Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Cultivons la curiosité

City Hunter édition Deluxe tomes 27 & 28

City Hunter édition Deluxe tomes 27 & 28

Vous en avez l'habitude, dans cette édition de luxe du manga signé HOJO Tsukasa, on va voir ce que donne un duo de tomes, en l'occurrence les numéros 27 et 28. Comme d'habitude sur cette rubrique, dans les 2 tomes on verra 3 histoires, dont une débutée à la fin du tome 26. Le dernier chapitre du tome 28 introduira l'histoire suivante, dont nous reparlerons plus tard sur Ashou.

Ainsi, dans ces deux tomes nous passerons en 1991. Kaori en parlera dans le tome 28 il me semble. Il se trouve que nous nous approchons de la fin, et la relation entre Ryo et Kaori reste toujours au point mort malgré l'accélération montrée lors des derniers tomes.

Cependant, l'auteur nous gratifiera d'un passage sublime et marquant. Surtout lors de l'histoire de la femme qui sert de chauffeure. Une histoire durant laquelle Ryo attrapera froid, et où nous verrons Kaori s'occuper de son partenaire, en veillant à son chevet. L'étalon de Shinjuku ne semblera pas y prêter attention, sauf qu'à cause de sa grippe mal soignée, il aura du mal à viser et fera pleinement confiance en Kaori pour éclater un pneu.

Bon, là je me rends compte que j'ai confondu les histoires, quand Ryo tombe malade c'est lors de la dernière histoire complète du tome 28. Une histoire qui nous montrera que les Nogami ont encore une petite sœur aussi pénible qu'elles. Le jeu sur le fait qu'elle veut être écrivaine, et qu'elle prend exemple sur les personnes l'entourant, donc Saeko et Reika, offre un brin d'humour bien sympathique. Tout comme le coup du Lolicom. Mais ceci est une autre histoire.

Car si j'ai confondu les histoires, cela n'enlève en rien la beauté des vignettes quand Ryo fait une totale confiance à Kaori. Là il y a une grande émotion. Ce qui atténue quelque peu le côté bien lourd du "mokkori" que l'on verra pendant la mission de la conductrice de choc. Ce passage offre plein de choses assez basses à vrai dire. Cependant, on reconnaîtra que HOJO dessine de façon merveilleuse des personnages féminins tout aussi merveilleux. Surtout qu'il a tendance à les dénuder ce qu'il faut pour titiller l'imagination, sans jamais virer dans le vulgaire, et ça c'est très fort.

On trouve dans ces tomes un lot d'action bien sympa. Mais aussi des courses poursuites en voiture intense. Et on verra Kaori arriver à se débrouiller seule pour aider une cliente. Certes, Ryo n'est jamais loin, mais l'associée de Ryo se démerde très bien. Pendant la mission qui verra Miki se déguiser pour engager Ryo, on constatera que l'arme offerte par Ryo à Kaori est complétement déréglée, ce qui explique pourquoi la jeune femme ne touche jamais sa cible.

Le dessin reste exceptionnel, je l'ai déjà dit, mais cette façon de dessiner des femmes sublimes, tout comme les hommes aussi, carrés et musculeux, ça impressionne. Si Boichi va plus loin dans le côté musculeux de ses personnages, HOJO ravira les amoureux et amoureuses d'hommes ou de femmes (ou les deux). Je pense un peu à FUJISAWA, l'auteur de "GTO" qui aime dessiner des personnages féminins.

HOJO s'amuse aussi de son passif, car le coup des 3 sœurs Nogami, fera indéniablement penser aux "Cat's Eyes", sa série antérieure à "City Hunter". Et même si à la fin il semble s'en défendre en indiquant qu'il existe encore deux petites sœurs Nogami, on y pense forcément un petit peu. Les histoires contées ici sont assez basiques, même si le coup de l'hypnose est bien trouvé. On regrettera la trop grande présence de l'aspect graveleux sur une histoire (la deuxième il me semble). Là je réfléchis, et je crois bien que ce sont 4 missions qui sont menées à bien dans ces 2 tomes, enfin bon, peu importe, car ça reste plaisant à suivre.

De l'action, des voitures et personnages sublimes, pas mal d'humour (même si par moment c'est trop au niveau de la ceinture je trouve), des instants classes, et toujours ce quatrième mur qui, par moment, est brisé par l'auteur. Même si HOJO s'en sert de moins en moins. On ne peut que rire des grimaces de Kaori qui engueule Ryo, des vignettes complétement délirantes qui côtoient les dessins charismatiques. Bref, "City Hunter" approche de la fin, surtout avec la future histoire à venir, et c'est toujours aussi sympa à lire. J'ai adoré et continue de vous conseiller ce manga.

@+

City Hunter édition Deluxe tomes 27 & 28City Hunter édition Deluxe tomes 27 & 28
Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article