Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Cultivons la curiosité

L'odyssée du mal - Justice League 02

L'odyssée du mal - Justice League 02

Après un premier tome logiquement introductif, permettant de voir comment la Ligue des Justiciers (et Justicière) s'est formée, notamment grâce à un affrontement épique face à Dark Seid, nous allons découvrir qui se cache derrière l'auteur du livre « Les Dieux parmi nous ». « L'odyssée du mal » est le deuxième tome de la série DC Renaissance, datant de 2013.

 

On trouve donc Johns Geoff au scénario et Lee Jim au dessin. Le récit va donc s'amuser à nous expliquer qui est Steve Trevor, à travers un flashback que l'on verra plus tard dans le tome, mais aussi et surtout Graves. L'auteur du livre qui permit à la Justice League de se faire connaître et aimer du public alors qu'indépendamment les héros et l'héroïne étaient détestés.

 

On constatera qu'un vilain interroge les ennemis de la Justice League, pour mieux en apprendre sur tout le monde. Il en sera conclu que Graves en saura plus sur chaque membre que les membres eux mêmes. En effet, la ligue est pleine d'individualité forte, avec par exemple, une lutte pour le leadership entre Batman et Aquaman. Le fait aussi que l'arrogance de Green Arrow tape sur le système de quelques membres. Et ce malgré les efforts de Flash pour éviter les conflits.

 

Bref, il y a une dissonance dans ce regroupement, et Graves va l'exploiter. Seulement, le fait d'attaquer tout ce petit monde à travers les défunt.e.s qu'ils ont pu connaître est une grave erreur qui va souder un peu plus la Justice League. Ceci alors même que l'opinion publique commence à douter de l'efficacité même de cette ligue.

 

Le scénario fonctionne bien, avec le passé des héros et de l'héroïne qui resurgit à travers les esprits des personnes mortes. Troublant tout ce monde, qui en viendra même aux mains, pour le plus grand bonheur de Graves. Lui qui a construit l'image de la Justice League, s'amuse à détruire tout cela. Mettant sur le dos de tou.te.s la mort de ses proches suite à l'affrontement face à Dark Seid qui eut lieu 5 ans avant. Oui, il y a une poignée d'années écoulée entre le premier tome et celui-ci. Du coup, au début, on ne pige pas bien qui est l'agent de liaison entre la ligue et l'A.R.G.U.S., non, Steve Trevor ne rachètera pas votre voiture à bas prix, mais on découvre son passé avec Wonder Woman, et on comprend mieux ses intentions.

 

Le dessin est à tomber, les pages doubles iconiques sont peu nombreuses, mais jouissives. Que dire des postures ultra classe des personnages aussi, ça en jette. Il me semble que la présence des héros et de l'héroïne est correctement répartie, et l'histoire principale s'achève par le départ d'un membre, comme bouc émissaire. J'avais un peu de mal avec le principe du QG dans l'espace, mais finalement, ça fonctionne bien. On retrouve des lieux emblématiques comme l'asile d'Arkham. Très peu, mais quand même.

 

Les cases découpent une action limpide et donc agréable à suivre. On ne se retrouve que rarement largué. J'ai eu peur au début quand il est question d'avoir lu je ne sais plus quel tome de Batman pour piger qui sont ces ennemis, mais ces demandes de lectures, si j'ose dire, disparaissent aussi vite qu'elles ne sont venues. J'ignore pourquoi j'utilise le pluriel alors qu'en fait il n'y a qu'une fois que le scénariste utilise ce procédé.

 

Seul moment où je fus un peu gêné, quand une ligue alternative semble émerger. Je n'ai rien compris là, mais les épisodes bonus éclairent et le tome 3 doit éclairer ma lanterne à ce sujet. L'introduction d'un adversaire, mais aussi une autre ligue de justice, argh, ça embrouille plus qu'autre chose, surtout en fin de tome.

 

Dans l'ensemble, j'adore. Je trouve DC plus captivant et moins brouillon que l'équivalent chez Marvel, à savoir Avengers. Les personnages ont leurs caractères, et les interactions entre membres de la Justice League donnent lieu à des tensions prouvant que rien n'est tout rose dans ce monde. Oui, c'est aussi pareil chez Marvel, mais je préfère l'ambiance un peu sombre de DC. Rien n'y fait. Ce tome est donc passionnant à lire, et rarement brouillon, sauf à la fin avec les épisodes bonus qui veulent attiser la lectrice ou le lecteur, ce qui fonctionne. Bref, je préfère DC à Marvel, et ce tome 2 de DC Renaissance m'a bien plu, vivement la suite.

 

@+

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article