Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Cultivons la curiosité

Les dents de la mer

Les dents de la mer

"Jaws", ou plutôt "Les dents de la mer" sous nos latitudes. Un nom qui m'effraya longtemps quand j'étais minot. Je me souviens de France 3 qui rediffusait les films de la saga lors de vacances estivales. Des films faisant suite au premier film signé Steven Spielberg, déclaré comme le créateur du blockbuster. À savoir un film ayant un gros budget, destiné à remplir les salles obscures et donc à plaire à un large public. Un film à sensation aussi.

Plus tard j'ai même lu un hors-série du magazine "Mad Movies", je n'ai que peu de choses restées dans ma mémoire, si ce n'est un tournage épouvantable, avec un requin "marionnette" ne fonctionnant jamais, qui poussa Steven Spielberg à la fabuleuse mise en scène qu'on connaît aujourd'hui.

Vidéo de Films YouTube

Mais avant cela, parlons un peu de ce film sorti en 1975. Ici dans une version BluRay remasterisée absolument magnifique. Il dure environ 2h00, avec deux parties distinctes. La découverte de Amity, petite cité balnéaire qui voit les touristes affluer en été et dont les eaux seront en fait infestées de requins qui ont la dalle. Puis la chasse de cette immense requin blanc qui a tant effrayé les gens, avec 3 hommes à bord d'un petit chalutier. Nous y reviendrons plus tard.

Le début est assez classique et sonne comme un film d'horreur, des jeunes font la teuf sur la plage, une des filles a envie de jouer à séduire un jeune homme un peu saoul. Elle ira prendre un bain de minuit pendant que le jeune homme décuvera sur la plage. Manque de bol, la jeune femme se noiera et sera retrouvée en pièce sur la plage le lendemain.

C'est le chef de la Police tout droit venu de New York, Martin Brody (Roy Scheider), et qui déteste l'eau, qui va s'occuper de l'enquête. Très vite il s'avère que la femme est morte attaquée par un requin. Et les plages d'Amity vont se retrouver fermées, une grande première qui déplaît au Maire. Cependant une chasse au requin est lancée, et il se trouve que des locaux arriveront à capturer un requin marteau qui n'avait rien demandé.

C'est à ce moment qu'arrive Matt Hooper (Richard Dreyfuss), un expert en requin. Et alors que l'été va enfin débuter à Amity, il émet un doute quand au fait que ce soit le bon requin qui fût tué. Cependant le Maire n'en a rien à faire, le tourisme apportant trop de sous pour continuer à effrayer les gens. Qui tarderont à se baigner d'ailleurs, malgré la pêche du requin.

Vous vous doutez bien que ce n'est pas le bon poisson qui fût abattu, et une attaque supplémentaire poussera Brody, Dreyfuss, mais aussi Bart Quin (Robert Shaw) le briscard un peu fêlé du coin, à la poursuite de ce poisson immense et tueur d'humain. C'est ce qui occupera la seconde partie du film, la chasse/pêche du squale occupant la dernière heure du film.

Le film débute comme un film d'horreur, avec une petite ville contrainte de lutter contre un tueur horrible. On verra là toute la connerie du Maire qui autorisera la baignade malgré les doutes de Brody et Hooper. Entraînant un drame qui sera reproché au chef de la Police. Ce dernier décide donc de vaincre sa peur de l'eau pour anéantir ce grand squale.

C'est là que le film devient intéressant en fait. Car si les attaques impressionnent et sont sanglantes, la lutte du trio contre le grand blanc est épique. Les hommes apprendront à se connaître, et même presque à s'apprécier. On assiste à un huis clos rythmé par les attaques du requin. C'est là que les effets spéciaux entrent en jeu, et pour en fonction qu'ils ne satisfassent pas Spielberg, ils demeurent impressionnants.

L'animatronique fonctionne et met les jetons aux téléspectatrices et téléspectateurs. Le score de John Williams hantera vos nuits, vous en connaissez déjà le thème principal absolument génial. La réalisation est intelligente et se paye le luxe de créer un tension qui ne descendra que trop rarement, même quand le trio se détendra un petit peu en chantant et en buvant un alcool que l'on devine fort.

Le film est adapté d'un livre de Peter Benchley. Si mes souvenirs du hors-série de "Mad Movies" sont bons, je crois que l'auteur regrettera longtemps avoir fait du requin un meurtrier. Encore plus après le film de Spielberg. Les attaques de requin existent, mais généralement ce n'est pas pour se nourrir que le squale fait ça, il confond l'humain qui gigote avec du bon poisson, et généralement le recrache.

"Les dents de la mer" est responsable d'une peur débile du requin. Comme quoi une œuvre populaire peut faire croire des choses fausses aux gens. Enfin bon, passons. Tout ça pour vous dire que ce film permettra au grand public de découvrir le cinéaste Steven Spielberg, quelque années avant George Lucas et son "Star Wars épisode IV : Le dernier espoir". Une grande époque donc, et je pense que voir "Jaws" (nom original du film donc) sur grand écran doit impressionner. Un peu comme "Alien : Le huitième passager". "Les dents de la mer" est un grand film, effrayant, à la mise en scène originale, faisant d'un pauvre poisson un prédateur sanguinaire. Un film à voir, pour les plus grands, car certaines scènes sont impressionnantes, comme l'attaque du bateau notamment, qui fait vraiment flipper. À voir et à posséder, si possible dans cette superbe édition BluRay. J'ai adoré.

@+

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article