Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Cultivons la curiosité

L'Agence tous risques - Saison 3

Saison 3 en DVD.

Saison 3 en DVD.

Cette fois-ci nous y voilà. La raison qui faisait que je n'avais pas vu les deux premières saisons en VOSTFr. À partir de la saison 3, et jusqu'à la fin (saison 5 donc), mon regroupement de coffret ne contient que la VF. Ce n'est pas que celle-ci soit mauvaise, mais j'aurais aimé découvrir la série de mon enfance en version originale. Enfin bon, peu importe, plongeons donc dans ces 25 épisodes d'environ 45 minutes. La saison 3 ne verra qu'un seul épisode double. "Au-delà de la rivière". Donc, bah en vérité je ne me rappelle plus trop. Ah, si, dans un pays d'Amérique du sud. Ah ouais, avec l'unijambiste et sa prothèse piégée. Je vois.

Euh, en fait cet épisode double est numéroté 2 et 3. Le tout premier épisode est à se tordre de rire tant il frôle le sexisme. En Floride l'Agence va aider un hôtel à ne pas sombrer sous le joug d'un méchant pas gentil qui veut faire je ne sais plus quoi à la place. De sublimes femmes en bikinis serviront de vitrine sexy afin de retrouver une affluence correcte. Ce que la propriétaire verra (logiquement) d'un mauvais œil, mais Hannibal lui expliquera que c'est la solution la plus facile pour renflouer les caisses et attirer du monde, la preuve, ça fonctionne. En quelque sorte on pourra constater que la série joue sur cette facette, limite critiquant les autres séries attirants du monde avec des femmes sexy. Enfin, j'affabule certainement, mais je trouve que les scénaristes jouent pas mal avec les codes des années 80, les retournant souvent, ce qui offre une critique de la lucarne telle qu'elle est en 1984/1985, années de diffusion de cette saison aux U.S.A.

Ensuite arrive le seul épisode double, en Amérique latine, avec l'histoire d'un fleuve gardé par un local, mais aussi une putain de centrale nucléaire sa mère. Pardon d'avoir juré, pardon d'avoir spoilé, mais il y a une centrale nucléaire, sans rire. Enfin bon, je ne me souviens plus trop de l'histoire, un trésor bidule, avec un beau gosse maltraité par les locaux, puis finalement on nous balance des vidéos filmés par on ne sait qui, nous faisant croire que l'équipe de la série s'est rendue en Amérique latine. Ce que l'on ne croit jamais, mais peu importe. Les décors en carton et polystyrène sont hilarants d'ailleurs. Enfin bon, ce n'est pas un épisode marquant.

Et ce sera le cas de toute la saison. La série ronronne, nous sortant un schéma redondant qui énerve quand on arrive à la fin. Des gens normaux bossent normalement, des méchants pas gentils qui sont méchants veulent les empêcher de bosser normalement pour une raison X ou Y (souvent une affaire de gros sous), l'Agence arrive, construit un truc dingue et fait panpan culcul aux pas gentils. Souvent l'armée intervient mais se fait humilier, tantôt c'est Decker, tantôt c'est son bras droit, mais qu'est ce que c'est lassant.

Parfois, il faudra sortir Murdock (Looping) de l'asile psychiatrique. Usant toujours de subterfuge, Templeton Peck arrive à sortir le pilote via différents moyens. Il faut dire que Futé (Face en version originale) joue de son côté beau gosse et beau parleur pour obtenir ce qu'il veut. Aussi bien de la gente féminine que masculine, n'hésitant pas à élaborer des plans pour obtenir un camion, du matériel, un hélicoptère, ou je ne sais quoi d'autres dont l'Agence aura besoin pour mener à bien sa mission.

Murdock est le pilote un peu fou donc, qui joue moult rôles (Dwight Schultz est génial soit dit au passage) et aura même droit à un épisode, le plus sympa de cette saison, en toute fin par contre. Avec une jolie vétérinaire au passage. C'était vraiment l'épisode le plus agréable car changeant un peu les codes. Looping étant traqué par des "Chasseurs de primes" (le nom de l'épisode) afin que ces derniers ne capturent l'agence. Il y a en plus l'armée dans le lot, et c'est un joli merdier bien marrant j'ai trouvé.

Malheureusement des épisodes aussi puissants, il y en a trop peu. De mémoire me voilà bien incapable d'en citer un. Alors je continue sur les personnages, avec Amy, Melinda Culea, que l'on retrouvera avec grand plaisir un court instant en début de saison. Dirk Benedict en Templeton Peck donc, le charmeur qui obtient tout le matériel qu'il faut. Reste donc Barracuda. Mr T. interprète ce monsieur ultra musclé, qui fait penser aux rôles du regretté Bud Spencer, prenant des coups, sans broncher, avant d'envoyer valser ses ennemis. Il est aussi un fin pilote de véhicule, mais déteste tout ce qui vole. Il fera une allusion au surnom de Looping en fin de saison d'ailleurs, expliquant sa peur de voler. De plus, Mr T. offre à Barracuda son amour des enfants. Rien de gore là dedans, voyons, juste qu'il fait tout pour protéger les enfants et les mener sur le droit chemin. Un exemple, Barracuda boit du lait, c'est tout con, mais quand tu as 10-12 piges, bah ça te marque et tu le prends comme un grand frère.

On y verra une grosse allusion à "Rocky 3 : l'œil du tigre", avec un épisode où Mr T. joue le rôle d'un boxeur le temps d'une mission dangereuse. C'était sympa ça c'est vrai. Enfin, il reste le cerveau, John "Hannibal" Smith (George Peppard). Il aime fumer le cigare, ne perd jamais son sang froid et adore quand un plan se déroule sans accros. Ces derniers ne se déroulent pourtant jamais sans heurs, ce que lui reproche souvent Futé. Son côté calme le rend attachant, mais ce sont surtout ces déguisements qui marquent, en Lee, vieux Chinois, ou en pompiste malaisé qui piège Futé, en monstre devant retenir sa respiration. Le métier de cascadeur au cinéma lui va à ravir, et lui permet de prendre contact avec les client.e.s en évitant l'armée.

En fait, cette saison n'est pas mauvaise, c'est juste que sur 25 épisodes, les 3/4 sont similaires. Ceci déçoit encore plus quand on les enchaîne. Pourtant, on y verra des cascades toujours aussi spectaculaires (et réelles), des fusillades et de l'action sans jamais aucune effusion de sang, ou sans jamais que l'Agence ne tue quelqu'un. Le Van GMC noir avec un bandeau rouge est aussi connu que K.I.T.T. ou la Ford Torino de "Starsky & Hutch". Et il va morfler ici, se retrouvant à nu dans un épisode, provocant la colère de Barracuda. Toujours dans un état d'esprit léger. Même enfermés dans une cage en Amérique du sud, ou dans une prison d'un quelconque état des U.S.A., il n'y a jamais de panique, de peur ou de crainte. L'Agence sort toujours gagnante et au final ce n'est pas déplaisant. Il faut dire que le trait des antagonistes est souvent exagéré et que les acteurs les interprétants sont très très bons pour se faire détester.

En vérité, je ne vois pas quoi dire de plus. Si la saison n'est pas mauvaise, elle est répétitive, et possède trop d'épisodes basés sur le même schéma. Résultat, aucune surprise. Pourtant, les personnalités des héros les rendent attachants. Le côté bricolage est passionnant et a peut-être pas mal joué sur l'enfant que j'étais, vu que j'ai vite voulu faire des trucs avec mes mains, même si c'était mauvais. Le côté cascades réelles aussi impressionne. Un peu comme "K2000" en fait. Ou "Shérif fais-moi peur". Donc oui, j'ai aimé cette saison, et ce malgré la répétitivité de certains gags, comme pour faire prendre l'avion à Barracuda par exemple, ou faire sortir Looping de l'asile. Ça reste une série que je vous conseille, mais, un conseil, évitez de manger les épisodes à la suite, c'est une série à picorer, un épisode tous les 2 jours au max. J'ai aimé mais ça lasse un peu j'avoue.

@+

L'intégrale DVD.

L'intégrale DVD.

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article