Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Cultivons la curiosité

Pan'pan Panda - Tomes 05 & 06

Les deux tomes.

Les deux tomes.

Les tomes 5 et 6 de ce joli petit manga continuent de nous conter le quotidien de Panettone, Praline, Rose et Paprika. Si l'idée de faire d'un Panda un personnage principal peut surprendre, je pense que ça permet d'ajouter une touche d'humour et de douceur. Quand on voit que la fin de "Un drôle de père" avait fait débat en France (de ce que j'en sais), mettre un homme adulte avec une petite fille, seule, sans lien de parenté (alors que dans le manga de Yumi Unita il y en avait un bizarre), les gens ayant l'esprit tordu ne pourront s'empêcher de parler de pédophilie ou autre horreur. Donc du coup, cette idée, même si ce n'est pas du tout pour ne pas faire de vague en Europe qu'elle est adoptée, est brillante.

Hokokura Sato est donc l'auteure de ce manga tout mignon, qui conserve ce mélange de Yotsuba&! et Chi : Une vie de chat. Cela fait la troisième chronique que je vous le répète, mais c'est trop flagrant pour ne pas en parler. J'ai l'édition France Loisirs, donc sens de lecture européen, ce qui ne gêne pas du tout. On apprécie le petit format, loin des gros double-tomes de L'attaque des Titans, assez délicats à lire, ici c'est léger. La couleur apporte de la fraîcheur, elles sont pastel et donc absolument pas agressives, ce qui nous fait penser à un poème, léger et se lisant vite.

Car on enchaîne les chapitres à un rythme un peu trop rapide, alors qu'il faudrait prendre son temps, savourer les vignettes, et bien non, moi je lis trop vite, et c'est un défaut que j'ai. Car il faut picorer ce manga, si tel n'est pas le cas, on retrouve trop rapidement le stress de la vie. Oui, cette œuvre est un moment de douceur, d'ailleurs le sous titre français le dit, Pan'Pan Panda : Une vie en douceur. C'est un peu comme la pub Cajoline avec l'ours en peluche, mince, vous n'avez peut-être pas connu. Un peu comme un titre acidulé d'une idol que l'on fanatise un peu trop. Comme le fait de s'emmitoufler sous la couette et de ne plus bouger. C'est juste une fenêtre ouverte sur un paysage ensoleillé, égayé par le chant des oiseaux. Une parenthèse quoi.

Les situations sont simples, cela en est parfois déconcertant, mais on ne s'offusque jamais du côté simpliste. Il faut dire que voir un Panda avoir peur d'un chiot a de quoi surprendre, ou voir Rose reprendre les invitations à Panettone pour son spectacle de danse car elle estime ne pas être assez forte, purée, j'ai trouvé ça hyper violent et impoli, même si c'est pour mieux rebondir à la fin du chapitre. Mais ici, ça passe. On peut parfois trouver Yotsuba énervante (oui, je compare avec le manga de Kiyohiko Azuma), mais ici Praline, Rose ou même la ronchonne Paprika, arrivent à faire ressortir le côté paternaliste ou maternelle du/de la lecteur/trice. Et c'est donc ceci qui est du bonheur.

En petit bonus on en apprend sur les traditions japonaises, lors de noël, du nouvel an, la saint Valentin (où les filles donnent des chocolats aux garçons qu'elles aiment bien), le Hina-matsuri, avec cette réflexion de Pan'Pan sur le fait qu'il ne veut pas voir Praline se marier, mauvaise pensée chassée par une gêne du Panda.

Petit truc marrant avec la couverture, la première nous offre une "face", alors que la quatrième montre la même image, mais de l'autre côté, côté "pile", c'est une des premières chose que l'on fait en ayant le livre en main.

Si nous sommes loin de l'irrévérencieux "Les petites fraises", que les filles sont moins énervantes que Yotsuba, ce manga reste agréable à lire. Oui, je critique un peu Yotsuba (que j'adore), mais je trouve que son côté énervant la rend attachante, mais j'y reviendrai en chroniquant les mangas, ici, à part Paprika, il n'y a pas de forte personnalité, c'est mou, trop lissé, et pourtant ça marche. En fait, c'est le côté lent (donc mou), qui détend, il ne faut pas lire rapidement, on doit savourer chacune des pages, pour au final, prendre une leçon de vie. Le bonheur est présent partout, il suffit de ralentir pour le voir. Et c'est donc une bouffée d'oxygène que nous offre Horokura Sato. Il ne se passe pas grand chose, mais cette simplicité calme je trouve. Même si je confesse ne pas conserver cette série, n'ayant pas envie de la relire, je trouve que c'est une très belle initiation aux mangas. J'ai bien aimé et vous le conseille, surtout si vous avez des enfants.

@+

Le tome 5 et le tome 6.Le tome 5 et le tome 6.

Le tome 5 et le tome 6.

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article