Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Cultivons la curiosité

L'île aux chiens

Image de www.allocine.fr.

Image de www.allocine.fr.

Grande chance que de pouvoir voir ce film dans le cinéma de ma ville, sachant qu'il est spécial. Déjà, je n'ai pas vu "Fantastic Mr Fox" de Wes Anderson (qui réalise cet "Île aux chiens"), pourtant il est passé à la télé peu de temps avant. Mais bon, c'est un film en Stop-Motion, et le procédé à l'air assez intéressant pour me faire bouger. En fait, je ne savais pas grand chose de ce film avant d'aller le voir. Je voulais même en savoir le minimum possible. Sachant qu'il est indiqué au début du film que les aboiements seront traduits instantanément, et que les protagonistes s'expriment dans leurs langues d'origine. L'action se déroulant au Japon, on aura donc du japonais, traduit de diverses façons en anglais. Donc en gros, on tombe devant un film à l'accent Nippon, mais avec des voix en anglais. Et quelles voix. Bryan Cranston, Edward Norton, Scarlett Johansson, Bill Murray, Jeff Goldblum, Harvey Keitel. Il y a du beau monde effectivement. Le film est sorti en 2018 donc, et nous allons en voir la bande annonce, en VOSTFr comme la façon dont je l'ai vu.

Vidéo de FilmsActu.

L'histoire. Punaise. Euh. Allez, après un prologue nous indiquant que les chiens sont mal aimés par la famille Kobayashi (fan de chats), et que l'espèce canine a frôlé l'extinction si un jeune guerrier ne les avait pas sauvés, on voit une ville futuriste, enfin pas si futuriste que cela, mais l'histoire se déroule 20 vingt ans dans notre futur, si j'ai bien pigé, et l'histoire se répète. Le maire de la ville Japonaise de Uni se nomme Kobayashi, de comme par hasard, et re de comme par hasard il y a plusieurs maladies affectant les toutous, menaçant les citadines et les citadins. Il est décidé de déporter les canidés vers une île poubelle, afin de neutraliser la menace. À titre d'exemple c'est Spots, le garde du corps du neveu -pupille du maire- qui sera le premier chien à rejoindre l'île.

Atari (le fameux neveu) décide de rechercher son chien en allant sur cette fameuse île. Son acte de rébellion marquera peut-être le début d'une nouvelle ère, ou au pire offrira une belle aventure à voir. En fait, je n'arrive pas super bien à l'expliquer, car il y a de grand risque de spoil, c'est clair, mais surtout parce qu'en vérité, une fois sorti de la séance, j'étais mitigé. Je savais que j'avais vu un beau film, une belle expérience, mais je trouvais le truc trop convenu, pire, gamin. La fin, si on la voit venir comme ce n'est pas permis, semble avoir été écrite par un gosse de 12 piges. Là dessus vous voilà averti.e.s, il n'y aura aucune surprise.

Pourtant, en analysant bien, et en y regardant de plus près, ce film est excellent. Parlant de la cause animale en l'abordant de front. On y trouve un mélange de plusieurs genre en plus, l'aventure, l'amour (débile d'ailleurs), le film d'horreur, de guerre, de politique, enfin bon, ça mange à tous les râteliers, mais avec un grand talent. La technique est bluffante aussi. Je pense inexorablement à Wallace & Gromit, sauf que là ce n'est pas de la pâte à modeler, et que certains points d'animations donnent un côté glauque, mais j'y reviendrais. Donc on aborde des sujets sensibles, très sensibles, comme la survie, le cannibalisme même, l'exclusion, voire même le génocide (pardon mais à la fin il en est question). Et flûte j'ai ressorti un spoiler, pardon.

On a aussi le côté "presse", et sa liberté, à travers des personnages dont ce n'est pas censé être le boulot pourtant. On voit aussi les magouilles politiques, avec le côté hypocrite de Kobayashi face à son adversaire, le scientifique. Et tout ceci est saupoudré d'un humour simple, et pourtant efficace. Les réactions cassants le quatrième mur sont légions, et elles sont un pur bonheur je reconnais. Même si je me serais bien passer des commentaires puérils de la traductrices, mais passons. Et on suit cette histoire finalement simple, mais lourde de sens, au rythme des percussions très asiatiques pour le coup. Le rythme des tambours inculque au film un dynamisme permettant de ne jamais s'ennuyer.

Oui, j'avoue, j'ai beaucoup de mal à parler de ce film, mais par contre je peux vous dire ce qui ne va pas. Déjà, si le découpage en plusieurs chapitres, et cette volonté de casser le quatrième mur sont excellents, le scénario est simple, mais simple. En vérité, sous sa simplicité se cache une seconde lecture, plus adulte, mais forcément ce sont les enfants qui bougent le plus, et la fin est convenue comme pas permise. Comment dire, il n'y a pas de surprises. On devine tout, et certaines choses sont puériles, mais puériles, c'est assez énervant (surtout la fin). Le coup de Chief, le personnage qui est excellent mais qui va .. enfin vous verrez, c'est assez désolant. Le coup du chien agent secret aussi, pffff, comment c'est pourri ça, j'ai complétement décroché là.

Si je pourrai passer sur le scénario, car si on y réfléchit bien, le seconde lecture est intéressante (un monde dirigé par les enfants ne serait-il pas plus juste ? ), c'est la réalisation, proche des "Sentinelles de l'air", qui rend certains plans, certains gestes, glauques. Le "face caméra" des chiens, avec les yeux grands ouverts des toutous, euh, wah, ça fait très "Chucky" je trouve. Non, pas à ce point, mais ça donne un effet bizarre, glauque et effrayant je trouve. Alors qu'un "Shaun le mouton" est très attachant, très mignon, que l'on arrive à ressentir de l'empathie pour les personnages. Ici ces derniers effraient presque. Comme des poupées ratées, pas méchantes, mais qui filent les jetons sans trop savoir pourquoi. Pourtant les "humains" sont réussis, mais les chiens sont extrêmement bizarres j'ai trouvé. De plus il y a des changements de comportement que je n'arrive pas à saisir, renforçant le côté simple et puéril du scénario.

Mmmoui, en fait je m'enfonce, je m'embourbe, car en vérité, si à la sortie du film, j'étais mitigé, déçu par une fin débile, en y réfléchissant bien, l'heure quarante est passée très vite, les sujets abordés ne sont pas aussi cons que ce que le film laisse paraître. Il y a aussi des passages Western très sympathiques, et au final mon expérience fût positive. J'arrive même à passer sur le manque total d'émotion, alors que les passages "chouinages" sont nombreux pourtant, et un humour en dent de scie. Je vous conseille ce film, qui est une belle expérience cinéma, à voir en VO si possible, mais ce n'est pas un film foufou non plus. Comment dire, argh, je n'arrive clairement pas à expliquer, vous pourrez le trouver excellent comme complétement merdique, c'est délicat. C'est une sorte de délire dans lequel il faut adhérer. Sans une fin conne et écrite par un gosse de 12 ans, j'aurais vraiment pu adorer ce film, mais cette dernière m'a trop laissé une mauvaise impression pour que je l'occulte. Sympa mais sans plus.

@+

Le ticket.

Le ticket.

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article