Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Cultivons la curiosité

Dragon Ball Perfect édition : Tomes 23 & 24

Dragon Ball Perfect édition : Tomes 23 & 24

Après la lutte sur Namek contre le terrifiant Freezer, c'est désormais la Terre qui est menacée par le monstre qui avait pourtant été mis en pièces par Son Goku. Rapiécé de toutes parts, il a emmené son pôpa afin de s'assurer la victoire. Son Goku arrivera-t-il à temps pour aider ses amis à combattre Freezer ?

Voilà où TORIYAMA Akira nous avait laissé à la fin du tome 22 de cette Perfect Edition. Revoir l'antagoniste des précédents chapitres avait un côté lourd que l'auteur balaiera d'un revers de la main avec un subterfuge d'une simplicité affreuse. Ceci n'est pas une révélation, Trunks apparaît (comme sur la couverture de ce tome 23), et il vient du futur. Lui aussi est un Super Saiyan, alors qu'il n'en existe qu'un, Son Goku. Pire, le mec est ultra balèze et défonce Freezer et son papa en un rien de temps. Son identité est à se tordre de rire, non, pas son identité, le nom de ses parents plutôt. Voilà.

Qui dit éradication définitive de l'ancien adversaire, dit nouveaux ennemis. Trunks est venu avertir de l'existence de 2 Cyborgs surpuissants qui tueront toute la fine équipe. Seraient-ce les C-19 et C-20 qui apparaissent ? Surtout que le professeur Gero, ancien membre du Red Ribbon, vous savez, l'organisme que Son Goku défonce quand il est petit au début du manga, le professeur ne rêve que de vengeance. Du coup le mec il a créé des Cyborgs à l'énergie infinie dans le but d'éradiquer Goku, quitte à buter les humains et autres extraterrestres vivants sur Terre.

Le tome 23 est consacré à la découverte de Trunks, la fin de Freezer (très rapide), le retour de Goku et surtout le début du combat contre C-19 et C-20. On constate que les Cyborgs sont effectivement balèzes, et capables d'absorber l'énergie des adversaires. On remarque aussi que Vegeta a fait des progrès, tout comme le reste de la bande. Sera-ce suffisant pour éliminer ces terribles ennemis ? Une fois de plus il faudra attendre le tome 24 pour savoir si Vegeta a bien vaincu C-19, ainsi que la lutte contre C-20.

Si le tome précédent avait flingué les tomes avec Freezer d'un claquement de doigts (genre le mec était le puissant de l'univers mais se prend une branlée par un jeune homme qui sort d'on ne sait où), c'est le principe de voyage dans le temps qui fera le plus tiquer lectrices et lecteurs. Heureusement, TORIYAMA arrive à retomber sur ses pattes (si j'ose dire) dans le tome 24, en créant ainsi un futur parallèle. L'auteur l'expliquera très bien, et ceci rend l'histoire un peu plus alambiquée et passionnante que ce que pouvait laisser présager le tome 23.

Pourtant ça part mal, avec un réveil de Cyborgs supplémentaires, C-17 et C-18, qui en profiteront pour lever C-16. Bon, l'auteur nous assure qu'il n'y aura pas de C-1, C-9 ou C-15 vu que le professeur Gero les avait tous détruits, nous voilà quelque peu rassuré. Car le plus débile ici, c'est que normalement, plus le chiffre est haut, plus le Cyborg est évolué. Hors on s'aperçoit de l'inverse au réveil du taciturne C-16. Certes C-18 semble plus forte que C-17 et C-19 s'est fait battre par Vegeta alors que C-20 a survécu, mais le robot under seventeen, malgré son côté calme, semble cacher une puissance hallucinante.

Et le moins que l'on puisse dire c'est que les nouveaux Cyborgs sont d'une puissance incroyable. Défonçant la fine équipe en un rien de temps, mais les laissant vivants pour plus de fun. C'est là que Trunks explique certainement avoir créé un futur parallèle au sien, vu que chez lui les Cyborgs sont toujours aussi destructeurs, mais moins forts que les nouveaux ennemis éveillés ici. Je n'en ai pas parlé, mais les combats sont d'une beauté, d'une clarté, argh, c'est sublime. Ici ce sera Vegeta vs C-18 qui bluffera son monde. Ultra dynamique, beau, fluide (oui, même pour du dessin), j'avoue que malgré des idées scénaristiques un peu simplettes, des combats parfois trop longs, bah j'admets que pour ce genre de scène le manga est bluffant.

Car au niveau du scénario, comme si l'état de Goku et de sa bande ne suffisait pas à créer du danger, un terrible adversaire semble être en train d'évoluer sur Terre. Si terrifiant que même le Tout-Puissant accepte la requête de du Démon Piccolo. On ne le voit pas encore, on ne sait pas à quoi il ressemble (tout juste voit-on une coquille d'œuf et une mue), mais on devine aisément qu'il est d'un niveau encore plus balèze que les Cyborgs. Et on devine ce qu'il va se passer (une future alliance entre anciens ennemis), ce qui fait un peu chier, car le manga devient trop prévisible, sauf si je me plante, oui, je connais le prochain ennemi, mais ne sait pas si les Cyborgs vont s'allier à la bande à Goku.

Si TORIYAMA effraie avec un retour de Freezer qu'il élimine aussitôt d'une manière déconcertante, mais aussi avec cette histoire temporelle où j'ai crains voir TORIYAMA Akira s'emmêler dans un merdier monstrueux, il rattrape le coup avec un incroyable talent dans le tome 24, rendant logique la présence de Trunks malgré le changement de futur. Un peu comme pour "Retour vers le futur II". Si c'est l'adage du Shônen et plus particulièrement du Nekketsu, à savoir le dépassement de soi et l'ennemi toujours plus balèze, sont ici un peu trop respectés, allant jusqu'à énerver la lectrice et le lecteur (genre tu me prends pour un jambon ou quoi ? ), il faut reconnaître une belle maîtrise scénaristique, et surtout un dessin offrant un dynamisme à couper le souffle. C'est absolument magnifique. Et je me répète, mais les combats ne semblent pas durer 1000 ans comme dans l'anime, rendant indispensable la lecture mais aussi l'achat de ces tomes, surtout en Perfect Edition absolument somptueuse. Je regrette certaines ficelles gamines du Nekketsu, mais en même temps je reconnais que l'auteur sait rebondir dessus et rend son récit captivant. J'adore.

@+

Tomes 23 & 24.Tomes 23 & 24.

Tomes 23 & 24.

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article