Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Cultivons la curiosité

Ponyo sur la falaise

Ponyo sur la falaise

Dans cette semaine spéciale film, voici le seul long métrage que je n'avais jamais vu. Et dont j'ignore la qualité. Cependant, quand il s'agit d'un MIYAZAKI Hayao, on sait que la qualité sera au rendez-vous. Même si je lui préfère HOSODA Mamoru, et ce sans problème. Je reconnais que le réalisateur Japonais sait raconter des histoires, souvent féeriques, avec une justesse ne prenant jamais les spectatrices et spectateurs pour des imbéciles. Bien que son cinéma s'adresse avant tout aux enfants, les adultes y trouveront systématiquement leur compte. Ce qui ne veut pas dire grand chose. Peu importe. Ainsi, en 2008, MIYAZAKI sort au Japon, toujours avec le studio qu'il a cofondé avec le regretté TAKAHATA Isao, « Ponyo sur la falaise », une histoire océanique dans laquelle on sent toute la fascination que peut provoquer la mer ou l'océan auprès du réalisateur. Mais avant tout petite vidéo.

Vidéo de BVIFrance

On débute l'histoire sous l'eau, un homme effectue une sorte d'invocation pour créer un élixir. Déjà, le premier truc qui frappe, c'est l'animation. Il y a une tonne de choses et êtres vivants à l'écran, ça bouge dans tous les sens avec une fluidité incroyable. On se retrouve bouche bée alors que le film n'a débuté que depuis 1 minute. On suit donc ce mage, tout en découvrant la faune sous marine, et aussi un petit poisson, au visage humain, qui veut faire une balade. On devine qu'il s'agit de Ponyo, et elle va utiliser une méduse pour pioncer tranquille au Soleil proche de la surface.

 

Les courants marins vont mener Ponyo vers un petit village portuaire. Et tandis que le mage veut rentrer chez lui, il constate que sa fille a disparu. Il part facilement à sa recherche (le mec contrôle l'eau comme il veut, mais aussi la faune océanique). Entretemps Ponyo a fait la rencontre de Sosuke, un garçon de cinq ans qui voulait juste jouer avec son petit bateau et qui découvrira cet étrange poisson.

 

Un début d'histoire d'amitié commencera à naître. Et alors que Lisa, sa maman, le presse de venir, Sosuke décide de mener Ponyo (c'est lui qui la nomme ainsi) à l'école. En très peu de temps, les personnages sont posés, le lieu aussi, Sosuke et Lisa vivent sur une colline, pouvant servir de phare, mais surtout, ce qui marque, c'est la pollution de la mer (ou de l'océan). Les 10 premières minutes sont quasiment muettes, et l'animation bluffe tout du long. Le message écologique n'est pas martelé comme le ferait la plupart des réalisateurs (ou réalisatrices) non asiatiques. On constate juste. Les bateaux de pêche dragueurs, prenant plus de déchets que de poisson, ou alors Ponyo se retrouvant la tête coincée dans un bocal en verre (avant que Sosuke ne l'en libère). Comment faire passer un message, en rendant faune et flore aquatique magique, sans l'imposer.

 

Je ne vais pas mieux en dire, car c'est un film à découvrir absolument, sachez juste que Lisa travaille dans une maison de retraite, que son mari (et papa de Sosuke) est capitaine d'un navire, et que l'école primaire est à côté des « Tournesols », la maison de retraite. MIYAZAKI, qui est aussi au scénario, en profite donc pour placer de nombreux Yôkai marins. Il en profite aussi pour parler des anciens, à travers la maison de retraite, des anciennes plutôt. Que dire aussi des éléments qui se déchaînent, quand Ponyo veut rejoindre Sosuke notamment. Scène spectaculaire qui pourrait presque renvoyer au Tsunami de 2011, sauf que le film date d'avant.

 

De plus, c'est un film dans lequel les femmes y sont fortes. Après tout Koichi, le papa de Sosuke, n'est pas là du tout, Fujimoto, le mage, passe pour fou, et Sosuke reste un petit garçon, très courageux. Lisa, Ponyo et la maman de cette dernière sont les véritables héroïnes du film. Par contre je trouve que Lisa conduit hyper vite, ça fait un peu peur.

 

D'ailleurs, de l'action, il y en a. Lorsque la tempête se profile et que Lisa et Sosuke veulent rentrer chez eux. Avec cette eau qui veut à tout prix rattraper la petite auto. On sent les éléments se déchaîner et ça impressionne. Le reste du film sera un peu plus posé. On sera attendri par la découverte du foyer de Sosuke par Ponyo, avec le fait qu'elle tombe comme une masse aussi. Enfin bon, on adhère immédiatement aux personnages, impossible de ne pas les aimer. De plus, il n'y a pas de « méchant ». Ok, Fujimoto est bizarre, mais quand on connaît son but, on le comprend mieux. Puis on pige pourquoi il est inquiet pour sa fille, qui risque de se transformer en écume si Sosuke ne l'accepte pas tel qu'elle est.

 

Mais voilà que j'en dit déjà trop. Ce film est, de ce que j'ai vu du cinéma de MIYAZAKI (c'est à dire 3 films), le moins violent. Il conserve une part de fantastique, et est certainement plus appréciable en connaissant le folklore Japonais. Cependant, on reste muet.te devant la qualité d'animation. Aussi bien sur Terre que dans l'Eau. La quantité de vie à l'écran, ça fourmille de partout, il y a toujours un être vivant en mouvement, que ce soit animal, humain ou même l'eau. La musique de HISAISHI Joe est assez discrète, et accompagne parfaitement les images. J'ai vu ce film en VOSTFr, et, je pense, que certains sous-titres sont basés sur la version Française, genre écrire « c'est bon » alors que tu entends « Itadakimasu » (qui veut dire « Bon appétit »), on sent que dans la VF Ponyo dit « c'est bon ». Hormis ce petit défaut qui arrive quelque fois, rien à redire, on arrive bien à suivre.

 

Je n'ai pas entendu la VF, je ne sais même pas ce qu'elle donne, mais la VO est excellente. L'animation, pourtant au dessin moins détaillé que chez HOSODA, est incroyable. Aussi bien avec le dessin que l'animation, on en prend plein la vue. Le scénario est assez simple, mais aborde pourtant une tonne de choses. La pollution des mers, la surpêche, les dangers de vivre proche d'une côte, la vieillesse, l'enfance, le fait de mener un foyer seule, alors que le patriarche est en mer. Oui, bon, j'ai dit que le scénario était simple, mais il ne l'est pas en fait. Je voulais juste dire par là que ce n'est pas une enquête difficile à suivre,et qu'au final il s'agit juste d'une tranche de vie (l'histoire s'étale sur 2 ou 3 jours) de Sosuke et son entourage. Qui verront Ponyo débarquer dans leur vie.

 

Oui, bon, je n'arrive pas à bien m'exprimer, peu importe, ce film est sublime. J'ai ressenti moins d'émotion que devant un HOSODA, une fois de plus, mais le ton est juste, l'animation incroyable. C'est une fable aquatique, sorte de « La petite Sirène » version asiatique. Regroupant plein de messages que j'ai cité un peu plus haut. Un film à voir et à posséder. Si possible en BluRay, le DVD est beau, mais je pense que ce film mérite largement l'achat en BluRay. J'ai adoré.

 

@+

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article