Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Cultivons la curiosité

JDG Anime Opening – STARRYSKY ft. Louis-San

JDG Anime Opening – STARRYSKY ft. Louis-San

Car 2020 aurait dû être l’année de tous les concerts, en ce lundi 13 Avril 2020, la ville de Lyon n'aurait pu être qu'une étape dans la première tournée nationale de ce groupe fondé grâce à internet. Et effectivement j’avais mon billet pour me rendre dans un petit bar du nord de ma ville natale (techniquement non, vu que c’est Villeurbanne, mais passons).

 

STARRYSKY est donc un groupe qui fait son bonhomme de chemin depuis plusieurs années déjà. Se lançant via un collectif dont il vaut mieux oublier l’issue, la formation a su rebondir et même obtenir une plus grande reconnaissance dans le milieu des conventions.

 

C’est à travers ces événements que le groupe a amélioré ses prestations scéniques, qui ne manquent pas de drainer beaucoup de spectateurs et spectatrices. C’est d’ailleurs lors de Japan Expo 2019 que j’ai pu constater qu’effectivement, le groupe envoyait du très lourd.

 

Avant tout connu pour avoir élaborer le générique de la web-série « Noob », le groupe ne cesse d’alimenter sa chaîne YouTube à travers les « Tai Reflections », ou de mettre en musique des textes signés de L’Hermite Moderne. Dont le fabuleux « Bowsette » a acquis rapidement un succès amplement mérité.

 

Avant de nous attarder sur la dernière vidéo en date du groupe, faisons un petit tour des membres. Tai « Shindehai » Wuang est le touche à tout du groupe. Chanteur, musicien (faire la liste des instruments qu’il joue serait trop longue), il est aussi un excellent écrivain et compositeur. Il est accompagné par Sasha Brown, à la voix puissante et claire. Capable de chanter en anglais, français et japonais, elle offre de plus, comme le reste du groupe, une prestation scénique qui ne manque pas d’impressionner.

 

Logan Sechi se charge de la guitare principale, avec un doigté tout aussi impressionnant que n’importe quel autre grand guitariste. Il en est de même pour la batterie de Yûki Takano, capable de varier les rythmes sans broncher. Il nous reste à voir l’instrument dont il aime se moquer. Neku Scheyen est à la basse, et je connaissais le Belge avant de m’attarder sur STARRYSKY. Il fait des vidéos YouTube très drôles, et depuis quelques années déjà il se consacre à STARRYSKY et son « journal du Mic Mac ». Une émission drôle, assez vite vue, que je vous conseille au passage.

 

Pour percer sur YouTube, il ne suffit pas d’avoir des voix et des musiciens hors pairs, il faut évidemment une esthétique qui marque et de qualité. L’illustratrice Kogane-Chan se charge de ce point avec un talent incroyable. Elle permet aux vidéos du groupe d’avoir une « patte » entre dessin Européen et Japonais.

 

Bref, le collectif est parfaitement équilibré, et on y voit tout l’amour des membres de celui-ci pour le Japon et sa culture. Tout en conservant cette culture Française qui est très plaisante à voir et entendre je trouve. Ce mélange fonctionne très bien, et trouve toute sa quintessence avec un générique ré-inventé pour l’émission YouTube bien connue qu’est le « Joueur du Grenier ».

Vidéo de STARRYSKY

C’est ainsi que le groupe fit appel à Louis-San afin de proposer à Sébastien Rassiat et Frédéric Molas un générique professionnel, digne d’un anime. Tai Wuang se charge de la musique, tandis que Sasha posera sa belle voix, accompagnée par Louis-San lui-même pour les passages plus « puissants ».

 

Sur la vidéo que vous avez peut-être regardé, Emeric Levardon se charge du montage des vidéos que nous voyons derrière la sublime illustration signée Kogane-Chan. Le tout nous offre une chanson étonnante, mêlant les diverses inspirations du groupe, mais aussi de l’émission. On retrouve ainsi des grands passages du « Joueur du Grenier », comme « Airwolf », ou les rages contre les jeux Infogrames.

 

La chanson s’offre un passage Rock-Metal que Sebastien Rassiat a certainement dû apprécier. L’occasion d’entendre la puissance vocale de Louis-San. Le passage rendant hommage au « Club JDG » est terrible (dans le bon sens du terme), mais le meilleur reste ce final qui reprend les notes du générique ancestral de l’émission. Un peu comme dans « Supercopter », les frissons nous prennent et on devine que le final est proche.

 

Pendant 4’10 le groupe, assisté par Louis-San, montre toute l’étendue de ses talents. La composition est efficace, les voix y sont claires, audibles, plaisantes. Il n’y a pas meilleure entrée en matière je pense. Si vous avez des doutes, jetez un œil sur la chaîne YouTube de STARRYSKY, ou leur site. Et si le besoin s’en fait sentir, un passage par leur bandcamp. STARRYSKY fait parti de ces rares groupes indépendants que j’aime beaucoup et que je soutiens.

 

Même si malheureusement je n’ai pas pu les voir en concert ce coup-ci. N’hésitez pas, lors d’un futur passage en convention, d’aller les voir, vous risquez d’aimer. En tout cas, vous en entendrez parler à nouveau sur Ashou, vu que j’ai profité du 27 Mars 2020, jour où bandcamp ne prenait pas de commissions, pour prendre l’intégrale du groupe.

 

@+

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article