Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Cultivons la curiosité

FIFA 19

FIFA 19

Les années passent, et comment vais-je bien pouvoir introduire cette chronique. En vous dévoilant ce qu'est une chronique. Un avis subjectif concernant un objet, un événement, ou toute autre chose. Ici, ce sera l'énième itération du jeu de football annuel de chez EA Sports. Vous le savez peut-être, mais je fais partie des premiers joueurs de FIFA. Sur Super Nintendo. En y réfléchissant, je n'ai raté que 5 épisodes. Le 1995, le '96, le '97, puis les '06 et '07. Depuis "FIFA 08", il faut reconnaître que le jeu de football de EA possède une certaine avance sur son concurrent Japonais en la personne de PES.

Le jeu de Konami n'a pas su franchir convenablement la génération PlayStation 3/XBox 360. Résultat, depuis plus de 10 ans, EA se contente d'améliorer son jeu avec parcimonie, afin de ne pas perdre son leadership. Avec le Fox Engine et le partenariat UEFA, Konami avait montré un début d'ascension. De retour en forme. D'ailleurs, je crois bien que depuis les versions de "FIFA 15" et "PES 2015", sur le fond de jeu, sur les graphismes aussi, on pouvait déjà parler de simulation pour Konami, là où EA restait sur sa base de "FIFA 08", commençant à dater.

Vidéo de EA SPORTS FIFA

Oui, bon, vous le sentez, cette chronique ne sera pas habituelle. Je pense que EA a atteint le sommet en terme de qualité, avec "FIFA 11", depuis les jeux stagnaient, se contentant d'être des mises à jour de base de données. Comme Konami galérait à offrir un jeu convenable, cela passa inaperçu. Quand enfin les Japonais.es surpassèrent EA, avec "PES 2015" pour moi, il manquait deux choses au jeu de Konami. Les licences, ce qui fait débat et est un peu con j'avoue. Mais surtout l'accessibilité. Pro Evolution Soccer était pour les joueuses et joueurs voulant s'investir dans le jeu. Pour faire un truc en match et en mode normal, il fallait impérativement s'entrainer.

C'est ce qui me fit lâcher à nouveau la saga de Konami, après un "PES 2016" alléchant, dont je sentais que la proposition était réaliste, sublime, mais que mes nombreuses années de FIFA jugeaient trop élitiste. Du coup je renonça à prendre "PES 2017", et il me fallut entendre parler d'un patch gratuit sur PlayStation 4, pour que je replonge avec la saga de Konami sur "PES 2018". Un jeu auquel je joue encore aujourd'hui.

En effet, "PES 2018" m'offrait enfin un jeu accessible, un jeu que j'arrivais à maîtriser sans me prendre une branlée d'entrée en mode normal. Ce qu'il faut savoir, c'est que sur "PES 2016", en mode normal je n'arrivais pas à faire ce que je voulais, et souvent ça se terminait sur un 0-0 pourri, ou une défaite 1-0 de ma part. Si j'avais le malheur de diminuer la difficulté d'un cran, mon expérience de FIFA me permettait de mettre des 5-0 sans efforts.

Du coup, je pense que c'est le dosage de cette difficulté qui a été grandement améliorée dans les PES nouvelles génération. J'ignore si cette accessibilité est intervenue sur "PES 2017", mais tout ce que je sais c'est que "PES 2018" allait changer ma vision des jeux de football. De plus sa beauté graphique atomisait FIFA sans problème. Il restait ce défaut des licences, pallié par des amateurs et amatrices au talent immense, qui permettait de jouer à la J-League 1 alors que la licence était partie chez la concurrence. Il en allait de même pour la Coupe du Monde de la FIFA Russie 2018. Je l'ignorais, mais lors de cet été 2018, quand j'achetais "PES 2018" sur PlayStation 4 et que j'installais le patch, FIFA était déjà mort.

FIFA 19FIFA 19
FIFA 19FIFA 19

Pourtant, ça ne m'empêcha pas de précommander ma version de "FIFA 19", à la Fnac, afin d'avoir un bon d'achat de 10€ sur une jeu proposé à 55€. Vous verrez la semaine prochaine que j'ai finalement craqué pour "PES 2019" plus tard. Tout mouton consumériste que je suis, je ne m'attendais pas à une telle déception.

On débute par un match de gala, pour introduire le jeu. CR7 (Christiano Ronaldo) ayant rejoint la Juventus de Turin pour fuir le fisc Espagnol la beauté du jeu Italien, on débute par un Juventus FC - Paris SG. Pourquoi ? Les présences de Neymar et M'Bappé dans le club de la capitale Française y sont certainement pour quelque chose. Je ne peux pas jouer avec le PSG. Du coup me voilà avec la Juve. Après une première mi-temps équilibrée, 1-1, j'ignore ce qu'a merdé l'IA, mais j'ai gagné le match 7-1. Je l'ignorais aussi, mais FIFA était en train de mourir sous mes yeux.

Après cette entrée en matière, je retrouve les menus sous forme de vignettes. Qui rament toujours autant. On retrouve les modes de jeu classique, et même la fin de la trilogie "Hunter", débutée avec "FIFA 17" et que j'ai abandonné au bout d'une heure de jeu sur ce dernier jeu. On va zapper ce passage pourtant sympa, pour se concentrer sur le seul et unique mode de jeu auquel j'ai joué, le mode carrière d'entraîneur. Ah, si, pour vous, j'ai fait un match de football féminin, France - États-Unis, gagné 2-0, je me suis pris un instant pour Corinne Diacre, et c'était sympa.

Seulement cette idée superbe que d'intégrer les Femmes dans un jeu de football, présente depuis "FIFA 17", est pourrie par un non développement du football féminin. On reste à 15 ou 17 équipes il me semble. Les Japonaises, pourtant hyper fortes, ne sont pas présentent, ni même les Chinoises. Pire, quand j'ai lancé une compétition mondiale féminine, la France n'était pas qualifiée. En gros, EA et FIFA se foutent clairement de la gueule du football féminin, ils feraient mieux d'abandonner l'idée plutôt que de faire genre ils sont précurseurs de mon cul. Les clubs arrivent quand ? Et plus d'équipe nationale féminine ce serait trop demander ? Pfff, c'est pitoyable.

En fait, EA s'est gaussé d'avoir enfin arraché (à coup de millions) la licence de la Champions League (et Europa League ou Ligue Europa je ne sais plus) à son concurrent. D'accord. C'est génial, le frisson d'avoir l'habillage de la C1, et la musique, c'est cool. Mais franchement, c'est là le seul et unique point positif de ce "FIFA 19".

FIFA 19FIFA 19
FIFA 19FIFA 19

Le reste est un cataclysme. Le jeu devient de plus en plus improbable au fur et à mesure des éditions. FIFA replonge dans son idée du football spectaculaire mais ne montrant aucun réalisme. Mais regardons les options. Du côté des femmes, on stagne, depuis 2 ans, purée. La coupe du monde a disparu aussi. Purée. Ah, chose sympa, si vous faites la J-League (1, car la 2 n'est toujours pas intégrée) vous aurez une fausse ligue des champions asiatique. l'AFC Champions League reste une licence appartenant à PES, mais comme pour la C1 européenne les années précédentes, on a une fausse coupe d'Asie donc. Avec 16 équipes au lieu de 32. Avec des 1/4 qui croisent l'est et l'ouest, mais peu importe, il y a une fausse AFC Champions League.

Maintenant, chez EA, expliquez moi ce qui viendra mettre un coup de boule définitif dans les roustons d'un FIFA qui m'avait déjà bien gonflé, expliquez-moi comment on s'y qualifie ? J'ai fait 2 saisons avec le F.C. Tôkyô. Terminant 2 fois champions de J-League 1. Et jamais, jamais, jamais le jeu n'a daigné me qualifier pour cette coupe d'Asie. Ah, mais quand j'y regarde de plus près c'est normal. En effet, ce sont toujours les mêmes 16 équipes qui se qualifient. Chuis bête des fois moi aussi. Voilà 25, 26 même, 26 ans que EA développe un FIFA annuel. Et les mecs (et meufs) sont incapables de faire un petit programme  pour qualifier correctement les clubs sur une compétitions qu'ils/elles ajoutent. Bravo.

Ceci fût le coup de grâce. Qui me poussa à ressortir mon "PES 2018" pour jouer cette compétition. Mais avant ça le jeu en lui même me gonflait. Entre le fait que vous toucherez un nombre incalculable de fois les poteaux dans un match, ce qui est improbable en réalité. Les façons de tirer les corners, imbitables, pourries, incompréhensibles même en s'entraînant. Le fait que les centres ne sont pas aussi efficaces qu'ils ne devraient. Et toujours ce truc du "je prends la balle, fait des grigris et marque facile" insupportable. Les défenses sont connes mais connes. Et les gardiens sur courant alternatif. Un coup ils sortiront des balles impossibles avant de se prendre un but de merde facilement évitable.

De plus, graphiquement, le jeu se paye le luxe d'être plus moche que "PES 2018"... enfin bon, dois-je continuer à en parler, ou vous avez compris que ce FIFA est, pour moi, le FIFA de trop. Une fois de plus, la faute à un "PES 2018" sublime. Un jeu qui m'a ouvert les yeux. Pour la première fois depuis que j'achète FIFA, je trouve un opus inférieur au précédent. Généralement ça se stabilisait, ou c'était un tout petit peu mieux, mais là "FIFA 19" sombre dans un trou. J'en suis à un point où je me pose la question concernant l'achat de "FIFA 20". Qui aura peut-être comme feature la possibilité de jouer un ... arbitre... J'ignore si c'est vrai, mais j'espère que c'est un blague.

Ah, merde, je me rends compte que j'ai oublié de parler de l'autre grosse nouveauté, le Active Touch System. Permettant de placer des... bah en fait j'ignore à quoi ça sert, une barre s'affiche et vire au rouge, jaune ou vert en fonction de votre timing... sauf que je n'ai pas pu vraiment m'en servir, vu que j'ai continué à jouer normalement et que ça ne m'a pas empêcher de gagner des matchs.

"FIFA 19" est un échec. J'ignore si "PES 2018" m'a ouvert les yeux sur ce que doit être un vrai jeu de football, ou non, mais ce que je sais c'est que "FIFA 19" n'est pas un grand jeu de football. Si vous êtes fans de foot et que vous dites que FIFA est supérieur à PES, c'est que vous ne comprenez rien au football. Je ne vois pas comment on peut dire que FIFA est plus réaliste que PES, alors que ce n'est plus le cas depuis 5 ans. Ce qui a changé c'est que la simulation de Konami est enfin accessible et ne nécessite plus 10 heures en mode entraînement pour faire de jolie chose. Bref, vous l'aurez compris, ce "FIFA 19" est mauvais. EA ne fait pas que se reposer sur ses lauriers, ils font de leur jeu une insulte auprès des fans de football. Le pire étant que ça continue à se vendre par wagon car les joueuses et joueurs sont des gros moutons prêts à dépenser des sous pour jouer à FUT, FIFA Ultimate Team. Le mode de jeu le plus inutile au monde pour moi. Mais bon, passons.

Je sais juste une chose, je ne précommanderai pas "FIFA 20" cette année. Oh, j'y jouerai, mais j'attendrai l'habituelle baisse de prix à 30€ (ou 20) pour noël. En attendant, si vous vous aimez le football, une seule alternative se présente à vous, elle se nomme Pro Evolution Soccer. Et si vous ne pouvez pas vous passer des licences, c'est sur PC ou PlayStation 4 que ça se passe, la version XBox One ne pouvant être patchée.

@+

Mince, un rapide mot pour vous parler du "ressenti" à chier manette en main. Bah c'est à chier, les joueurs sont tous rapides, ils peuvent faire des grigris comme ils veulent, la physique du ballon paraît improbable, et au final je ne ressent aucun contrôle sur ce que je fait. Dans "PES 2018" je place mes passes en profondeurs au millimètre, mes centres aussi. Après mon joueur récupère ou pas en fonction que c'est une quiche de la tête ou non, peu importe, mais je contrôle le jeu. Dans "FIFA 19" on n'arrive pas à doser. La faute au bidule timing de merde parfait ? Je l'ignore. En tous les cas, à jouer, ce FIFA est une plaie, totalement illogique dans ses contrôles. Bref, on ne ressent pas les joueurs sous le pad, avec une désagréable sensation de flotter et d'avoir des joueurs inépuisables. Rien ne peut sauver ce jeu de la noyade, c'est fou ça.

FIFA 19FIFA 19
FIFA 19FIFA 19
Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article