Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Cultivons la curiosité

Hard Corner II

Le fan book.

Le fan book.

Il fallait bien qu'il revienne tôt ou tard. Sachant que son activité de "YouTuber" ne cessa jamais vraiment. Benzaie, alias Benjamin Daniel, et son émission "Hard Corner". Toujours aux éditions Omaké Books, dans un Fan Book du plus bel effet. Le premier truc marquant reste ce boitier regroupant les 4 DVD (excusez du peu), toujours signé par Jibé. Auteur de "Bass Def Deluxe" mais aussi de la plupart des jolis boitiers de la maison d'édition de Florent Gorges. Nous retrouverons ici "Street Fighter II". Et les menus, je ne vous raconte même pas. Certes ils ne sont pas nombreux, mais quel plaisir immense que de les découvrir quand on a connu le jeu de baston de Capcom.

Mais là n'est pas le thème du jour. Si pour "Le joueur du Grenier", la découpe en saison se prête plutôt bien. Il était indiqué que Benzaie ne ferait rien comme les autres. Ici, pas spécialement de saison 2. Mais pourtant un contenu riche. 28 épisodes, partant du "Les jeux vidéo à la télé en 1993" et se concluant avec "Final Fantasy XV". Entretemps le jeune homme déménagera en Finlande (il en est revenu depuis). Le gros bonus de ce boitier vient avec la présence de "HARD CORNER, LE FILM !", désolé, je ne le crie pas, mais c'est ainsi qu'est écrit le titre dans le fan book. Soit 1h06 supplémentaire, parlant de la genèse de la fameuse boutique pointue qu'est le "Hard Corner". Regardons une courte page de pub.

Vidéo de benzaiTV.

Le principe n'est pas forcément connu, mais bien pensé. Sans jamais avoir une longueur type d'épisode, Benjamin Daniel nous présente, à travers son personnage aux cheveux longs et à la voix rauque, un collector d'un jeu. N'y allant jamais par quatre chemins, sa franchise est appréciable. Tout ceci, à travers la mise en scène d'un client, ou d'une cliente, ayant une demande particulière. Mais qui n'échappera jamais à la vidéo VHS (oui, les grosses cassettes noire) prévue.

Le YouTuber s'essaiera à une mise en scène plus complexe lors de la présence de guests tels Sébastien Rassiat, Bob Lennon, LeSadPanda et j'en passe. Seulement ce ne seront pas tout le temps des collectors. Ainsi, dans le précédent fan book, nous avions vu des consoles, mais aussi la joie de la découverte des cassettes VHS promotionnelles, notamment la fameuse VHS Super Nintendo. Dans ce boitier nous verrons même un film culte car ultra nanar.

Benzaie sera toujours sans aucun filtres, n'hésitant pas à mettre en avant le côté pervers de son personnage monocouille. D'ailleurs, le fan book se compose aussi d'un livret (non-détachable du boitier) avec une entrevue de trente pages. Cette dernière est ultra intéressante, nous en apprend plus sur la personnalité du monsieur. Mais aussi de la pression qu'il subit. Elle rejoint les bonus DVD, où l'on découvre que Benjamin Daniel est bordélique et ne prépare rien. Et pourtant il arrive à sortir quelque chose de drôle et intriguant car il s'investit à fond.

On apprend donc qu'il a été vendeur à "GAME", la firme vendant des jeux vidéo, disparue depuis. Et on constate qu'il puise énormément dans son expérience de vendeur. Surtout dans le film. Quand un client lui demande "Mario sur PlayStation" et qu'il a des relents tellement la demande est débile. Ou alors quand les clients viennent pour voir ce que donne le jeu avant de l'acheter en grande surface ou sur internet. Le mieux reste le passage, dans un épisode classique centré sur la réalité virtuelle, où le jeu est d'être un vendeur de jeux vidéo. Avec la tristesse et l'envie de mourir que cela implique.

Mais parlons donc du film. Celui-ci est, allez, soyons franc, mauvais. Les gags sont lourds, à base de caca, vomi et crotte de nez, de nichons meneurs. Et pourtant, si on oublie le passage "vomi" qui vous donnera la nausée tellement il est inutilement dégueulasse, on s'amuse bien. Oui la femme y est décrite comme manipulatrice et matérialiste, oui le boss est abject, mais pourtant, ça passe. Si on passe les gags trop faciles (pourtant ultra nombreux), on tombe sur un truc marrant, pas trop bancal. Mais bon, le problème reste cet humour bas du front qui aurait gagné à être dilué dans un scénario un peu plus recherché que ça. Les fans aimeront, les autres auront l'impression d'être devant la série "Noob" mais en un peu mieux quand même. Pas ultra marquant, il ne sert presque à rien en terme d'historique du personnage de Benzaie, disons qu'il permet de mieux comprendre d'où sort ce Jean-Guy quand il apparaît à de nombreuses reprises dans la "série" (si j'ose dire). C'est d'ailleurs son seul intérêt. Mais l'effort est louable tout de même, je ne serais pas capable de produire un tel film, donc j'y vais un peu fort j'avoue. À réserver aux fans.

Tandis que le reste non, les 28 épisodes voguent sur un rythme rapide, plaisant, même les épisodes de 20 minutes ou plus (pas très nombreux) n'ennuient jamais. Moi qui n'aime pas trop Bob Lennon, je lui reconnais une certaine qualité d'acteur (bien qu'il en fasse des tonnes, chose qui fait que je ne l'aime pas trop). À ce propos, il y a 4 épisodes de "Starbarbares", doublés par Bob Lennon et Benjamin Daniel. Qui s'en sortent super bien. La série en elle-même est sexiste, mais bien animée et presque drôle. C'est très court, mais ça se regarde. Je n'ai pas compris la comédie musicale par contre, pourtant se basant sur "The Rocky Horror Picture Show", un passage quand même sympa en bonus.

J'oubliais à propos du film, la présence du grand frère de Benjamin Daniel, qui est excellent dans son rôle de Alpha Man. Et en général, il n'y a rien à redire du cast, aussi bien dans le film que dans la série. David Chabant (alias Ganesh2) est vraiment détestable dans le rôle du boss (dans le film), et voir le combat entre collector de "Mortal Kombat" entre Sébastien Rassiat et Benjamin Daniel, ça n'a pas de prix. Un moment très drôle.

On reste toujours sur la même question. Pourquoi mettre 25€ dans un contenu disponible gratuitement ? On reste sur les mêmes réponses. Le packaging est sublime, les bonus sont marrants, l'entrevue permet de constater que Benjamin Daniel, à l'instar de Sébastien Rassiat ou Frédéric Molas, mérite ce qu'il lui arrive (je ne cite que "Le joueur du Grenier" car eux aussi sont édités en fan book chez Omaké Books). Et je constate que sa façon de penser est proche de la mienne. Alors qu'il a cinq ans de moins que moi. Mais surtout, la raison principale justifiant l'achat de ce fan book, c'est con, mais c'est le soutien. Oui le film est bancal, voir triste dans son humour par moment, mais que de bons moments passés avec des remarques hilarantes sur le film "Samouraï", ou alors la gentille façon de se moquer des clients croyant tout savoir mais qui ne sont que des grosses merdes. Tout ceci mérite largement les 25€ demandés. En plus ça fait vraiment joli à côté des autres fan book, Omaké Books faisant un gros boulot pour offrir un packaging sublime. Bon, vrai gros défaut, ce livret qui ne se détache pas du boitier, forçant à lire avec les DVD, ce qui est un peu con, mais hormis ça, c'est excellent. Vivement le troisième ! J'adore.

@+

Hard Corner II
Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article