Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Cultivons la curiosité

Paddington 2

Image de www.allocine.fr.

Image de www.allocine.fr.

Il est des fois, des choses imprévues, ainsi, pour cette dernière chronique cinéma de 2018, cela aurait dû être Star Wars : Les derniers Jedi, seulement, le fait de ne pas vouloir le voir la première semaine (cause trop de monde), m'a fait longuement hésité entre Paddington 2, Santa et Cie et le dernier Star Wars. Si j'ai très vite éliminé le dernier film d'Alain Chabat, pour des raisons que je n'étalerais pas ici, lorsque je vis une queue assez effrayante devant le cinéma, j'ai vite compris que pour le film de Rian Johnson, c'était râpé. Je n'aime pas avoir trop de monde au cinéma, oui, c'est débile, mais quand tu vas voir un film seul, c'est presque effrayant de se retrouver comme un con au milieu de gens qui eux sont accompagnés. Mais passons là dessus, Paddington 2 étant à l'affiche pour la deuxième semaine, j'ai espéré voir peu de monde. En constatant que c'était une petite salle (de moins de 100 places), un samedi à 14h, je me suis dit que c'était gagné, j'allais être peinard, en plus pas encore en vacances scolaires, donc les mioches doivent faire leurs devoirs, genre t'y as cru. Une salle qui s'est retrouvée au final presque pleine, et pleine de mère de famille avec leur progéniture, parfois des familles. Et si je n'ai rien contre les enfants, j'ai toujours la crainte de ne pas me retrouver à ma place en vérité, bon, dans l'ensemble, si une fois de plus on oublie les écureuils bouffeur de popcorn, ça c'est bien passé, et cela m'a permis de constater que, comme d'habitude, je suis en décalage, la salle rigolait sur des gags que je jugeais mauvais, mais quand un détail ou une réaction à l'écran me faisait marrer, j'étais le seul. Je dois être con, je ne sais pas, mais passons. Et c'est donc le 17ème film que je vois cette année au cinéma, et le dernier. Le record de 2016 ne sera ni égalé et donc encore moins battu (18). Si j'ai hésité entre Star Wars et Paddington 2, c'est la faute à la VF de ce dernier. Quand j'avais découvert il y a 2 ans, le premier volet (lui aussi réalisé par Paul King) grâce au code MyCanal de Inod, je l'avais vu en VOSTFr, et l'accent so british est un régal, c'est d'ailleurs pour cela que je n'arrive pas à voir Sherlock ou Doctor Who (et encore moins Broadchurch) en VF... donc regardons la bande annonce.

Vidéo de FilmsActu.

Après la découverte du très poli ourson venant du Pérou, et une histoire un peu rocambolesque (j'adore ce mot de vieux), le premier était une vraie surprise. Ici, ce sera à la fois tout con sans l'être. Si dès le début on introduit Paddington en partant dans le passé, nous montrant comment sa Tante Lucy et son Tonton Pastuzo l'ont sauvé d'une mort certaine, l'adoptant ainsi, et reculant à plus tard leur voyage pour Londres. Bon, j'avais zappé le côté "tonton est mort", du coup quand Paddington dit de façon un peu désinvolte "depuis que tonton est mort..." ça m'a surpris, mais passons. Une scène introductive permettant aux gens n'ayant pas vu le premier film de situer le truc, en plus la scène est impressionnante même si je passerai rapidement sur le fait que la corde s'est raccourcie entretemps, passons, ce ne sera pas le seul point bizarre je trouve, mais une fois de plus, il ne faut pas trop réfléchir.

Donc Paddington est parfaitement intégré, presque du moins, car Peter Capaldi (le 12è Docteur de Dr Who) ne l'aime pas trop, j'avais zappé le fait qu'il jouait dans le premier lui, c'est marrant. On constate que la vie se passe, et alors que le petit ourson cherche un cadeau pour sa tantine qui est dans une maison de retraite pour Ours au Pérou, purée, j'espère qu'ils s'occupent mieux d'eux que de nos anciens ici, mais là aussi c'est un autre débat. Et miracle, des forains débarquent pour la fête annuelle, et la patronne des forains veut revendre des babioles. En fouillant un peu (avec des scènes débiles comme Paddington mettant un truc de carnaval, truc faisant rire tout le monde sauf oim), il va découvrir le cadeau ultime, un livre Pop-Up (prononcé peup-hupe en VF....) de Londres, création unique de la mamie de la foraine, qui vaut la peau des nouilles, au moins mille pièces, donc on va dire 1000£ soit 1500€, sauf si la livre sterling a perdu, ce qui n'est pas impossible depuis le stupide Brexit que les anglais ont mis en place, là aussi ce n'est pas le débat.

La solution est simple, notre héros va bosser. Ah, j'ai pas dit, mais entretemps on constate que tout le monde a évolué, ainsi Judy se lance dans le journalisme, Jonathan abandonne sa passion pour les locomotive à vapeur pour devenir J-Dog, au look branché, franchement, merde quoi, oui, ils ont voulu montrer le passage de l'âge ingrat (l'adolescence), mais son look est ridicule, putain les jeunes vous vous promenez avec des trucs lumineux. Chose marrante, il a des lunettes qui ressemblent à celles portées par les Up Up Girls kakko Kari dans le clip Party People Alien, il doit être fan de la benjamine Arai Manami, vu que ses lunettes sont bleues, mais là je suis parti un peu loin, citer les UUG dans un article cinéma sur Paddington, il fallait arriver à la faire. Mary elle est toujours une artiste rêveuse, mais elle s'entraîne à la nage pour traverser la Manche, histoire de faire un coucou aux français que nous sommes. En fait seul Henry échoue, il n'obtient pas la promotion désirée, se trouve gros, moche, n'a plus sa fougue quoi. Il est dans la crise de la cinquantaine, que l'on nommait avant crise de la quarantaine mais qui a pris 10 ans avec la durée de vie qui s'améliore sans cesse, comme un jeu dont on achète le season pass.... euh, je m'égare.

Donc, si le début résume un peu tout, le sauvetage de Paddington au Pérou, l'évolution des personnages de la famille Brown, le fait qu'il soit presque complétement accepté par le quartier, donnant lieu à une jolie scène je trouve, entre le docteur qui oublie ses clés, la cycliste, la kioskière (mot nouveau, je ne sais pas le nom), l'éboueur aussi, et enfin l'antiquaire, c'est fluide et marrant. On découvre le fameux livre Peupeupe, avec là aussi une superbe scène propulsant Paddington et Lucy dans un monde de papier et de carton. La caméra tournant tout le temps dans le même sens par contre, ça, ça le fait pas trop, même si c'est lent et fluide, j'en avait marre de tourner dans le même sens. Et donc Paddington qui cherche du boulot. Je pense que la scène du coiffeur est en trop, uniquement pour faire rire les mioches, je n'ai pas aimé, oui, après on découvre que c'est le juge, merde, j'ai spoilé, mais bon, je la trouve en trop, ou trop longue. Bon, il se fait virer, logique, là aussi l'enchaînement est un peu rapide, genre on est déjà le soir, à l'ouverture de la fête foraine, dont l'ancienne gloire du cinéma Phœnix Buchanan (Hugh Grant, un régal) assure l'ouverture. C'est là que naïvement, Paddington va lui parler du livre Pop-up, qui va grandement intéresser le voisin de quartier de l'ourson.

Je n'avais pas dit, mais évidemment, il kiffe toujours autant les sandwiches à la marmelade, et oui, ce film m'a encore fait acheter cette sorte de fausse confiture assez acide. Passons. Mais voilà que l'ourson a trouvé sa voie, il sera laveur de carreau. Là, encore une fois, on nous sort une scène pitoyable qui a fait hurler de rire les mioches dans la salle. Pas moi. C'est simple, c'est le premier trailer que j'ai vu du film et qui m'a fait dire "non, je n'irai pas le voir, trop gamin", bon, j'ai revu mon opinion entretemps, mais cette scène du seau est pitoyable, pas drôle du tout, mais passons. Car en fait ça finira par marcher pour l'ourson, qui accumule un beau pécule au fil des jours, mieux, il rapprochera des célibataires entre eux, et continue donc d'apporter du bonheur dans le quartier, sauf pour Peter Capaldi, impeccable dans le rôle du vieux grincheux de service M. Curry.

Un soir, alors que Paddington sait le moment où il va enfin pouvoir acheter le livre proche, il va y jeter un dernier regard, le cadeau parfait sera bientôt sien, sauf qu'un cambrioleur entre donc par effraction. N'écoutant que son courage, l'ourson pourchasse le voleur. Manque de chance il sera prit pour le voleur, et ira en prison. Je passe, car sinon je vais raconter le film, le passage en prison est très bon, même si on voit tout venir à mille lieux, mais vraiment, tout est devinable, et le passage avec les gâteaux par centaine est un peu too much, mais passons là aussi.

En fait je pourrai trop en dire, prouvant que j'ai aimé, voire adoré ce film. Les passages gamins sont nombreux, les passages où l'on se dit "bah, il avait besoin des pommes d'amour pour pas s'envoler et maintenant il court tranquillement???", enfin bon, les passages incohérents sont assez nombreux pour que je les remarque, mais dans le délire du film, ça passe. Hugh Grant, en acteur raté (la séquence de la pub pour pâté pour chien, hilarante) et un peu schizophrène, il est juste impeccable, parfait, je regrette de n'avoir pu le voir qu'en VF, car ça doit être plus fort en VO je pense. Les inserts en français sont surprenant, même si ça donnera des trucs pourris comme "Prison Douce Prison", on devine que le jeu de mot doit être plus efficace en anglais. On n'échappe pas non plus au moment de doute, quand Paddington se sent abandonné, et s'imagine dire la vérité à sa tante, qu'il est en prison, très joli passage je trouve, même si il cherche un peu trop l'émotion. La fin, on la voit venir depuis le début, du moins je savais déjà comment ça se terminerait, je suis moins con que j'en ai l'air, ou alors c'est trop flagrant. L'enquête des Brown, avec "le casse" (vous pigerez en voyant le film), alors que Paddington rend la prison plus agréable, tout est bien dosé je trouve, offrant ainsi un vrai divertissement.

Là où j'ai le plus ri, c'est devant le côté imbu de lui-même de Buchanon, avec des photos de lui de partout, en position de beau gosse, en plus il a ce côté as du déguisement qui me rappelle Hannibal Smith dans l'Agence tous risques. Même si le voir en armure ou en nonne paraît un peu bizarre. Oh putain, le garde de la chapelle ou je ne sais plus quoi, génial aussi, avec sa tasse de café "je lui ai couru après", alors que c'est plus de la marche, enfin bon. Henry Brown offrira même un hommage à JCVD, on peut le voir dans la bande annonce je crois, ceci dans la scène impressionnante de fin. Puis le coup du wagon qui tombe à l'eau et voir Mary ne pouvoir le sauver, putain, ça fonctionne aussi même si on devine qui va venir le sauver, enfin vous verrez. Rooh, et j'allais oublier LE passage hilarant, le "tu es une poubelle", là j'ai rigolé, j'avoue, Paddington se retrouve en mode infiltration et se retrouve à bien aimer être une poubelle, l'employé de gare hallucinera d'ailleurs, "- Merci - De rien", je ne m'en remets pas. Bon, à l'écrit ça ne le fait pas, mais vous verrez, c'est savoureux.

Oui, je vous le conseille fortement, si vous avez aimé le 1, c'est pareil, en mieux ou pas, je ne peux pas le dire, je crois que c'est pareil, je regrette certaines scènes inutiles, ou marrantes que pour les enfants (le seau au début du laveur de carreau, scène nulle à chier). Mais à côté de cela on a des passages hilarants, concernant surtout Buchanon, mais aussi le juge qui dans le train dit "on ne me chuchute pas" avant de se faire rembarrer par sa femme, absolument génial, enfin bon, il y a des tonnes de choses à voir, si vous avez des enfants ça les fera marrer, même si j'estime que 1h45 c'est un peu long pour eux, moi ça me va. Si vous aimez le côté WTF du passage de la prison, avec les gâteaux notamment, ne loupez pas la scène du générique de fin, la vache, j'étais à la fois amusé et surpris. Bon, il y avait des connards de spectateurs qui étaient debout et m'ont bouché la vue, mais c'était surprenant. Un film à voir pour le coup, même la VF passe bien, sauf pour le doubleur de l'ourson, pardon, mais je n'y arrive pas. J'ai adoré.

@+

PS: Petit point sur cette année cinéma, je pense sans me tromper que le film m'ayant le plus marqué cette année sera Le roi Arthur : La légende d'Excalibur, mais celui m'ayant le plus ému, arrivant à m'arracher une larme à la fin (que l'on devine), c'est La planète des singes : Suprématie, j'ai d'ailleurs acheté ces deux films en BluRay, histoire de les revoir en VOSTFr, pour Arthur, c'est encore plus génial, pour César, je ne l'ai pas encore revu. Si l'an dernier je m'étais planté avec La cinquième vague, j'avais pris une claque avec Dernier train pour Busan. Cette année, je ne pense pas avoir fait d'erreur, si, pour Transformers : The last Knight, et j'ai été déçu par Baby Driver (bon film, mais personnages insipides) et Kong : Skull Island. Cette année aussi je n'aurai vu qu'un film français, ah non, 2, Le grand méchant Renard, rigolo mais pas foufou, et surtout, le superbe Patients, que je vous conseille à fond. Bon, au final je retiens surtout le dernier film de Guy Ritchie, mais en plus je n'ai pas cité Split, Your Name, Wonder Woman, la vache, j'en ai vu des bons films en fait, cool. Et l'an prochain je débuterai par Star Wars : Les derniers Jedi, enfin peut-être.

Le ticket.

Le ticket.

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article