Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Cultivons la curiosité

Dragon Ball Perfect édition - tomes 21 & 22

Les tomes 21 & 22.

Les tomes 21 & 22.

Avec les deux tomes du jour nous allons franchir les deux tiers de la série créée par TORIYAMA Akira. Ici dans sa perfect édition. Et le moins que l'on puisse dire c'est que les tomes 21 et 22 de cette édition seront vite expédiés. Pourquoi ? Vous savez, la version animée « Dragon Ball Z » (Son Goku est désormais adulte) est réputée pour ses combats à rallonge (électrique de 20 mètres au minimum), et bien ce n'est pas que pour mettre plus d'épisode et ainsi capter encore plus l'audience que ce procédé existe dans l'anime.

 

En effet, on constatera dans ce manga, que le combat Son Goku contre Freezer, traînera en longueur. Le pire étant qu'il n'y a quasiment pas d'histoire en parallèle pour atténuer l'impression de lenteur que l'auteur emploie pour ne pas avoir à passer à autre chose. Hasard de la publication, le dernier chapitre du tome 22 ressort une ellipse narrative d'environ 2 ans. D'un côté ça rassure (ou non) pour le prochain tome. Sauf quand on voit quels seront les adversaires à venir.

 

Mais pour l'instant, ce sont les amis de Son Goku (et Vegeta) qui affrontent le terrible Freezer. Le mec surpuissant qui veut prouver à tous qu'il est le plus puissant de tout l'Univers. Oui, ma foi. En plus, histoire de palier l'absence des risibles Scouter (outil permettant de voir la puissance adversaire ne servant à rien vu que celle-ci ne cesse de fluctuer), TORIYAMA nous sort un truc hilarant et tout aussi peu utile, les transformations de Freezer.

 

Genre l'adversaire peut se transformer 4 fois, et il est vachement beaucoup plus balèze le type à chaque fois. Seulement, lors de son premier changement, c'est galère pour les « gentils ». Alors quant il prend la forme d'un Alien de la saga du même nom, je ne vous raconte pas le cirque. Surtout qu'au final, les phases 2 et 3 de Freezer sont sous exploitées. C'est fou ça, le grand méchant se bat plus longtemps sur sa phase « basse » que les 2 transformations citées réunies. Il devient donc rapidement le Freezer que l'on voit sur la couverture. Il est épuré, propre et même petit.

 

Alors que Piccolo était sûr d'être meilleur que le méchant, celui-ci se transforme donc coup sur coup. Vegeta demande à Krilin de le tuer pour augmenter sa puissance, ce qui échoue vu que le pauvre Dendé, capable de soigner quiconque, se retrouve abattu par Freezer. Génial. Bon, ça bastonne, de façon super jolie et là dessus il n'y a rien à redire au dessin parfait, et Son Goku arrive enfin vers le milieu du tome 21.

 

Là c'est parti pour 1 tome et demi environ d'un seul et unique combat. Goku vs Freezer. Avec, je dois le reconnaître, un passage important dans le manga, l'arrivée du Super Saiyan. Du moins le fait que Goku déclenche cette fonction sans le vouloir. Je ne spoil rien, vu que la couverture du tome 22 s'en charge. Si le combat est épique, le charisme dégagé ainsi par Son Goku est impressionnant. Le calme aussi.

 

C'est ici que l'on retrouve les fameuses répliques débiles de Freezer « dans 5 minutes Namek explosera » puis « il reste une minute trente », alors que l'on a l'impression que ça dure 10 années. Dans le tome 22 il y aura un brin d'histoire parallèle avec le plan assez tordu de maître Kaio. Avec le fait de redonner la vie à untel pour pouvoir exposer le dernier vœux auprès du Dragon de Namek, enfin bon, c'est tordu, mais compréhensif.

 

Certes la baston entre Goku et Freezer est épique, mais comment c'est long. Genre ils frôlent la mort tout les deux, mais au final sont encore vivants, pffff, encore plus débile que les Scouter cet affrontement je trouve. Oui, ça implique le sacrifice et le dépassement de soi, mais quand même, qu'est ce que ça traîne. Jusque là ça allait à peu près dans le manga, mais avec cet adversaire on vire dans la baston, la baston et la baston. Pire, le chapitre final, qui se charge de l'ellipse, annonce encore une phase de baston sans répit pour la lectrice et le lecteur. On sort de 3 ou 4 tomes de baston sur Namek, et maintenant nous voilà sur Terre, 2 ans après, à deux doigts d'une baston toute aussi épique.

 

Oui, je suis pas mal méchant et je donne l'impression de ne pas aimer, mais au final ça passe malgré tout. Je regrette la quasi absence de ce qui faisait le charme de la saga à ses débuts, l'humour. Même l'humour pervers et scato me manque, c'est dire. Non, là c'est baston baston baston. Qui n'en finit jamais en plus. Alors oui c'est sublime niveau dessin, les personnages restent attachants, mais quand je pense qu'il reste environ 12 tomes à lire, ouch, que va nous sortir l'auteur d'encore plus risible pour faire toujours plus fort ? Disons que, sans vraiment connaître la série (j'ignorais ce qu'était un Super Saiyan avant la lecture du tome 22), je crois qu'il y a une histoire d'Androïde, de fusion et de Boo. Nous verrons bien, mais cette fois ci, la série a pris le virage du « tout baston » qui la rend moins sympathique à mes yeux. Ceci dit ça se lit encore. J'aime moyennement bien, ce qui ne veut rien dire.

 

@+

Le tome 21 et le tome 22.Le tome 21 et le tome 22.

Le tome 21 et le tome 22.

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article