Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Cultivons la curiosité

Alright Still - Lily Allen

Alright Still - Lily Allen

Après une jeunesse tumultueuse, Lily Allen, chanteuse britannique, décide de se lancer sur MySpace, son succès sera rapide, et elle pourra en 2006, sortir son premier album. « Alright, Still », du label Regal, est composé de 12 pistes. Vous le constaterez, des titres sont très connus d'ailleurs. C'est donc parti pour 40 minutes d'une musique pop avec du ska, du reggae et même un peu d'électro.

Vidéo de Lily Allen.

« Smile » est, je pense, bien connu. La guitare et le rythme lent font penser à du reggae. Les paroles nous content l'histoire d'une femme qui se retrouve larguée et se réjouit de voir son ex revenir en pleurant. Les paroles sont loin, très loin des histoires d'amour que l'on nous sert d'habitude, plus violentes mais aussi plus réalistes. La composition n'est pas immense par contre.

 

« Knock'em out » parle du côté lourd de la drague des hommes. Le coup du « je suis enceinte et je vais avoir un bébé dans genre 6 mois, alors non », c'est du régal. Le piano entraînant, avec les cuivres, le côté comique des paroles, tout ceci rend la chanson attachante et j'aime bien. Pour « LDN », je ne sais pas pourquoi, mais non, je n'aime pas trop. Pourtant les paroles sont sympathiques, mais je ne sais pas, ici les cuivres ne fonctionnent pas et le rythme et un peu mou, bof quoi.

 

« Everything's just wonderful » aussi est un peu molle. Une musique faisant penser au Brésil, j'ignore pourquoi. Si avant c'était Cuba, ici c'est le Brésil. La voix est certes jolie et douce, mais je n'accroche pas du tout à cette chanson. « Not big » sera tout aussi calme. Ici il sera question de rompre avec sa moitié. La composition accès reggae ne me sied guère, pourtant elle a une façon de parler d'amour, avec pas mal de pessimisme. Il est souvent question des côtés lourds de la vie à deux, ce qui rend les chansons entendues jusque là surprenantes. Elle a un côté punk dans ses paroles, pleines de franchises, que j'aime bien. Bon, la chanson, surtout en terme de composition, est bof.

 

« Friday night » par contre, avec son son plus sourd, et un rythme reggae pourtant, me plaît plus. Dans les paroles on perçoit le côté caractériel de la chanteuse, avec une sorte d'embrouille avec d'autres femmes (des pétasses) lors d'une soirée un vendredi. La chanson est drôle et plaisante, j'aime bien. « Shame for you » endort par contre. Durant le refrain, je pense entendre la façon de chanter de Beck (Hansen). Ce passage est plaisant comme tout mais ne sauve pas le titre un poilet trop lent j'estime.

 

« Littlest thing » aussi est lente. Mais là c'est une jolie balade sur une toute aussi jolie histoire d'amour, même si elle semble s'achever ici, et est donc emplit de mélancolie. Il y a une émotion qui se dégage du chant, enfin j'ai envie de dire, très belle chanson donc, j'aime bien. « Take what you take » est aussi très connue. De plus en terme de paroles elle dit, en résumé, de rester soi-même. En plus d'avoir un refrain entraînant et facile à retenir, la chanson est très jolie et agréable à entendre, peut-être bien la meilleure de l'album.

 

« Friend of mine » est cette fois ci un pur titre reggae, notamment avec la guitare atypique de ce style musical. Le titre endort aussi malheureusement, c'est dommage car au final c'est assez sympa à écouter. Tout comme « Alfie » partant sur un ton très proche du cirque. Si le tuba donne cette impression, les paroles parlent de son jeune frère et sont hilarantes, tout comme le ton enjoué de la composition, une chanson très intéressante bien qu'elle intégrera difficilement les listes de lecture. Mais j'aime bien. Enfin, le dernier titre, en bonus sur les version vendues en France, « Mr Blue Sky » est très électro/pop, sympathique à écouter, il me fait penser, en composition, à une chanson dont j'ai paumé le titre, désolé. Cette dernière piste clôt avec brio un album mitigé.

 

C'est surtout en terme de parole que la jeune femme se démarque, parlant d'amour différemment des autres artistes féminines. Dans celles-ci on voit (ou entend) un mélange entre le côté franc et vulgaire du punk, avec des situations plus classiques. Ceci sur des compositions molles, reggae, ska, ayant pas mal de cuivres et de piano, qui ne sont pas ultra top. Pourtant, j'aime bien. Ce n'est pas niais comme un Britney Spears, ou trop consensuel comme une Kylie Minogue, ça détonne quelque peu et c'est plaisant. On sent une franchise impressionnante dans les paroles (pour la plupart signées par Lily Allen elle-même). À écouter, mais pas le soir, car ce n'est pas très dynamique. Sympa quoi.

@+

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article