Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Cultivons la curiosité

4th Album (Kari) - Up Up Girls (Kari)

4th Album (Kari) - Up Up Girls (Kari)

Ce n'est pas sans une pointe d'émotion que nous allons aborder ce quatrième album des Up Up Girls (kari). L'album sortira le 29 Août 2017, soit une grosse quinzaine de jour avant les départs de Sengoku Minami et Satô Ayano. Du coup c'est le dernier album avec sept membres. On notera la dénonciation en chiffre « 4 », mais aussi le jeu de mot avec Fourth et Force. Le nom du groupe apparaît aussi en rômaji, sans le « Kari » entre parenthèse (qui se prononce kakko Kari et veut dire nom provisoire). Sur la tranche du boîtier ça reste en japonais, et le nom de l'album est « 4th album (Kari) ». Que vous le nommiez « 4 », « Force », « Fourth » ou « 4th », avec ou sans le kakko Kari, peut importe, il n'en existe qu'un, et on pige bien que c'est le quatrième album.

 

Il est délicat de vendre un album en deux grosses semaines, c'est le pari prit par T-Palette Records, le label du groupe. J'ignore si le disque s'est bien vendu ou non, le fait est qu'il existe en deux versions, une [Regular] avec 55 minutes réparties sur 12 pistes, et une [Limited Edition], que nous allons voir aujourd'hui, qui pour 1000 yens de plus (5 à 10€) propose un CD audio de 7 pistes, pour une trentaine de minute. Ce disque est loin d'être dénué d'intérêt, nous verrons pourquoi en fin de chronique.

 

L'album débute par le délirant « Party People Alien », qui en plus d'avoir un titre rigolo, voit le clip être sur le même ton. Danse délirante, musique électro boum boum, modification vocale sur le refrain, le tout dans une bonne humeur agréable. En lui-même, le titre est dynamique, le fait de ne modifier les voix que sur le refrain créé une sorte de cassure qui fonctionne bien. La musique est dynamique, proche de l'électro Européenne, une fois de plus michitomo, le compositeur, pourrait sortir des albums solo et rivaliser sans mal avec les plus grands DJ Européens tel, désolé, seul David Guetta me vient en tête (en vérité je ne sais pas écrire les noms des autres). La chanson donne une patate, je ne vous raconte pas, c'est dynamique et agréable, une excellente entame donc.

Vidéo de upupgirlsofficial.

Si le clip de « Upper Disco » est un peu... bizarre et pervers, la chanson surprend. Grosse ambiance seventies, cette guitare aiguë, ce son venant des années du Disco, le tout avec un chant qui va super bien, et le refrain, purée, le refrain, entraînant comme pas permis, on fera du yaourt dessus tant on a envie de participer. Gros et bon pied sur ce titre qui change un peu au niveau de la composition. C'est l'autre DJ compositeur des Up Up Girls (Kari) qui s'en charge, à savoir PandaBoY, et il est tout aussi brillant que michitomo je trouve. Argh, on trouve même du saxophone, du saxophone, dynamique en plus, le truc impossible. Excellent titre donc (évitez le clip par contre...).

 

Donc, je ne sais jamais combien il faut en écrire mais « !!!!!!!! » n'en demeure pas moins une excellente piste. Début calme, avant que ça ne s'énerve méchamment. Un truc un peu dingue. Le clip est archi déjanté, et c'est juste kiffant. On reprendra le « papapapapapa » en chœur. Ne vous laissez pas avoir par la première minute (et quinze secondes), la chanson est géniale, barge, et donne une pêche qui vous tiendra toute la journée. On y trouve une guitare électrique et surtout une batterie, qui donnent le ton. Déjà trois titres sur cet album, trois tubes. Et si « FOREVER YOUNG » est plus calme, c'est cette fois-ci le reggae, ou ragga, je ne sais pas, avec des cuivres, qui sert de base à la composition. Cette chanson est, pour l'instant, la moins intéressante de l'album. Pourtant elle intègre souvent mes playlists sans vraiment forcer. Un très bon titre, plaisant.

 

La puissance de « Shout !!!!!!! » est hallucinante. Ce son de michitomo ferait danser les nightclub Européens sans aucun problème. Le chant n'est pas mis en avant, ici ce sera surtout la danse, et pourtant le mixage est parfait. Je me souviens encore du foirage « UPPER ROCK », où les chanteuses étaient inaudibles, ici tout est clair, bien mené, plaisant. Une chanson qui vous pousse à danser de façon inexorable, sauf si vous n'êtes pas en capacité de bouger bien entendu. Excellent titre. « Seishun no Namida » est moins foufou, pourtant sur fond de musique électro ne s'arrêtant jamais, on découvrira des sons... de « Super Mario Bros. », le premier jeu, c'est surprenant, marrant, et au final ça le fait. Une autre très bonne chanson.

Vidéo de upupgirlsofficial.

« Future & Past ! » est plus classique, plus calme on va dire, le passage plus calme serait presque fort en émotion si la musique ne montait pas progressivement en rythme, un bon titre, qui s'écoute le long de l'album, mais n'intègre pas les playlists. Il en sera de même pour « FLASH » qui débute comme « Shocked » de Kylie Minogue. Le son introductif m'y fait penser, mais évidemment cela n'a rien à voir. La chanson est bien, rien à redire là dessus, mais il lui manque un truc qui la rendrait parfaite. On remue dessus, on l'écoute, mais bon, on l'oublie aussi assez rapidement.

 

Alors que c'était audible mais loin d'être mémorable, voilà qu'arrive « Seven Peace ». C'est tout simplement le meilleur titre de l'album. Partant calmement, le refrain est incroyable, restant en tête, on arrivera même à répéter certaines phrases (mi-vraies mi-yaourt). Comment dire. En plus d'avoir une composition de PandaBoY absolument géniale, à la fois puissante et suave, avec un instrument que l'on croit venir d'Inde, ce sera la chant qui provoquera une grosse émotion. La musique se charge de vous faire bouger, le chant de donner des sentiments. Une alliance quasi parfaite, qui fait de cette chanson un indispensable de toute bonne playlist. J'adore, je surkiffe même. Euh, donc « Appare » nous fait assez violemment retomber. Nous sommes sur une composition à la « FOREVER YOUNG » (vous savez reggae ou ragga) et cette chanson, pourtant très bonne, n'est pas aussi puissante que la précédente. Du coup on se retrouve un peu déçu. Le refrain est excellent, doit bien rendre en concert, mais il manque là aussi un petit truc. Vous noterez que je ne sais pas quoi.

 

« Kimi to Iu Kasetsu » joue sur l'émotion. Aussi bien à l'écoute que sur l'excellent clip. Ce dernier met en image la chanson de façon parfaite. Une belle balade, très cool à entendre, calmant un peu le jeu. On s'appuie sur les puissances vocales, et l'émotion est retranscrite de façon magnifique. Avec ces chœurs en arrière, une superbe chanson donc. Pour clore l'album, un brin de dynamisme ne fera pas de mal. « Way of our life » part sur une composition ultra classique, seule la percussion surprend, après le reste on sent que les Up Up Girls (kari) sont un groupe d'idols. Ce n'est pas un défaut, mais après tout ce que nous avons entendu, ça fait bizarre. Une belle chanson pour conclure cet ultime album à sept.

 

Reste le disque bonus. Ayant la particularité d'avoir 7 titres, un par chanteuse. C'est un vrai gros et joli bonus. Si la leader, Sengoku Minami, débute avec un « Samuraidol ~Bushi Onnamichi no Ue Yori~ » très fun, c'est cette composition jouant avec, mais je peux dire une connerie, du shimasen, à la sonorité si particulière. On constatera que l'ancienne meneuse (Red) a une voix très suave, presque faible (mais jolie attention, je ne renie pas sa voix, juste que Sengoku a la voix la moins puissante du groupe). Un très bon titre, plus rigolo qu'autre chose par contre.

 

Furukawa Konatsu, nous offre un « Darling wa Lost Child » très doux en terme de composition. Pas foufou, le titre s'écoute pourtant très bien et est agréable. Le refrain a tendance à rentrer en tête. Mori Saki inclura forcément du français dans sa chanson. « Megamorii ! Ma vie !! » est barge. Avec un début façon « Le miel et les abeilles », chanson de sitcom, la chanson part en sucette vers un dynamisme surprenant. Le chant se foire par contre dans cette partie, plus criée que chantée. Ceci participe au côté dingue de la chanson (et est volontaire à mon avis). Mais ce passage gueulé est gênant, trop gênant pour en faire un excellent titre. Sympa mais sans plus.

 

C'est en écoutant « Start Line » que l'on regrette le départ de Satô Ayano. Sa voix claire, puissante et magnifique, est la seule à rivaliser avec Saho Akari. Azusa, Konatsu et Manami ont des voix puissantes, mais n'ayant pas cette clarté, celle-ci est présente chez Minami et Saki. Ayano et Akari sont les seules à pouvoir rivaliser avec une Marina Kaye par exemple. Enfin je dis ça, mais je n'en sais rien. En tout cas, nous avons ici le meilleur titre de ce disque bonus. Dynamique, au chant impressionnant, classique, ce titre nous fait regretter le départ de celle qui portait la couleur Violette. Une chanson dont je ne me lasse pas. Ici, on constate qu'en fait, l'ordre de passage est de la plus âgée à la plus jeune. Du coup la suivante est Saho Akari. « My world » est une chanson posée, limite balade, où la chanteuse pose sa sublime voix sans problème. Elle est celle qui a la plus belle voix du groupe, on le constate sur de nombreuses introduction de titres tels « Up Up Typhoon » ou « !!!!!!!! » par exemple. Une jolie chanson qui malheureusement s'oublie assez vite. J'aime bien mais sans plus.

 

J'ai toujours eu une petite préférence pour Sekine Azusa, vocalement parlant. Une voix reconnaissable entre mille, un timbre plaisant, je l'ai souvent confondue en concert avec Sengoku Minami, la faute aux mauvais éclairage rendant la distinction du rouge et de l'orange délicate, en plus elles font quasiment la même taille et ont parfois la même coupe de cheveux. Mais on s'en moque un peu ici, car si Mori et Saho avaient proposé des chansons s'écoutant mais pas mémorable, la vraie grosse déception vient de Sekine. « Kimi Iro Sky » pourrait servir de générique à un anime Gundam, sans problème, ça fait piou piou, boum boum, mais bordel, avec sa voix, s'enfermer dans un titre électro boum boum, ça ne le fait pas. Dommage. Une chanson qui s'écoute mais sans plus. Donc si Satô avait la meilleure chanson, c'est bien Arai Manami qui aura la plus surprenante et surtout celle sonnant la moins idols. « Shortcut ni Kataomoi » est une énorme surprise. La benjamine du groupe trouve dans cette chanson le moyen de poser sa voix (la plus puissante du groupe) sur une composition dynamique contenant de la basse, des cuivres, des guitares, une grosse claque ce titre. C'est indéniablement la grosse surprise de ce disque. Qui au final s'avère plaisant. Un bonus qui n'aurait jamais dû être un bonus, mais partie intégrante de l'album. On y perçoit mieux les identités vocales des chanteuses, et c'est pourquoi je vous conseille d'écouter ces 7 titres avant de découvrir le groupe, c'est tellement plus facile après.

 

Purée, encore un pavé, un de plus concernant les Up Up Girls (Kari) (alors que nous sommes dans une période spéciale KIKKAWA You et ses copines, mais peu importe). Une fois de plus on tombe sur un album n'ayant pas de gros point faible. Et possédant un milliard de chansons excellentes. J'abuse un peu, mais sortir 5 titres de chacun des 4 premiers albums du groupe n'est pas du tout difficile, il y a pas mal de variété, encore plus avec ce disque bonus, et les filles donnent une pêche qui doit permettre de se tenir éveillé avant le dodo réparateur du soir. Ce qui ne veut rien dire. Par contre, ce dont je suis sûr, c'est qu'à l'instar des PASSPO (sauf pour « TAKE OFF » bien entendu), avoir l'intégrale des Up Up Girls (Kari) est loin d'être une mauvaise chose. Vous noterez que je ne dis pas cela pour Kikkawa You, dont le premier album « One for YOU! » n'est pas foufou (mieux vaut prendre son « Best of YOU »). Ce quatrième album donne une force incroyable, j'adore.

 

@+

Vidéo de upupgirlsofficial.

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article