le dernier sont accessibles gratuitement, pour peu que l'on ne veuille pas de doublage en version française, ainsi que le simulcast. Cette dernière option permet de voir les anime peu de temps après leur diffusion originale, souvent 1 heure ou 1 journée. Ah, et il y a de la publicité non évitable, un peu plus de trois minutes dispatchées le long de l'épisode.

J'ai commencé par Crunchyroll. Le plus connu des gratuits. Et j'ai fait l'erreur de débuter par l'application de ma XBox Series S. Ici, la publicité est monomaniaque, l'interface peu instinctive, et la manipulation à la manette délicate. C'est pourtant ainsi que j'ai débuté l'anime du jour, et j'ai directement plongé dedans. Pourtant, une fois passé sur Android TV (via une Xiaomi Mi TV Box S dont je vous parlerai un jour ou l'autre), ça va beaucoup mieux, c'est plus agréable, et les publicités sont moins "monotones". Sur XBox Series S j'avais 6 fois la même publicité. Bonjour la lassitude après.

Et pourquoi débuter par "JoJo's Bizarre Adventure" ? Parce que j'avais vu l'excellente émission "Dans la légende" consacrée à cette saga. J'étais donc curieux de voir ce que ça donnait. En plus, j'avais acheté les 5 premiers tomes du manga, mais voilà que je parle du sujet du jour, donc regardons un peu le premier opening et revenons en discuter.

Vidéo de Sendo8313

Ma tâche s'avère complexe. Comment vous retranscrire ce que cette première saison m'a donné ? Comment vous convaincre de franchir le pas et découvrir cet anime incroyable, qui est dans le genre nekketsu, dépassement de soi, too much on pourrait dire, et donc peut rebuter au premier abord. On va quand même essayer. D'abord, sachez que le manga est scindé en plusieurs parties. C'est ainsi que le mangaka arrive à faire perdurer sa série dans le temps. On suit la famille Joestar, à travers les différentes générations d'hommes qui la compose.

Cet anime date de 2012, possède 26 épisodes d'environ 25 minutes, et adapte les deux premières séries de manga nommées "Phantom Blood" et "Battle Tendency". Soit les 12 premiers tomes, ce qui va induire une histoire qui ira vite. Mais j'avoue qu'après la fin de l'épisode 26, je me suis dit "quel parcours accomplit, dire que le tout début parlait de Jonathan et Dio jeunes, waouh, il s'est passé une tonne de choses en fait".

Car oui, tout débute à la fin du XIXè siècle, les Joestar sont une famille de riches notables Britanniques. Jonathan, le fils, est un jeune homme plein d'entrain, prêt à défendre une fille qui se fait maltraiter par des petits voyous du coin. Pourtant, il va rapidement devoir apprendre à vivre avec un frère adoptif nommé Dio. Ce dernier est en fait ici pour se venger de la famille qui a provoqué sa pauvreté. Je vous laisse découvrir les tenants et aboutissants, mais sachez que c'est bien expliqué.

Trop bien expliqué d'ailleurs, un narrateur nous parlant beaucoup. Pour appuyer un trait de caractère d'un personnage, ou une situation. Voire même expliquer un mouvement en combat. Le narrateur est lourd. Il semble nous prendre pour des imbéciles, mais rapidement, on prend plus cela à la rigolade. Comme pour parodier certaines œuvres trop verbales. Entre le narrateur et les pensées des personnages, on frôle vraiment ce sentiment qu'on nous prend pour des cons et/ou des connes. Pourtant, c'est tellement bien raconté, bien jaugé, que c'est amusant.

Donc, Jonathan grandit avec Dio, et si en apparence, ils s'entendent bien, par derrière les deux désormais hommes ne se supportent pas. Arrive ce soir sombre où Jonathan Joestar (surnommé JoJo) va devoir se battre contre Dio. Provoquant la destruction du manoir de la famille Joestar. Alors entretemps JoJo s'est lié d'amitié avec un ancien voyou du nom de Speedwagon, et il convole avec la belle Erina, la jeune fille qu'il avait sauvé quelques années auparavant.

Alors que le combat fait rage, et est vraiment impressionnant, Dio perd et va se rendre immortel grâce à un masque en pierre. Dès lors, JoJo va tout faire pour arrêter Dio, qui se constitue une armée de mort-vivants retorse à vaincre. Heureusement, le Baron Zeppeli arrivera sur le chemin du héros, et lui permettra de maîtriser les ondes.

Les ondes sont en quelque sorte un super pouvoir enfouit en chacun et chacune de nous. Bien contrôlées, elles peuvent faire d'immense dégâts. Et là, on se rend compte que ce que nous avons vu jusqu'ici n'était rien à comparer des combats qui nous attendent. Ces derniers, tout le long de ces 26 épisodes, seront quasiment tous résolus en 1 épisode, et iront vers ce côté toujours plus, mais sans jamais être "trop". Je ne sais pas comment vous l'expliquer, mais on sent le côté exacerbés des combats. Seulement, au lieu d'être chiants comme dans un "Dragon Ball Z", ici, c'est passionnant.

C'est simple, on ne voit pas les épisodes passer. C'est surprenant, on se retrouve à se dire "déjà ?" alors que les premières notes de l'ending démarrent. J'ai retrouvé le côté spectaculaire, épique et plaisant des combats improbables vus dans "Slayers" et surtout "Slayers Next". Bon, je reconnais que les dessins sont bizarres, avec des poses impossibles et des physiques complétement incroyables. L'animation est plutôt sympa et efficace, tout comme la musique et le doublage.

Sachez qu'avant le milieu de l'anime, un combat énorme va avoir lieu et explique le saut temporel de 50 ans, qui nous fera découvrir un nouveau JoJo, Joseph Joestar, petit fils de Jonathan, qui va parcourir le monde, mais surtout l'Italie. On y retrouvera des personnages connus plus âgés, que je vous laisse le soin de découvrir. Joseph est comme son aïeul, attachant. Encore plus même car il a un côté énervé particulièrement comique. De plus, il devine tout, et ceci rend ses combats drôles.

Cette fois, nous sommes dans le monde d'entre deux guerres, et nous verrons des guerriers Allemands, des personnes Italiennes, des descendants de personnages connus. Un nouveau duo génial entre Joseph et Caesar va se former, c'est une petite révélation que je fais, mais on le devine d'entrée quand ils se rencontres. Et c'est un pur plaisir à voir. Il y aura aussi la belle Lisa Lisa, dont on va apprendre une tonne de chose sur elle vers la fin de l'anime. Elle sera la cause de l'unique fan service de celui-ci lors de l'épisode 18. Nous y verrons ses jolies fesses a deux reprises. Ce qui est dommage car l'anime avait réussi à ne pas sexualiser les (rares) personnages féminins.

N'empêche qu'ici, les hommes sont hyper musclés, beaux, et prennent des poses parfois drôles. Je repense au trio que va affronter nos héros. Esidisi, Wamuu et Kars sont quasiment nus, et prennent des poses de culturistes, je vous assure que c'est drôle à voir. D'ailleurs, à la fin, une explication du narrateur prouve le second degré dont fait preuve cet anime. Quand un personnage atteint le stade ultime, il y est question qu'il est fort, puissant, et beau comme une statue grecque. C'est ce genre de commentaires, qui ne payent pas de mine pourtant, qui provoquent le rire.

Difficile de vous donner envie de voir cet anime sans trop en révéler et sans trop paraître lourd. L'animation est sublime, pas parfaite, mais sublime quand même. Tout ici est exacerbé, tout va loin, mais pas trop loin. Mais surtout, malgré la quantité astronomique de combats, on ne s'ennuie jamais. La plupart se résolvant lors de l'épisode même (sauf sur la fin). Si "One Piece" réussit à ne pas lasser avec ses nombreux personnages et ses nombreux combats en parallèle, "JoJo's Bizarre Adventure" préfère enchaîner les ennemis. Le final de cet anime est juste... je n'ai pas le mot, désolé. C'est bjqifjQFMIJFFTRQ. Voilà.

Alors oui, ça peut ne pas plaire. C'est un délire dans lequel il faut entrer. Il faut tout prendre au second degré, le genre qui va chercher les limites et explique tout. Le narrateur et les personnages qui expliquent tout peut énerver. Mais c'est tellement bien fait que l'on en rigole plutôt que de s'en insurger. L'histoire est simple, mais captivante. Ceci grâce à la mise en scène qui ne vous fera pas lâcher votre écran. Je en m'attendais à rien de particulier, et au final j'ai trouvé une anime plus fort que "One Piece", "Naruto", "Bleach" et même "City Hunter". Un anime plus adulte, plus mature on va dire, qui me parle plus je pense. Après, d'un point de vue féminin, je ne sais pas ce que ça peut donner, mais les mecs sont hyper beaux je pense. En tout cas, un anime à voir, à essayer du moins, en le prenant comme il est, un gros délire à la limite de la parodie, et qui est de toute beauté. J'ai hâte de découvrir la suite.

@+

JoJo's Bizarre Adventure : Parties 1 & 2 : Phantom Blood et Battle Tendency
Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article