Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Cultivons la curiosité

The Devil's reject

Le DVD.

Le DVD.

Aujourd'hui c'est la suite de La maison des 1000 morts que nous allons voir dans le cadre de la semaine spéciale cinéma. Film d'horreur réalisé par Rob Zombie, il est sorti en 2005, soit 2 ans après son ainé. Si le premier film était fortement inspiré de Massacre à la tronçonneuse de Tobe Hooper, on perçoit encore l'influence sur ce film, surtout dans l'introduction où les autorités découvrent les horreurs de la famille Firefly. Puis nous assistons à la descente de Police. Ce qu'il va se passer dans ce film est surprenant, dans le sens où les chasseurs deviendront les proies du Shérif Wydell, oui, si vous avez vu le premier film, ce nom vous dira quelque chose, vu que le méchant de cette suite n'est autre que le frère du précédent Shérif assassiné. Si au début Quincy Wydell fait tout légalement, il va cependant vite péter un plomb et se mettre en quête de vengeance. Regardons la bande annonce.

Vidéo de Cinéma-Massacre.

Rob Zombie est surtout connu pour sa musique, mais sa première incursion cinématographique avait été une réussite. Il en sera de même pour cette suite brillamment exécutée. Nous suivons donc la capture des Firefly. En plus, lors de l'arrivée de l'escouade, on voit Tiny tirant un corps de femme. Ceci aura son importance dans l'avant final. Nous allons assister à une fusillade intense, avec une sommaire mais efficace présentation des personnages. On devine, même sans avoir vu le premier film, que c'est une famille de taré, dormant avec des corps (essentiellement de femmes). Lors de l'assaut, Otis et sa sœur Baby arrivent à s'échapper tandis que Rufus meurt, et que Mama est capturée.

Ensuite nous voyons Captain Spaulding, le daron de la famille Firefly, dans une scène de sexe crue, bonne introduction de l'aspect "freaks" du type qui est presque toujours grimé en clown et gère un musée des horreurs. Il découvrira aux infos que la ferme familiale fût découverte, et en même temps il reçoit un coup de fil de sa fille. Rendez-vous est pris dans un motel. J'oubliais de dire que l'action se déroule en 1978, et si le film précédent s'inspire de Massacre à la tronçonneuse, on peut aussi voir plus loin, le film de Tobe Hooper s'inspirait d'un fait divers sordide, et je pense que Rob Zombie s'est lui aussi inspiré de ce fait divers en piochant par moment chez Hooper.

Otis et Baby arrivent au motel et vont donc prendre une chambre. Pas en louer une, en prendre une. Les victimes seront un groupe de Country, et si, jusque là, à part la dame assassinée par la fratrie pour lui piquer sa bagnole, il n'y avait pas de scène d'horreur, la chambre du motel va vous faire entrer dans une situation cauchemardesque où toute la folie de la famille Firefly explosera aux yeux du/de la téléspectateur/trice. Entre le roadie abattu sans sommations, la quasi scène de viol avec un pistolet, Baby ayant des demandes bizarres, genre pour allez aux toilettes une des deux victimes restantes (Otis est parti se débarrasser des hommes dans le désert) doit frapper son amie. Et alors que l'on croira la situation s'inversant enfin, la blonde arrivant à se saisir de l'arme, et bien non, tout était prévu, et parmi les 5 membres du groupe, il n'en reste plus qu'une de vivante. Je ne vous dit pas comment elle va mourir, mais c'est totalement stupide et bien gore.

C'est d'ailleurs lors de sa mort que l'on constatera l'emploi un peu trop flagrant d'effet numérique, seul défaut du film à vrai dire. Mais peut importe, maintenant que Spaulding a rejoint ses enfants, ils vont pourvoir aller chez Charlie. Nous avions entr'aperçu ce personnage interprété par l'immense Ken Foree (qui a joué dans Dawn of the living dead ou Zombie chez nous), on le voit accompagné par Clevon, on reconnaît Michael Berryman, interprète de l'inquiétant Pluto de La colline a des yeux. Grand plaisir de revoir ces acteurs je trouve. On verra aussi Danny Trejo en copain du Shérif Wydell.

Car pendant ce temps, la police galère un peu à retrouver les fugitifs, avant que le shérif ne fonde un plomb et décide, guidé par le fantôme de son frère, de buter tous les Firefly. Rien que ça. Il débutera par Mama, en prison, dans un scène explicitement sexuelle, disons qui mêle sexe et horreur, montrant que la souffrance d'un poignard dans le ventre peut-être similaire à l'acte sexuel. J'affabule un peu, mais c'est l'impression que cette scène donne. Après avoir vu 2 phases, la fuite puis l'attente des Firefly (qui en ont profité pour faire 5 victimes, 6  si on compte le vol de la voiture), dès la mort de Mama, fini les victimes innocentes, tous ceux qui mourront l'auront mérité. Sauf ptet les putes au début de l'assaut furtif chez Charlie, mais passons. Car le bon ami de Spaulding va le trahir. Résultat, Wydell (aidé par deux bikeurs dont Danny Trejo) capture les rescapés et va les torturer dans la ferme familiale. Agrafes sur le corps, mains clouées tel Jésus, plus la mise à feu de la ferme avec Spaulding et Otis dedans, voilà ce qui les attend. Pour Baby, Wydell veut s'amuser avec, sorte de chasse malsaine à travers la propriété.

Celui que l'on avait oublié intervient, en effet, Tiny, le super fort Tiny, sauve le reste de sa famille, avant de se laisser mourir dans l'explosion de la maison, du moins c'est ce que j'en ai retenu. Quand Captain dit "on reviendra", parlait-il de l'enfer ou croyait-il vraiment pouvoir revenir, c'est assez incompréhensible en fait, il aurait dû dire "on se reverra" ou un truc du genre, mais passons, j'ai dû mal suivre. Et donc le grand final est un affrontement avec un barrage de police. Le problème de cette scène est qu'elle ne procure aucune émotion. Je veux dire, face à Wydell on s'était surpris à avoir peur pour les Firefly, un comble quand on sait que ce sont eux les connards, mais la folie du shérif rendait ses victimes "humaines" donc attachantes. Et bien il faut croire que dans la scène de fin, les rôles se sont inversés, est-ce volontaire ou non, je l'ignore, mais vu l'emploi du ralenti de la mort des 3 membres restant, on pourrait croire qu'il essaie de nous faire ressentir une sorte de pitié pour eux, ce qui n'arrive jamais vu que d'un coup on se remémore les victimes de la famille (ce qui peut remonter loin si vous avez vu La maison des 1000 morts).

Le plus drôle dans cette histoire est que j'ai vu ce film avant son prédécesseur, et que dans ce sens aussi ça fonctionne. On perçoit moins les subtilités, mais ça fonctionne. Les scènes horribles sont excellentes, la prise d'otage du motel est angoissante, mais gâchée par des effets numériques pas top je trouve, par exemple la machette tuant Gloria, mmmmh, non, ou alors la mort stupide, mais vous verrez. Sinon, nous sommes en face d'une grande, très grande réussite du cinéma d'horreur, il y a tout, et même plus, vu que l'on change sans cesse de point de vue, un coup ce sont les Firefly que l'on déteste, puis Wydell qui pète un gros câble, puis Charlie, mais ce dernier essaie de se racheter (en vain), pour finalement constater que, spoiler, tout le monde meurt et c'est pas plus mal. Je trouve la scène de Tiny avançant vers sa mort superbe, voir sa silhouette à la fois massive et biscornue s'approcher des flammes, là, oui, on ressent une grande émotion. La fin est logique mais ratée au niveau de l'émotion. Ceci dit c'est un des films d'horreur les plus réussit que j'ai pu voir, offrant une horreur délirante et jouant avec ceux le regardant. Un film à voir et à posséder, j'adore.

@+

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article