Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Cultivons la curiosité

20th century boys - Tome 10

Le tome 10.

Le tome 10.

Alors qu'un étrange personnage faisait son apparition dans le tome précédent, on sent que ce dixième tome, qui dans sa version Deluxe regroupe les tomes 19 et 20, amorce la fin du manga de Urasawa Naoki. Ainsi, cela en est fini des voyages à travers les époques. Si nous verrons quelques flashbacks, ils seront courts, et on se focalisera donc sur l'an 3 après Ami.

Le dessin du mangaka reste toujours aussi beau, ses personnages sont expressifs et attachants, et comme on ne se balade plus dans diverses années, nous ne sommes plus perdu. Il m'est souvent arrivé, lors de révélations, de me dire "mais c'est qui ? ". Parce que je ne lis pas tout d'un coup et que ma mémoire défaille. Ici il n'en sera rien, les jumeaux en surpoids, la sainte mère, Ami, le mangaka, nous verrons même Dieu. La surprise vient du fait que je me suis souvenu de ces personnages, enfin, il serait temps n'empêche.

L'histoire de ce tome double est scindée en 3 parties. L'inconnu qui lutte à l'aide de sa guitare, Kanna qui veut faire tomber Ami, et enfin une troisième partie sur la sainte mère très intéressante. Tout ceci se croise avec brio, sans omettre les très courts flashbacks rafraîchissants agréablement la mémoire. Allez, j'avoue ne plus m'être rappelé du personnage surnommé "Le tueur" dans la présentation du tome, mais ceci est un détail. De plus le face à face entre lui et Joe sera impressionnant, tout comme Kanna dans l'ascenseur, je ne dirai pas avec qui, ce serait vous révéler un truc important. Mais l'auteur arrive à offrir une tension, et à faire ressentir des sentiments aux lectrices/teurs. Franchement, comment ne pas engueuler Otcho et Kiriko sur la fin, pffff, genre ils font confiance hyper facilement. Enfin bon.

Petit défaut, mais qui est dû au fait que nous avons ici 22 chapitres consécutifs, ce rappel intervenant, presque mots pour mots, dans quelques chapitres de ce tome 10. On nous rappelle, comme un état des lieux, qui est Ami (son nom), que Kanna est la fille d'un tel, et autre chose que l'on sait déjà il me semble. J'ai eu un peu l'impression d'être pris pour un con, mais après je me suis souvenu que la publication originale fût étalée dans le temps, donc si aujourd'hui on a la chance de pouvoir lire 22 chapitres dans le même tome, ce n'était pas le cas dans les années 2000.

De plus, Urasawa ajoute encore un danger, qui semble imminent, mais aussi une contre mesure, venant de personnages surprenants, et qui annonce un tome 11 fou. De plus, ici, nous obtenons des réponses, est ce que Joe ne serait pas Kenji ? Si tout le monde se sera fait une idée, ici on nous l'explique clairement. Tout comme le fonctionnement du robot du Nouvel an sanglant, pas si puissant que ce que l'on pourrait croire. Kanna fera un choix important aussi, la menant dans la gueule du loup si j'ose dire. Alors qu'en parallèle, une poche de résistance, perdue au milieu de nulle part, cherche à concevoir un vaccin afin de contrecarrer les plans machiavéliques de Ami. Dit comme cela ça fait très manichéen, mais éradiquer l'humanité tout en élaborant un plan d'évacuation pour la planète Mars, c'est un plan fou, émanant d'un cinglé, avouez le.

La toute dernière vignette est forte en émotion je trouve, et introduit de façon brillante le début de la conclusion du manga. Si ici il n'y a plus ce côté voyage dans le temps et explication du présent à travers le passé, nous sommes tout de même dans un monde fou, où il suffira qu'un homme fasse confiance à un mangaka pour faire tomber une forteresse (vous comprendrez). On reste toujours aussi attaché aux personnages, classes. Ah, si, le plus gros flashback de ce tome concerne le passé dudit "Tueur", mais j'ai un peu spoilé. D'ailleurs ceci offre une plus grosse portée au discours de Joe lors du tête à tête avec celui ci, la phrase "c'est nettement plus cool d'être un justicier", punaise, je ne m'en remets pas. Toujours aussi addictif bien que le scénario semble moins alambiqué, ce qui n'est pas un mal, ce tome 10 est magnifique, mais il faut avoir lu les précédents pour bien tout comprendre. C'est stupide à dire, mais le puzzle s'assemble et on sent qu'il ne manque plus beaucoup de pièce pour voir l'image, enfin bon, vous voyez le topo. Un excellent manga, un peu moins violent cette fois ci, même si le plan de Ami est effrayant. Pour le moment c'est nickel, j'ai hâte de voir la fin, sachant qu'il ne reste que 2 tomes doubles, dont le douzième qui est plus un "rajout" qu'autre chose. La vraie fin aura lieu lors du tome 11 si j'ai bien compris. On verra ça plus tard.

@+

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article