Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Cultivons la curiosité

Garfield - Tome 56 - Chat glisse

Le tome 56.

Le tome 56.

Voici le retour du chat le plus paresseux de la bande dessinée, cela fera bientôt 40 ans que le félin fait rire tout le monde sous le trait de Jim Davis, et si il existe encore aujourd'hui, c'est grâce à un humour simple, parfois redondant. Disons que le style comic strip permet d'enchaîner les gags et donc de faire rire tôt ou tard. C'est aussi à double tranchant, car trouver l'inspiration du gag quotidien peut très vite pousser à tourner en rond. Je citerai (comme à chaque fois) Charles Schulz et Snoopy, qui sont arrivés à passer les époques sans aucun soucis, et reste aujourd'hui même (ou même aujourd'hui) efficace. Une fois de plus, Dargaud n'édite que 2 albums canoniques par an, celui ci est sorti en Octobre 2018 et possède 6 ans de retard sur son premier strip daté du 3 décembre 2012. D'un côté c'est raccord, pas loin de l'hiver en réalité et proche de noël dans la BD.

Une fois de plus, Jon va faire des siennes, voulant aller chercher un arbre de noël mais sciant un poteau téléphonique, tout est déjà présent pour faire marrer dès la première page. On remarquera que Jim Davis observe bien les chats, car vous n'êtes pas sans ignorer si vous avez un félin à la maison, que décorer l'arbre de noël avec minou (ou minette) n'est point facile. Les chats adorent les déco, et un strip le montrera. Toujours dès la première page on verra aussi le côté égoïste de Garfield, alors que Jon s'est fait un lait de poule, il demande à son chat si il en veut un peu, or Garfield lui piquera sa tasse et trouvera encore le moyen de critiquer. Bon, dans la BD les humains ne comprennent pas ce que pense Garfield, la lectrice et le lecteur le savent, mais les humains de la BD ne sont pas si cons et devinent un peu les bulles que l'on peut lire.

Plus loin on verra une parodie de l'attente que peuvent avoir les enfants sur les catalogues de noël (bon, pas que les enfants j'avoue), ici ce sera Odie qui est tout heureux de recevoir le catalogue d'os de noël. Et c'est avec plaisir que l'on retrouve les classiques gags avec l'araignée, les souris, et on aura même un passage avec la famille fermière de Jon, qui enverra une carte audio, où on reconnaîtra les animaux de la ferme et le frère de Jon aussi. Je vous laisse découvrir ce qu'il dit.

On tourne ainsi les pages avec plaisir, avec des gags journaliers de 3 cases et les pages du dimanche, offrant un gag plus poussé. Pas forcément plus drôles, ces gags changent le rythme de lecture ce qui n'est pas désagréable.

Les rires continuent, comme quand Jon met au défi Garfield de trouver où il a caché le cadeau et qu'on comprend pourquoi, le maître a oublié où il l'a caché. On retrouvera le couple Liz/Jon, avec cette façon de s'habiller comme un pied qu'à le maître de Garfield, la vétérinaire préférant voir Jon sortir vêtu d'un sac à patates qu'avec sa culotte tyrolienne.

Après le changement d'année (dans la BD), on verra Jon se mettre du parfum senteur Pin, alors que Odie le sent et que Garfield devine que le chien va pisser sur Jon en sortant un « Ça va mal finir » hilarant.

On pourra voir aussi Liz choquée d'avoir vu Jon chanter, ou alors Garfield sortir sa phrase « Je déteste le lundi ». Odie recevra même un courrier d'un écureuil se moquant de lui. Il y aura aussi des pensées très gores, comme quand Garfield dit que Jon est aussi intelligent que du yaourt quand celui-ci se vante que Liz le trouve très doux, ah, et aussi la classique poussette hors de table, que Garfield fait tout le temps subir à Odie. Et la plupart des gags habituels reviennent, le coup du programme télé qui est pourri, comme le fait de voir une émission, non, une chaîne, carrément, la chaîne du bébé qui rit, un peu un moyen pour Jim Davis de dire qu'il y a tout et n'importe quoi en chaîne télé.

En toute fin de tome on verra Garfield devant la BD se méfier de Pooky, alors que le programme qui passe est sur un campeur n'ayant pas caché ses vivres d'un ours, le chat a d'un coup peur pour ses chips et s'éloigne de son ours en peluche. L'un des derniers gags montre Jon inquiet, il faut nettoyer la cuisine, les cafards ont sorti les confettis, à Garfield de rajouter « Il y a plusieurs anniversaires aujourd'hui ».

Et bien oui, si on regrette le décalage de presque 5 ans avec l'édition étasunienne, et bien les gags fonctionnent toujours, on retrouve des classiques, pas sur-exploités comme cela pouvait être le cas dans certains tomes, on ne verra l'araignée qu'une fois, les souris aussi. Si Arlène et Nermal ne sont pas présents, on espère les revoir prochainement. Toujours aussi drôle, on rira franchement sur certains gags, on sourira sur les autres, mais ça fonctionne, Jim Davis arrive à nous donner le sourire avec un Jon toujours aussi … Jon quoi, Garfield flemmard, Odie stupide et Liz qui tolère tout ça au milieu. Un très bon tome, à lire, j'adore.

@+

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article