Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Cultivons la curiosité

Entre les murs - Suicide Squad tome 4

Entre les murs - Suicide Squad tome 4

Voici la fin de l'histoire concernant la Suicide Squad. Une histoire s'achevant sous les plumes de Matt Kindt, Sean Ryan et Jim Zub. Tout en voyant pas mal de monde participer au dessin. Je sais, c'est irrespectueux de ne pas les citer, mais il y a pas mal de dessinateurs et dessinatrices, du coup je ne vais pas juste recopier, ce serait con. Tout ceci est dû à la présence de plusieurs histoires en vérité. Car si les 7 derniers chapitres nommés "Entre les murs" concluent ce que je nomme la saga moderne des Suicide Squad, nous aurons droit à d'autres chapitres bien sympathiques.

Un premier, qui introduit ce tome #4 d'ailleurs, centré sur Deadshot. "Deadshot dans : Tu cibles et tu tires" explique comment le tireur est devenu un expert en arme à feu, ne gâchant pas la moindre bullet. Oui, je dis bullet pour balle, c'est mon côté fan de la VF de Nicky Larson. Donc on verra que Floyd Lawton eut une jeunesse compliquée par l'assassinat de sa famille, dont le seul malheur (en plus d'être pauvre), fût de vivre dans l'appartement voisin d'une bande de drogués et dealers.

La mise en scène de la fusillade est sublime, parfaite, coupant les appartements de côté afin que l'on voit tous les protagonistes d'un coup. Un découpage brillant ne manquera pas de plaire aux lectrices et lecteurs que nous sommes. Après le coup de ne pas gâcher la moindre balle, c'est un peu bidon, mais passons. Ceci permet de faire le lien avec le premier chapitre "Entre les murs : Chapitre 1". Mais avant ça, il nous faut voir le passé de Harley Quinn.

Avec un dessin différent de ce que nous avons vu jusque là, on assistera à la naissance du personnage de Harley Quinn, ainsi que l'élaboration de son costume, fait au gré de ses rencontres. Là aussi, c'est un peu rapide et parfois ridicule, mais ça fonctionne. Du coup, on peut enfin reprendre le court normal de Suicide Squad.

Sauf qu'il subsiste un problème. Un truc qui me gonfle un peu avec DC Comics (et qui existe aussi chez Marvel), c'est qu'on débute par le centre pénitencier Belle Reve en flamme. Et au tout début du tome nous était bien indiqué que pour comprendre comment le Syndicat du crime à réussi un tel exploit, il nous faut lire les tomes 6 et 7 de Justice League. Ce qui expliquerait aussi la disparition des Héros. Super. Donc si on suit la routine Suicide Squad, on se retrouve obligé de lire des tomes 6 & 7 d'une saga que l'on ne fait pas forcément. Bon, là, en l'occurrence, je la fais, mais je n'en suis pas aussi loin.

En plus, dans Justice League, il me semble qu'un tel procédé était déjà employé. Genre lisez le tome chais plus combien de Batman pour piger qui sont ces ennemis. C'est bien chiant ça, et ça frustre un peu je trouve. Bon, ce n'est pas indispensable, mais au lieu de nous sortir des origins stories de Deadshot et Harley, vous auriez pu nous causer en deux chapitres du Syndicat du crime. Au pire du pire, vous faites deux pages dessus et c'est marre quoi. Passons.

Car ici on verra de nouveaux ennemis, une Amanda Waller bien mal en point, et surtout les existences de Forces U, V, W et même Y. Ce qui permettra de nous montrer la naissance de King Shark. Mais la grosse surprise, pardon du spoil, viendra de la présence de Héros et Héroïnes. Et à travers une page, ou deux, brillamment montrée(s), on découvre rapidement les origines de Power Girl (qui semble être Super Girl en fait), le Soldat Inconnu, Steel, Capitaine Boomerang. En fait, le chapitre "Entre les murs : Chapitre 4" est presque uniquement composé des origins stories d'une partie de la Suicide Squad. Alors pourquoi ne pas avoir placé Harley et Deadshot ici ? Peu importe.

Par contre j'ai un gros problème avec Power Girl. Oui, oki, une femme aussi forte c'est cool. Mais c'est quoi ce décolleté ? Sérieux ? Un instrument à branlette ou je déconne ? Je ne vois pas du tout l'intérêt de ce costume assez ridicule et sexiste, alors que le personnage est exceptionnellement fort. Harley est tarée et aime être sexy, d'accord, mais bordel pour Power Girl c'est abusé. Surtout les postures que vous lui faites prendre. La honte quoi.

Hormis ça, ça va. C'est un plaisir de parcourir ce dernier tome de la Suicide Squad. Avec un combat final incroyable. La conclusion est pourrie, le chapitre qui conclut la saga du moins est pourri. Ce n'est pas l'ultime chapitre, vu qu'une histoire avec Amanda Waller terminera correctement le tome. Mais "Entre les murs : Conclusion" est mauvais. Sorte de faux cliffangher, qui semble vouloir relancer un truc, avec Black Manta notamment. En vérité, si vous ne connaissez pas un minimum le DC Universe, ce chapitre vous paraîtra obscure. Genre Black Manta veut buter Aquaman qui, à priori est mort ? Quoi ? Voilà grosso merdo ce que l'on se dit le long de cette conclusion ridicule, avec les politiques qui entrent en jeu. Enfin bon, après le combat épique vu tout du long de ce tome, toute conclusion aurait paru ridicule de toute façon.

Sur les 4 tomes, à part le tome 2 qui est un peu trop, euh, trop quoi ? Qui me semble moins bon, car partant un peu dans tous les sens, le reste de la saga est plus que sympathique. Je regrette qu'on nous ressorte l'histoire de Harley (que l'on a déjà vue dans le tome 1 ou 2, je ne sais plus). Cependant, c'est beau à voir, les combats sont spectaculaires. Si certaines poses gênent surtout avec les personnages féminins en fait, on a droit à des postures sublimes, offrant des frissons. Si vous avez aimé le film... bah expliquez moi pourquoi, car c'était une purge selon moi. Mais si vous aimez l'univers DC, c'est sympathique. J'ai bien aimé, et ça se lit super bien, ce qui ne veut rien dire. Je regrette juste une histoire partant un peu n'importe comment (le remède miracle notamment), et au final on n'a pas beaucoup avancé à la fin des 4 tomes. Sympa quoi.

@+

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article