Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Cultivons la curiosité

The Good Place - Saison 01

The Good Place - Saison 01

Diffusée depuis près de 3 années sur NBC, "The Good Place" est surtout connue en France car elle fait partie du catalogue Netflix. N'ayant pas d'abonnement à ce service, j'avais entendu parler de loin d'une série au concept rigolo avec une actrice que j'aime bien, à savoir Kristen Bell.

Alors quand j'ai appris que la première saison serait disponible en août 2019, j'ai précommandé le coffret BluRay sans hésiter. Sans savoir que ce ne serait que 13 épisodes de 22 minutes auxquels j'aurais accès. L'avantage du coffret est qu'il contient aussi certains épisodes en version longue. Ce qui fait varier la longueur de 22 à 26 minutes. Parfois ils ne dureront que 23 ou 24 minutes. En tout cas, ces versions longues ne sont disponibles qu'en VOSTFr. Comme la façon dont j'ai regardé ce show. Petit trailer de la saison 1.

Vidéo de Small Screen

Tout débute dans une salle d'attente. Eleanore (Kristen Bell) semble sortir d'une petite sieste. La vérité est pire. La trentenaire est décédée et se retrouve dans une sorte de purgatoire. Sauf que ce n'est pas Saint Pierre qui l'accueille, mais Michael (Ted Danson). Il est architecte dans un lieu nommé le "Bon Endroit" ("The Good Place" en anglais). C'est sa première expérience comme architecte, et il se charge d'accueillir les âmes défuntes dans le quartier qu'il a lui-même conçu.

Il explique à Eleanore pourquoi elle ne se souvient pas de son trépas, particulièrement ridicule, et lui explique que le Bon Endroit ne voit que les âmes les plus pures et parfaites le rejoindre. Elle y découvrira son Âme Sœur, Chidi (William Jackson Harper), un brillant professeur d'éthique Sénégalais. Et aura droit a une belle petite maison à son image. Certes, elle est nettement plus modeste que l'immense manoir de sa voisine, mais une fois de plus, elle est à son image de femme altruiste et modeste.

On découvre les voisins, Tahani (Jameela Jamil), la grande femme qui aime organiser des fêtes mondaines, et son Âme Sœur Jianyu (Manny Jacinto), un moine bouddhiste qui a décidé de garder le silence, même dans la mort. Et ma foi, malgré le côté un peu m'as-tu-vue de sa voisine, la vie après la mort de Eleanore semble forte agréable. Cependant, il subsiste un soucis mineur, que l'on ne voit venir qu'à la fin de l'épisode pilote, et qui fait tout le charme de la série, Eleanore n'a pas sa place ici. C'était une garce même, ou tout du moins une personne loin d'être bonne. Elle aimait prendre des murges, gruger ses copines, vendre des médicaments à des personnes moralement faibles. Bref, elle n'a rien à faire au paradis.

Cette erreur, certainement due au manque d'expérience de Michael comme architecte, va créer des catastrophes ne devant pas avoir lieu dans ce quartier paisible et parfait. Eleanore va-t-elle arriver à cacher son côté "mauvaise" ? Chidi aura-t-il la patience de lui enseigner à être une bonne personne, capable de gagner sa place au Bon Endroit ? Autant de questions auxquelles la série et son créateur Michael Schur tenteront de répondre le long des 13 épisodes.

On découvre ainsi la vie parfaite dans ce quartier tout aussi parfait. On découvre Janet (D'Arcy Carden), un super ordinateur capable d'apparaître instantanément sous forme humaine et qui sait tout de tout et peut répondre à toutes vos volontés. L'actrice interprétant ce rôle est juste parfaite. Taciturne comme ce que nous nommons un robot, certaines de ses répliques sont hilarantes. Mais quand on y prête attention, tous les personnages sont ainsi. Même Tahani qui énerve au début.

En même temps, on découvre le passé des personnages principaux, ainsi on devine que Eleanore n'a pas eu spécialement une vie marrante, ce qui explique son comportement. On apprendra que Chidi, à trop analyser les situations, est incapable de prendre une décision, Tahani a toujours essayé de compenser le fait que sa sœur lui était supérieure en tout, par une grande bonté. Bref, on en apprend juste ce qu'il faut sur le passé des personnages pour arriver à ressentir de l'empathie envers eux.

On découvre aussi qu'il existe un Mauvais Endroit, un train aussi, que seule Janet peut piloter, et beaucoup d'autres choses que je vous laisse découvrir, comme ce qui est mis en avant sur le boitier de la saison 1, à savoir que l'on ne peut pas proférer d'injures. Il y a de nombreuses surprises, notamment l'ultime épisode, qui possède un twist qui m'a un peu déçu. Non pas parce qu'on le voit venir, mais juste car il remet en question pas mal de choses et se paye le luxe d'achever cette première saison sur un cliffangher bien chiant.

En fait, j'ai été déçu par le fait que les épisodes ne durent que 22 minutes environ, et non pas 40 comme je m'y attendais. Pourtant, la série sait prendre son temps, afin de s'attacher aux personnages, et de tout bien poser. La fin retourne un peu le cerveau et j'avoue que je n'aime pas, pourtant, je suis tellement attaché aux personnages, que j'ai hâte de voir la saison 2, prévue pour le 29 janvier 2020 en BluRay. Oui, je la réserverai, et oui, je prendrai plaisir à voir cette suite malgré le changement important.

Je vous recommande cette série, qui me semble être dans la veine de "Dead Like Me" (Eleanore fait penser à George), mais avec une côté plus léger je pense. Si vous avez Netflix, vous devriez découvrir urgemment ce petit bijou drôle, bien écrit, et qui possède une certain résonance dans notre monde. Vous devriez retrouver des situations que vous avez déjà croisées. En plus, sans être trop insistant, la série se paye le luxe de faire passer un message simple sur la vie. Ah, j'y repense, mais je n'ai revu qu'un épisode en VF, un épisode que j'avais vu en VOSTFr version longue, et des petits détails disparaissent. Comme une accolade entre deux personnages ayant le même prénom notamment, mais aussi des fausses injures qui disparaissent.

La VF est faite par d'excellentes doubleuses et excellents doubleurs, on retrouve Jean-Louis Faure, qui se charge notamment de Bryan Cranston (ici pour Ted Lanson), et Laura Préjean qui retrouve Kristen Bell ici. La localisation est délicate à juger, vu que je suis passé d'une version longue à une version classique. Mais il me semble que certaines vannes sont "censurées", ou du moins, moins virulentes. Bref, une VF de qualité, mais une localisation qui ne semble pas parfaite.

Bon, me voilà à la vraie conclusion de cet article. Je le redis, mais oui, "The Good Place" est une excellente série, divertissante, drôle. Faisant passer un message simple, comme quoi il faut juste vivre, et faire attention si certaines personnes paraissent mauvaises, c'est qu'il y a une raison. Elles peuvent chercher à se cacher derrière une sorte de carapace quoi. On ne voit pas arriver le twist du dernier épisode, qui semble se poser là pour faire un cliffangher. Peut-être est-ce pour cela que je n'ai pas aimé cette conclusion ? Car elle prend de cours. Mais plus je réfléchis à ce que cela implique, plus je me dis que oui, ça peut le faire, bien qu'il n'y ait que trop peu de logique à cela. Les actrices et acteurs sont impressionnantes et impressionnants. Un régal du début à la fin. Bien que cette dernière laisse une impression un peu choquante. Enfin bon, vivement la saison 2. J'adore.

@+

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article