Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Cultivons la curiosité

The office (U.S.A.) - Saison 01

The office (U.S.A.) - Saison 01

Après avoir vu la version originale Britannique, il est enfin temps de s'attaquer à la fameuse série "The Office" reprise par les cousins Étasuniens. Vous connaissez probablement le principe de faux documentaire, qui rend la série malsaine par moment. Et qui base son humour sur une interprétation dingue de ses actrices et acteurs. Ils et elles doivent jouer comme si c'était monsieur ou madame tout le monde. Avec parfois des regards à la caméra (difficilement tolérable dans une série classique), et des situations prises sur le "vif", où l'on sent que le personnage est fier de sa blague mais se rend compte que devant une caméra, ça ne le fait pas trop.

Vidéo de Final Trailers

Ainsi, Steve Carell porte le show tel Ricky Gervais en Grande-Bretagne. L'acteur y joue Michael Scott, le directeur d'une branche de papeterie dans une petite ville des États-Unis d'Amérique. On trouve aussi Rainn Wilson en vice-directeur un peu taré du nom de Dwight Schrute, John Krasinki est Jim, le commercial normal, banal, le penchant du rôle de Martin Freeman en Angleterre. Il y drague la secrétaire récéptioniste Pam Beesly. Interprétée par Jenna Fischer. On y retrouve le jeu du flirt entre les deux personnages. Ils sont simples, mais mignons.

 

On verra qu'elle est en fait fiancée à un manutentionnaire du dépôt. J'ai perdu son nom. Seulement sa relation semble conflictuelle. Jusque là, nous ne sommes pas perdu.e.s, vu que l'on reprend la même structure que la série d'origine. Pire, on retrouve dans les premiers épisodes les mêmes gags, les mêmes choses affligeantes. Celles-là même qui rendaient David Brent involontairement navrant. Ce sera la même chose avec Michael Scott.

 

En effet, le patron de cette petite papeterie est en fait raciste, sexiste, et pas drôle. Seulement, il semble ne pas l'être volontairement. Lors du match de basket, il va choisir le noir du bureau, croyant de façon débile, que comme il est noir, il sait super bien jouer au basket-ball. Ah, mais j'oubliais la technique. En fait, la saison 1 dure 6 épisodes de 22 minutes. Et c'est tout. C'est certainement pour cela qu'elle est vendue en coffret DVD avec la saison 2. Cette dernière sera plus longue, mais nous verrons cela plus tard.

 

En attendant, si on se retrouve en terrain connu, l'aspect redondant des vannes m'a un peu lassé. Comment dire. On dirait que c'est parfois la même chose, mais avec moins de talent de la part de Steve Carell. Alors là, ça y est, vous vous apprêtez à me brûler, mais comment dire...dans cette première saison (je n'ai pas vu les autres), Steve Carell arrive moins bien à faire passer le côté affligeant des remarques de son personnage. On sentait un vrai regard gêné de Ricky Gervais, ceci est moins flagrant chez l'interprète de Michael Scott.

 

Par contre, le faux couple Pam/Jim fonctionne à la perfection je trouve. Exactement comme pour la version Britannique. Ah, j'ai oublié aussi de citer le stagiaire qui arrive dès la premier épisode, Ryan, joué par un des scénariste de la série B.J. Novak. On le voit assez peu au final. D'ailleurs, j'ai constaté que pas mal de "meme" ou de Gif sont issus de la série. Avec Michael Scott, mais aussi Stanley (joué par Leslie David Baker) et Kevin (Brian Baumgartner). Bizarrement, ce n'est pas dans cette saison 1 qu'ils sont les plus drôles.

 

Car le vrai truc drôle reste les blagues faites par le duo Jim/Pam au fou Dwight. Rainn Wilson est immense dans ce rôle. Un fan de pouvoir, qui n'hésite pas à demander qui il faut virer. Il aime se sentir important, hors il ne l'est jamais. Et Jim en joue énormément. Je dois avouer que c'est bien là la seule chose m'ayant arraché un sourire le long de ces 6 épisodes.

 

On ne peut pas dire que ce soit mauvais, mais si j'avais dû juger la série sur cette saison, j'aurais lâché prise. Heureusement la saison 2 est aussi dans le coffret, ce qui permet de mieux juger sur une saison complète et longue. Si on connaît la série originale, aucune surprise ne nous attends. C'est très décevant. Surtout que Steve Carell n'a, pour l'instant, pas le niveau de Ricky Gervais. Le rythme paraît plus vif par contre. Mais comme les vannes ne sont pas immenses ou paraissent déjà vues, on s'ennuie presque. Presque car je reconnais que des petits trucs fonctionnent. Et la volonté de dénoncer les comportements inappropriés de certains personnages est très bien exposé.

 

Une première saison vite passée, et heureusement. Elle n'est clairement pas au niveau de la version Britannique, et il est difficile de comprendre comment cela a pu marcher. On sent un potentiel comique puissant, mais pas encore exploité. J'attends beaucoup plus de la deuxième saison, car pour en fonction que cette version Étasunienne est culte, pour l'instant ce n'est pas le cas à mes yeux. Ah, dernier point, je ne peux pas me mettre à la place des personnes qui vont découvrir la version U.S.A. avant celle de Grande-Bretagne, je pense que sans la redite de certaines vannes, cette première saison peut-être sympathique, voire drôle. En tout cas je suis resté sur ma faim, on verra bien avec la saison 2.

 

@+

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article