Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Cultivons la curiosité

22.11.63

22.11.63

Alors que nous avons déjà vu le livre "22/11/63" signé Stephen King, voici son adaptation sous la forme d'un série télé composée de 8 épisodes. Ces derniers varient entre 1h25 pour le pilote, et 42 minutes pour le plus court. Généralement c'est ce dernier format qui est respecté, bien que le dernier épisode soit d'une durée de 1h environ. Produite par J.J. Abrams et Stephen King, ce sera bien là une adaptation, comprenez par là que des éléments du livre sont modifiés ou carrément supprimés. Alors, la présence de l'excellent James Franco au cast suffit-elle à rendre la série bonne ? Réponse après une petite vidéo.

Vidéo de TVA

Le 22 Novembre 1963 était assassiné, au Texas, le président des U.S.A., John F. Kennedy. Que feriez-vous si un sombre placard d'une cuisine d'un "Diner" vous menait directement en 1960 ? Essayeriez-vous d'empêcher cet acte qui permettrait d'empêcher les horreurs comme le Viet-Nam ? C'est la question que va se poser un enseignant d'anglais à Lisbon, Maine.

Jake Epping est en instance de divorce, et a l'habitude de manger des hamburgers bon marché chez Al. D'ailleurs de nombreuses rumeurs courent quand à la qualité de ses steaks. Peu importe, le gérant du restaurant va prendre sa retraite, cependant il fera une révélation assez folle auprès de son ami et client. Un passage au fond du placard de sa cuisine mène en 1960. Si vous revenez en 2016 (date de la série mais pas du livre), vous pouvez à nouveau y retourner, mais ce sera toujours à la même date de départ.

Plus important, si vous restez 2 ans dans le "passé", vous vieillissez, ceci vaut si vous chopez un cancer. C'est ce qui arrivera à Al. Alors que Jake l'a juste vu s'absenter 2 minutes, Al revient affaiblit et plus âgé. Le premier épisode, double en fait, s'attarde sur la découverte de ce "passé" et le fait que Al a décidé d'empêcher l'assassinat de J.F.K. en 1963. Cependant il a contracté un cancer et ne pourra accomplir sa mission, ce qui le poussa à "transmettre" cette mission à Jake.

Al a accumulé une quantité monstrueuse de données concernant cet attentat. Sur Lee Oswald, le tireur présumé, et tout son entourage. Si il n'est pas arrivé à savoir avec certitude si cet homme est bien l'assassin, il a accumulé assez de données pour que Jake débute correctement son enquête. Par amitié, le professeur joué par James Franco va accepter cette mission, avant que son ami ne décède de sa maladie.

Ainsi, le long des 8 épisodes, nous allons suivre Jake et son enquête. Son amusement de découvrir la vie étasunienne des années 60, insouciante, et surtout peu chère. S'offrir une rutilante décapotable pour 700$ (une misère par rapport au gain que Al lui a transmis), des repas à moins d'un dollar, tout autant de petits plaisirs qui enchanteront un temps Jake.

La première grosse différence avec le livre (promis, je ne vais pas trop faire de comparaison avec celui-ci, car je ne me souviens pas de tout), est le fait que Jake passe moins de temps à "tester" le "passé". Il entre directement dans le vif du sujet et part dans son enquête. Ceci surprend un peu, mais si vous avez lu le livre, des petites allusions à celui-ci seront faites. Comme vers les derniers épisodes, quand Jake parle d'avoir fait jouer une pièce à un élève timide, ou réussit à avoir fait apprendre un poème au sportif du lycée. Des passages détaillés dans le livre, ici survolés. Après, il faut reconnaître qu'il aurait fallu le double d'épisode pour faire une adaptation littérale du livre de Stephen King. Ce qui aurait alourdi le récit, et cassé un rythme plus que parfait avec 8 épisodes.

On s'attache immédiatement à Jake, d'autant que l'on croit sa cause juste. Mais seulement le passé va lui jouer des tours. En effet, Jake veut en profiter pour accomplir d'autres bonnes causes. Comme sauver la famille du concierge de son lycée. C'est là qu'il verra que le "passé" n'aime pas qu'on le change. Tous les bâtons possibles sont mis dans les roues de Jake, et il ne s'en sortira peut-être pas indemne, lui, ou ses proches.

Car quand il rencontre Sadie, lors d'un repérage à Dallas, c'est le coup de foudre. Il retrouvera la jeune femme dans le lycée qu'il intègre, et on retrouvera avec joie la scène du bal et de la danse. Plus facile à comprendre en images qu'à lire. On suivra en parallèle l'enquête de Jake, haletante, avec une réalisation et un scénario qui offrent un rythme excellent. La série peut se dévorer en 1 ou 2 fois tant elle captive. Et c'est donc un coup de maître.

Un peu comme "Life on Mars", dont on savait qu'elle n'aurait que 16 épisodes, "22.11.63" offre une narration maîtrisée du début à la fin. Faisant des coupes franches sur certains points. Ce qui me permet de vous dire que si vous avez adoré la série, foncez sur le livre, des choses supplémentaires vous éclaireront sur certains points, notamment la vie de professeur au début des années 60. L'épisode final est sublime, la fin est sublime, avec une morale exceptionnelle sur les voyages temporels et leurs conséquences.

En fait, on ne peut pas reprocher grand chose à cette série. Même pas les coupes (justifiées) du livre. Le show aurait été trop mou sinon. C'est ce rythme, pas effréné mais très efficace. On suit l'enquête de Jake, on le voit se lier d'amitié avec d'autres personnages et même trouver l'amour en la personne de Sadie. Qui offrira des scènes terrifiantes avec son ex-mari et de la javel. Vous comprendrez en voyant. De plus, alors que le principe est casse-gueule, l'idée de personnifier le "passé" à travers des personnages inquiétants ou morts est un brillante idée. De plus le scénario retombe sur ses pattes tout à la fin, malgré une dystopie au final trop rapidement montrée.

Je vous conseille cette série, que vous connaissiez ou non le livre, que vous aimiez ou non Stephen King. Si vous avez peur que ça soit trop sanglant, trop violent, il n'en est rien. Il y a de la violence, mais elle est parfaitement intégrée et n'est pas gore. Elle est réaliste. Le seul point fantastique du récit reste ce personnage de 2016 qui va au début des années 60. Il sait des choses, mais pas tout, et n'est pas un super héros. Ce qu'il accomplira ne sera pas parfait, et on se plait à le suivre, pour savoir si il va réussir, ou non, à changer le passé. À posséder, à voir et à revoir. Je l'ai vu en VOSTFr donc je ne peux pas juger de la VF par contre. J'ai adoré, c'est une des meilleures adaptions de King, tous écrans confondus.

@+

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article