Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Cultivons la curiosité

Ratchet & Clank Le Film

Ratchet & Clank Le Film

Il y a eu une période où les studios de cinéma cherchèrent à lancer une série de film, d'animation surtout, basés sur des jeux vidéo, « Warcraft » y eu droit, mais aussi « Ratchet and Clank ». Depuis 2002, la série initiée par Insomniac Games a eu le temps d'avoir un univers assez poussé. Sorte de buddy game (pour prendre exemple sur le buddy movie) intergalactique, on sent une inspiration de « Star Wars » et aussi « Les Gardiens de la Galaxie ». Avec un humour efficace, c'était un jeu de plateforme bien conçu et sympa à jouer. Les suites amélioreront le principe de base, avant que la saga ne commence à perdre en qualité.

 

« Ratchet & Clank » est une des réponses de Sony à Nintendo dans le domaine de la plateforme. Tandis que la firme Kyôtoïte sort un bizarre « Super Mario Sunshine », Mario en vacances, oui, ok, Sony avait dégainé « Jak & Daxter » ou même « Sly Raccoon ». Le jeu d'Insomniac Games est de la trempe des jeux cités. Il est intéressant de voir que cette série va commencer à péricliter en même temps que la saga initiée par Naughty Dogs, tirant trop fort sur la corde. Pourtant, ça n'empêchera pas Sony de relancer la franchise, en débutant calmement par des trilogies HD sur PlayStation 3, mais aussi avec un film, en 2016, et même un jeu PlayStation 4. Kevin Munroe réalise la première incursion du « drôle de chat » et du petit robot au cinéma, avec 90 minutes d'image de synthèse. Mais regardons la bande annonce.

Vidéo de PlayStation France.

Si je ne l'ai jamais terminé, j'aimais bien le jeu original sur PlayStation 2. Cependant je ne me souviens plus trop du scénario, je peux juste dire que l'ambiance du jeu me paraît bien retranscrite. Puis Clank avec la voix de David Kaye possède un truc en plus, je crois que c'est parce qu'il a l'accent Britannique, ou alors c'est parce qu'il est très poli, je ne sais pas. Mais voyons le scénario, Ratchet est un.... on ignore sa race, ah si, Lombax, et il vit en réparant des véhicules spatiaux. Bon, il a tendance à en faire trop, et à être un peu tête en l'air, ce qui provoque parfois quelques petits soucis, mais rien de méchant.

 

Il a un rêve, rencontrer le capitaine Qwark, super héros des Rangers Galactiques, dont il est grand fan. En même temps, Drek s'amuse à annihiler des planètes désertes, sans raisons valables, ce qui inquiète l'état major qui cherchera à renforcer les Rangers. Un casting aura lieu sur la planète de Ratchet, son entraînement devrait payer et lui permettre de réaliser son rêve, à savoir combattre aux côtés de son idole.

 

Comme prévu, il est recalé. Et retourne vaquer à ses occupations habituelles. Seulement, à plusieurs milliers kilomètres de là, un événement, une création plutôt, va changer la vie de Ratchet sans qu'il ne s'en doute. Si les Rangers se méfient de ce méchant qui pète des planètes, au point d'intégrer un cinquième membre, Drek aussi craint l'équipe de héros. Il a fait construire une armée de robot, afin de déclencher une guerre spatiale. Seulement, pendant la construction de celle-ci, une défaillance interviendra, Clank, alors anonyme, était né. Tout petit, il dispose pourtant d'une forte intelligence. Alors que l'on assiste à sa fuite, pour aller rejoindre la planète de Ratchet (afin d'avertir les Rangers du plan de Drek), le méchant de l'histoire lance son plan d'attaque.

 

C'est après sa déception du casting que Ratchet va rencontrer Clank, lui donnant ce nom car il fait ce bruit après s'être crashé. Dès lors une grande amitié va naître. Surtout, ils sauveront la vie des Rangers en éradiquant l'armée de Drek, menée par Victor (doublé par Sylvester Stallone). Dès lors nos deux compères intégreront l'unité des Rangers. Avec l'entraînement de Ratchet montrant tout l'arsenal des jeux. Bon, après ça il y a une sombre histoire de trahison, le héros ne se sentant plus apprécié comme il estime le mériter, et la lutte pour vaincre Drek, puis un autre ennemi bien connu des Rangers, celui-ci voulant provoquer une catastrophe galactique.

 

Déjà, en terme d'animation c'est assez joli et fluide, nous ne sommes jamais perdu par la réalisation. On s'attache aux personnages, que l'on connaisse ou non les jeux vidéo du même nom. Alors par contre je n'ai aucun souvenir de la musique, peu importe. L'ambiance est bien retranscrite, avec un humour qui n'hésitera pas à briser le quatrième mur à travers les scènes finales « franchement, vous ne vous y attendiez pas ? », ou alors lors de la présentation des planètes. Le méchant n'est pas vraiment ultra méchant, et ses sbires rappellent un peu les Minions, notamment au début quand il y en a un qui texte le discours de Drek, alors qu'il avait bien préciser ne pas vouloir voir ça sur internet.

 

Nous n'échappons pas aux passages habituels, le héros qui est déçu de ne pas pouvoir réaliser son rêve, avant d'avoir l'opportunité de le faire. On évitera pourtant l'engueulade entre le duo que forme Ratchet et Clank. Qwark fait rapidement penser aux « Indestructibles », je ne sais pas pourquoi. Disons qu'il est plus vaniteux par contre. Après, je l'ai déjà dit, mais l'humour fonctionne à merveille, on ne s’esclaffera pas, mais des petits sourires viendront égayer cette histoire. Bon, au niveau de celle-ci, on devine tout à l'avance, pas de surprise. On constatera des passages obligés destinés aux enfants. Le vieux reprenant son vaisseau au début, la création de l'armée...etc, c'est toujours saoulant ce genre de scène, mais ça reste un passage obligatoire pour plaire aux enfants.

 

On appréciera aussi les nombreux clin d'œil, notamment quand je ne sais plus qui cherche la race de Ratchet et que l'on voit Daxter et Sly apparaître, plutôt sympa. En terme de doublage, la VO fonctionne bien, avec le rire machiavélique de Nefarious notamment. Par contre je fus surpris de voir que l'attrait de la VF était... la présence de YouTuber (dont je n'ai jamais vu de vidéo, mais ça c'est parce que je suis vieux). Squeezie, Jhon Rachid ou Kevin Tran. Je préfère m'attarder sur la présence de Alain Dorval (le doubleur de Sylvester Stallone), Bernard Alane ou Patrick Poivey. J'ai relancé le film en passant quelques scènes afin de pouvoir chier sur les doubleurs venus de YouTube, problème, bah il n'y a pas grand chose à redire en vérité. Cela reste une VF et les voix françaises font parfois bizarres (pour le petit robot Zed notamment), mais franchement nous sommes loin de la catastrophe à laquelle je m'attendais. Ils s'en sortent tous bien, puis les trois doubleurs que j'ai cité ensuite, aux voix reconnaissables, sont excellents, donc ça va.

 

Fournissant une petite dose d'action, de combat galactique, avec surtout beaucoup d'humour, mais un bon humour, pas lourd, ce film est donc sympathique à voir. Il n'y aura aucune surprise par contre, que vous connaissiez les jeux ou non. On devine tout, mais dans l'ensemble le tout se regarde. Il faut dire que le duo principal est attachant, et les méchants sont un peu cons. Ah, si, un truc que je n'ai pas trop aimé, issu du jeu, le coup des armes qui se téléportent. Du coup, comme dans les jeux, il y en a trop, on se retrouve perdu. Mais vous voyez que c'est un détail. Alors oui, ce n'est pas un « Zootopie » ou « Wall-E », mais ce film assure un bon divertissement, ce qui est déjà bien. J'ai bien aimé et vous le conseille.

 

@+

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article