Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Cultivons la curiosité

Je veux manger ton pancréas

Je veux manger ton pancréas

Toujours dans le cadre d'une semaine spéciale animation Japonaise, c'est cette fois-ci un film un peu plus ancien qui fût diffusé. Pas ancien en France, vu que sa date de sortie, initialement programmée pour le 21 Août 2019, est désormais le 13 Novembre de cette même année. C'est donc effectivement une avant-première à laquelle nous avons assisté. En VOSTFr pour info. Réalisé par USHIJIMA Shin'Ichirô, le film dure 1h48 et est une adaptation du roman "Kimi no Suizô wo Tabetai" (signifiant "J'aimerai manger ton pancréas" selon les sous-titres français du film) écrit par SUMINO Yoru. Le réalisateur se charge aussi du scénario, tandis que le Studio VOLN s'occupe de l'animation.

Malgré un titre quelque peu déstabilisant, vous constaterez dans la bande annonce qui suit, est dans un style coloré, mais aussi magnifique. Assez proche de ce que nous voyons chez HOSODA Mamoru, YAMADA Naoko (sur "Silent Voice") ou SHINKAI Makoto. D'ailleurs nous percevrons une ressemblance assez frappante dans l'utilisation des musiques du groupe sumika. On en parle juste après la vidéo sur "Fanfare" et "Shunkashûtô" de ce groupe.

Vidéo de Ciné Trailer

Après une courte introduction puissante, où l'on comprend que nous ne sommes pas face à une comédie romantique mais bien tout autre chose, "Fanfare" de sumika se lance. Donnant ainsi l'impression de se retrouver face à un épisode d'anime, comme se fût le cas pour "Your Name" de SHINKAI Makoto. À travers de nombreux plans, nous constaterons que l'animation, mais aussi et surtout les arrières plans, sont particulièrement travaillés. Et alors que l'évènement ouvrant le film refroidit un peu l'ambiance, cette chanson enjouée avec des plans colorés réchauffent le tout.

L'occasion de découvrir Shiga, jeune lycéen taciturne et solitaire. Il va ainsi nous raconter comment il est devenu plus proche de Yamauchi Sakura, la jolie fille quelque peu excentrique et maladroite. En effet, alors qu'il est à l'hôpital pour un examen d'usage suivant son opération de l'appendicite, il va trouver un journal intime. Il s'avère être celui de Sakura, qui est dans sa classe. L'occasion pour lui de découvrir que sous ses airs de jeune fille enjouée, elle cache un secret. Elle est condamnée par sa maladie dégradant son pancréas. Elle ignore précisément le temps qu'il lui reste à vivre, mais il n'est pas bien long.

Suite à cet évènement, elle va focaliser son attention sur Shiga, provoquant la jalousie des camarades de lycée. Lui qui ne veut pas faire de vague et encore moins se mélanger aux autres, se retrouve au centre de l'attention. Sakura a en effet décidé de vivre pleinement le peu de temps qu'il lui reste, et vu que sa famille est déprimante, et que ses ami.e.s les plus proches ignorent sa maladie, elle ne peut se confier qu'à Shiga. Ces moments passés ensembles pourraient ainsi faire sortir de sa coquille le jeune garçon.

Nous allons donc suivre ce duo surprenant, car en opposition complète de caractère. Le thème principal est d'ailleurs l'amitié, mais aussi comment affronter une mort certaine. Ce qui surprend le plus c'est la différence de caractère entre Shiga et Yamauchi. Le premier semble presque indifférent de la maladie de la seconde. Ce qui plait à Sakura. Avec lui, elle se sent vivante et du coup ne le lâche pas d'une semelle. Quitte à rejoindre le poste vacant (et ennuyeux) de bibliothécaire pour être plus souvent avec lui.

Il est assez délicat d'en parler sans trop en révéler, mais derrière sa joie de vivre, Sakura cache sa peur de mourir. Ainsi elle préfère être avec un garçon pas spécialement attirant et compatissant, afin d'oublier sa maladie et son funeste destin. Shigo, quant à lui, va apprendre ce qu'est l'amitié, et qu'il n'y a rien de tel pour se sentir vivre que de partager des choses avec quelqu'un que l'on apprécie. Le film dure 1h48 mais n'ennuie jamais. Tout juste l'épilogue est-il un peu long et cherche trop à appuyer sur la fibre lacrymale. Le pire étant que cela fonctionne. Si la fin est plutôt sympa, n'oubliez pas de rester après le générique. En effet, une scène vient clore à la perfection (et optimisme) ce film. Elle est assez longue en plus, 2 ou 3 minutes, et elle est sublime.

Sinon, en terme de style d'animation, on retrouve les tableaux que nous avons habituellement chez HOSODA ou SHINKAI. Pourtant, avec ses fleurs, ses couleurs, son histoire choquante, je le rapproche de "Silent Voice" de YAMADA Naoko. Si le duo improbable rappelle celui de "Liz et l'Oiseau bleu" de la même réalisatrice. Ici l'excentrique n'étouffe pas le personnage renfermé, au contraire, elle l'ouvre au monde. Le thème de ce film est très sombre, vu que l'on en connaît la finalité, et pourtant, malgré cela on a droit à une Sakura toujours souriante, enjouée, qui vit à cent à l'heure. On retrouve un peu le côté coloré mais aussi et surtout de grosses émotions qui arrivent par fulgurances. Il est évidemment difficile de retenir les larmes dans le dernier acte du film. Qui, je répète, insiste un peu trop. Le réalisateur appuie trop là où ça fait mal pour être certain que tout le monde pleure. Malgré ce côté insistant, ça fonctionne.

Sur les 3 films vus de la sélection anime diffusés par le cinéma de ma ville, celui-ci est le plus puissant en terme d'émotion. Il est aussi le plus simple à suivre et le plus réaliste. Même si Shigo est difficile à comprendre et à apprécier au début, les personnages sont attachants, et on comprend leurs réactions. On voit leur évolution, la plus spectaculaire étant celle du héros bien entendu. L'animation est excellente, et on nous offre des tableaux magnifiques. L' histoire est sublime, indiquant qu'il est important de vivre au jour le jour. Que vous pouvez mourir d'une maladie ou d'un accident, et que pour vivre pleinement, il faut s'ouvrir aux autres en étant optimiste quoiqu'il arrive. Nous sommes en face d'un film que je rapproche de "Silent Voice". Si vous avez aimé ce dernier, "Je veux manger ton pancréas" vous plaira. Un film sublime, touchant, qui mêle habilement les méthodes de SHINKAI, YAMADA et HOSODA pour notre plus grand plaisir. Le 13 Novembre 2019 vous savez quel film aller voir. J'ai adoré, achat indispensable en BluRay lorsqu'il sera disponible.

@+

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article