Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Cultivons la curiosité

American pie

Le DVD.

Le DVD.

Oh, une semaine spéciale film, tient donc, nous allons débuter tranquillement avec un petit film sorti en 1999, ouah, déjà, réalisé par Paul Weitz, j'ai eu l'occasion de le voir au cinéma lors de sa sortie, ah, j'étais presque majeur, et l'histoire de ces 4 puceaux lycéens cherchant à ken me parlait forcément, enfin bon, voilà pourquoi ce film, une comédie pour ado, m'a marqué. J'ai revu ce film en VOSTFr, et les passages cultes sont toujours aussi efficaces je trouve, regardons la bande annonce.

Vidéo de Pimiouf P.

Tout débute alors que Jim fait sa petite affaire devant un film porno, mais bon, l'image ce n'est pas trop ça, pas grave, sauf que sa mère entre dans sa chambre, alors je vous raconte pas la situation, qui vire à l'hilarité quand le père débarque et que le film commence à avoir des dialogues plus crus. Après cette petite mise en bouche sur le type d'humour que nous allons voir, on découvre les personnages principaux, Jim donc, Kevin, Oz et Finch, en plus on peut ajouter Stifler, et aussi Sherman dans une moindre mesure.

Ces 4 amis vont conclure un pacte, perdre leur pucelage avant la fin du lycée, histoire d'aller en Fac en étant devenu des hommes. Ce pacte est scellé après une fête chez Stifler, et il ne reste que 3 semaines avant le bal de promo. Si je ne vais pas trop parler du scénario, après tout ça reste des ados qui vont tenter de trouver une meuf, l'un se faisant passer pour un grand niqueur, l'autre essayera de coucher avec la sublime correspondante tchèque, enfin bon, rien de foufou sur ce stade là. Le plus intéressant reste les situations.

Dès le début, on avait vu un humour capable de parler de sexe sans être trop gore ou chiant. Mais c'est lors de la première fête qu'aura lieu le premier gros fou rire. Alors que Kevin met la pression à sa copine pour coucher (alors que, ironie de la chose, il n'arrive pas à lui dire "je t'aime"), elle décidera de lui donner une tête... ah oui, j'ai vu le film en VOSTFr, donc j'ai entendu "giving head", ou un truc du genre, j'ignore de quoi ça veut dire (je parle mal le français volontairement pour une fois), mais au final Kevin jouit dans un récipient qui était dans le coin, un verre de bière, verre que boira Stifler quelque temps après. Là, je me suis pissé dessus de rire, cette scène est à la fois gore et hilarante, même 19 ans après. Donc, si vous ne voulez pas trop vous spoiler, regardez le film, car là je vais parler des moments cultes (du moins ceux dont je me souviens) et donc risque de vous révéler des gags.

On aura le rapport père-fils avec Jim, son daron voulant communiquer avec lui, en lui achetant des magazines et en lui montrant l'anatomie féminine. De l'exotique non rasée, du shaved, il lui a acheté pas mal de magazine. Le coup du "come on big boy" est hilarant aussi. Le père de Jim est juste exceptionnel, ne jugeant jamais, on ne se remettra jamais de la tarte aux pommes, où l'expression de Jason Biggs (Jim) mettant les doigts dans la tourte est géniale, puis son père qui le découvre en train de "fourrer" cette tarte tiède (car ses amis lui avaient dit que le vagin d'une femme était un peu comme une tarte aux pommes tiède (ou chaude)). Là, au lieu de l'engueuler, son père lui expliquera qu'ils diront à la mère qu'ils ont tout mangé.... là aussi on sera complétement hilare devant cette scène improbable.

Je reste sur Jim (façon de parler), quand il va aider la sublime Nadia (Shannon Elizabeth, capable de faire bander un mort) pour un soutien en histoire, et qu'elle lui dit qu'elle passera après son cours de danse et qu'elle se changera chez lui, le plan de la webcam va provoquer là aussi une excellente scène. Non, je ne parle pas du plan boobs (pas déplaisant), mais bien du combo strip tease impossible et double éjaculation précoce... ouaip, on se retrouve comme Finch, à se demander si c'est physiquement possible ça. En plus une mauvaise manip' fait que tout le lycée a vu la scène, l'humiliation totale. Jim ne perdra pas son pucelage de suite, sauf si la très ennuyante Michelle (Alyson Hannigan, dans un rôle proche de la petite Willow du début de Buffy contre les vampires) n'a rien vu. Le coup de la flûte dans la chatte est tellement inattendu, que heureusement qu'on ne boit pas comme Jim quand elle le dit, c'était un coup à tout recracher.

Passons à Kevin, pas grand chose à dire de drôle. Il va juste découvrir grâce à son frère aîné, l'encyclopédie du sexe, ou comment faire jouir une femme avec sa langue. J'avais le souvenir de l'ABC, mais bon, peut importe, la tornado tongue (si j'ai bien lu) fera des ravages sur Jessica (Tara Reid), avec l'inquiétude de Kevin qu'elle ne couine pas trop car ses parents sont en bas. On verra d'ailleurs le père aller chercher sa fille dans sa chambre avant qu'elle ne dise "I'm coming", enfin bon, c'est vrai que Kevin est un peu le mec "normal" quoi, il est le seul à avoir une copine, il est lourd car il veut coucher avec elle, mais ne la force pas non plus et veut lui faire plaisir. Si il est un peu fleur bleue, car il ne lui dit pas je t'aime tout de suite, connaissant l'importance de ses mots, c'est lui qui sera le plus baisé à la fin du film.

Pour Oz, le sportif de la bande, rien de rigolo non plus, il va trouver l'amour avec une choriste, et préférer le chant au Lacrosse (un sport bizarre). On se croit presque devant un épisode de Glee. Non, sinon, rien de foufou à son sujet. Contrairement aux deux personnages suivants, je passe vite fait sur Stifler (Sean William Scott), à part le coup de la bière, rien de foufou, c'est juste un ado mâle un peu con, qui aura un lien fort avec Finch que l'on va voir tout de suite. Car si Stifler morfle au début à cause de Kevin (bière au sperme), il souffrira à la fin à cause de Finch. Paul Finch est un adulte dans un corps d'ado, de plus il ne peut pas faire caca dans un lieu public, et se retrouve à programmer sa crotte quotidienne lors d'une récré pour rentrer chez lui. D'où son surnom de Cheatbreak, mais pour le coup je trouve le nom français de Pause Caca, pourtant simple traduction, plus drôle. Il arrivera à se faire passer pour un roi de la bite auprès de toutes les lycéennes, ce que ne supportera pas Stifler quand une fille qu'il voulait inviter au bal de fin d'année lui dit se réserver pour Finch. Du coup, ce dernier se retrouve avec du déconstipant, j'ai paumé le nom pardon, dans son Moka (le café, pas la voiture), ce qui va donner une scène "prout" hilarante dans les toilettes des filles, difficile de se retenir devant un humour scato si débile, mais parfaitement mené, et quand on connait le côté propre sur lui et parfait de Finch, c'est encore plus drôle. L'histoire entre Finch et Stifler se terminera quand le premier se tapera la mère du second, on avait entendu parlé de MILF lors de la première fête, et bien là ce sera l'immense Stifler's mum, qui nous fera hurler de rire. Et quand le jeune homme découvre sa mère avec Finch sur le billard (on ne verra que Stifler), il s'évanouira.

Et encore, ce n'est là qu'une partie de ce que j'ai retenu de plus marquant, je n'ai pas parlé de la façon dont les capotes sont intégrées naturellement au processus, ni du petit frère de Stifler qui est bien lourd, et j'ai même complétement oublié Sherminator, putain, Sherminator, avec ses références de geeks de merde. Passons. Car si le film peut ne pas faire rire les plus de 40 ans, je le comprends, voire les plus de 30 ans, mais quand tu as entre 15 et 30 ans, c'est du régal, absolument hilarant, possédant des moments cultes impérissables, notamment Stifler's mum, la bière au sperme, la double éjaculation précoce, la flûte dans la chatte, mais en étant pas si stupide que cela, on a droit à une superbe histoire d'amour entre Oz et Heather. Les 4 personnages sont assez complémentaires pour que chacun s'y retrouve. On trouve un peu de truc sexy avec Nadia, même si ça fait passer les étrangères pour des grosses chaudasses, ce serait presque raciste, presque. Si vous n'avez pas vu le film avant 30 ans, vous avez raté votre vie.... bah non, c'est quoi cette phrase ? Disons que si il n'y a pas le côté nostalgique qui joue, je n'arrive pas à savoir si, une fois vieux, on peut apprécier ce film. Les jeunes adoreront, moi j'adore, punaise en moment culte j'oubliais Pause Caca aussi.... enfin bon, allez, à voir au moins une fois, je pense que vous pourriez vous marrer, sauf si vous avez un balai dans le cul (ou une flûte).

@+

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article