Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Cultivons la curiosité

Godzilla vs MechaGodzilla II

Le double DVD.

Le double DVD.

Le titre du film de ce jour pourrait laisser penser qu'il s'agit de la suite du film de 1974 (voire celui de 1975), or, je ne pense pas, bizarrement nous avons là la suite de celui de 1991, vous savez, le truc rigolo (mais aussi avec un Gogo qui transpire la classe) avec les Futuriens. En effet, ce long métrage, 21ème du nom mettant en scène le gigantesque monstre japonais, est sorti en 1993, est réalisé par Okawara Takao, comme le très bon Godzilla & Mothra : Battle for earth sortie l'année juste avant, et surtout pose ses bases sur les cendres de Godzilla vs King Ghidorah de 1991 donc. Premier point, dans cette version DVD, édité chez Aventi, il y donc Godzilla vs Biollante (très bon), mais surtout, cette affrontement face à MechaGodzilla est la version américaine, comprenez par là que le doublage est anglais, résultat on tombe sur une fausse VOSTFr, c'est plutôt une Version Anglaise (ou Américaine) Sous Titrée en Français. Et ça choque un peu. Allez, je ne vais pas refaire le débat VO vs VF (ou VA pour le coup), mais j'aurai préféré une VF pourrie qu'une VA merdique. Ceci dit j'arrive à suivre l'action sans obligatoirement lire les sous titres, c'est le seul point positif de cette version. C'est certainement une question de droit, mais c'est dommage. Regardons la bande annonce.

Vidéo de GKING GHIDORAH.

Ce n'était pas une bande annonce, pardon, vous avez pu voir que MechaGogo n'est pas très joli, mais on s'en moque. Donc, sur les cendres de MechaKingGhidorah, bordel, le nom à rallonge, et on verra un autre nom à rallonge à la fin de ce film, donc sur les cendres de ce streum, les humains, euh, japonais, décident de construire une arme ultime de la mort pour péter la gueule à Gojira. Euh, sous le contrôle d'un mec qui n'a pas la tête d'un insulaire, mais on s'en fout. C'est ainsi qu'à travers le score déjà bien connu (et toujours aussi jouissif) de Ifukube Akira, on découvre la construction de Mecha Godzilla. Il est moche. Mais y'a du chais plus quoi en métal, du truc précieux aussi (diamant je crois), et en gros c'est une putain de machine de guerre que Gogo il a qu'à bien se tenir le salopiaud. La construction du bipède géant met ainsi fin au programme Garudo, dont un japonais est nostalgique. J'ai encore beaucoup de mal avec les noms et prénoms, tout juste ai-je retenu Miki, la télépathe, Aoki, aaaaah, c'est Aoki le mec qui veut relancer Garudo, c'est Garudo le nom, mince, je ne suis plus sûr, en gros c'est un énorme avion en mieux, faisant penser à la Force X des films précédents. C'était bien Force X ? Pétard, ma mémoire défaille dites donc.

En parallèle, Aoki, il kiffe les Pteranodons, bordel, c'est dur à écrire, et quand il apprend que des scientifiques ont découvert un œuf et l'on ramené à Kyoto (non sans avoir été attaqué par Rodan, un Pteratruc géant ET Gojira, bah oui, tant qu'à y être), résultat Aoki il est prêt à sécher les cours de combat (dans le but d'intégrer l'équipe qui pilotera MechaGogo), pour aller voir le gros œuf, il en profitera pour draguer comme une brêle la scientifique. Seulement l'œuf éclot, et, bordel, ce n'est pas un ptéramachintruc, mais un ChibiGogo tout meugnon qu'est inoffensif car herbivore, le cochon aime bien les roses d'ailleurs. Heureusement que Aoki dit "mais, ce n'est pas un ptérachose", nous n'avions pas remarqué. Tain, première réaction en voyant ce Godzillasaurus (purée, on croirait le nom de biscuit chocolaté que j'aime bien), bordel, ils ont assisté à la naissance de Denver le dernier dinosaure. Bon, ils n'arrêteront pas de le nommer Baby, mais moi je préfère l'appeler ChibiGogo, car je suis un gros connard qui aime bien donner des noms exotiques.

Alors passons sur le fait que Chibi est le demi-frère de Radon, par contre aucun lien de parenté avec Gogo ne sera donné, tonton, cousin ? Père ? On l'ignore. Évidemment, vous vous doutez qu'avoir un ChibiGogo dans un immeuble à Kyoto, bah ça va attirer du monde. Ainsi si nous avions vu un combat introductif entre Gogo et Rodan, le premier défonçant le cul du second, Gogo débarque en ville pour tout péter, mais il fait pas exprès, en fait les immeubles sont sur son chemin pour retrouver Chibi. C'est pas sa faute si ces connards de japonais ne sont pas foutus de faire des rues assez larges pour ses grosses patounes, merde quoi, c'est du racisme anti-Gogo et c'est pas cool. C'est l'occasion de tester MechaGodzilla. Merde, il est où Aoki ? Dans mon cul ? Bah non les gars/meufs, c'est pas possible y'a pas la place, non, le mec il est avec ChibiGogo, ce qui nous donnera l'explication de "j'ai pris des congés", et dont on aura une résonance lors du combat final avec du giga lol en prévision, mais bon, ça vous le verrez en regardant le film.

Donc on assiste (comme les autorités), impuissant, à la destruction de Kyoto, puis à la baston devant intercepter Gogo, merde, c'est l'inverse en fait. MechaGogo vs Gogo, round one, fight. Malgré la puissance de feu de Mecha, celui-ci se prend une branlée, royale, il faudra des semaines pour le dépannater. Ceci n'empêchera pas Gogo de dévaster Kyoto donc, et puis grâce à la scientifique que ce con de Chibi prend pour sa maman (j'arrêtais pas de faire le doublage de ChibiGogo "môman, môman", je vous cause même pas de sa langue qu'il tire à un moment "mais que fait-il ?", je préfère ne pas répondre à cette question disons que les personnages disent "il vous prend pour sa maman", moi j'aurai dit "il veut faire un cuni..." euh, pardon, la parenthèse est vachement longue là), donc elle calme Chibi qui du coup n'attire plus Gogo. En repartant celui ci pète deux trois trucs, ce ne serait pas Gogo sinon.

Donc Aoki pour ses congés non autorisés se retrouve au parking, bim. Mais il fera la toupie avec un scientifique important pour lui montrer son projet de fusion entre MechaGogo et Garuda. J'ai un doute sur le nom de Garuda, mais je l'ai déjà dit. Le scientifique approuve et c'est ainsi que Aoki se retrouve réintégré. Yé bé. Les autorités ont pour projet de leurrer Gogo vers une île inhabitée au sud du sud du Japon, le leurre ? Bah Chibi bien sûr, vous croyez quoi, on s'en branle de son sort, c'est qu'un Denver quoi. La fausse môman ne peut se résoudre à laisser Chibi seul dans le container, et les voilà partis en foufoucoptère. Manque de bol, Rodan n'était point décédé, et kidnappera le container en faisant exploser l'hélico puis en rattrapant au vol le container. Classe. Heureusement, le temps de faire tout ça, Mecha fut réparé, et donc voilà Garutruc et Mecha partis pour tataner du Rodan. D'ailleurs ils y arriveront ces cons, non sans voir Mecha perdre son œil droit. Après cette lutte âpre, qui se déroule en ville et dont les dommages collatéraux sont immenses, qui c'est qui arrive ? Allez, à votre avis. On est en plein dans le calendrier de l'Avent spécial lui et ses amis. Oui, Gojira intervient. Et là il va falloir fusionner Garudo et MechaGogo, façon robot Sentai, pour obtenir, attention, petit nom à rallonge, Super Mecha Godzilla. Bientôt sur vos Super Nintendo.

Baston, Mecha arrive à prendre le dessus sur Gogo, grâce à l'anéantissement de son second cerveau situé au dessus de son ... cul. C'était sans compter sur Chibi qui pleure et semble demander de l'aide à Rodan qui se réveille et dans un ultime effort offre son énergie à Gogo qui se lève, plus fort que jamais et encule à sec Super Mecha Gojira. Pardon, je me suis un peu lâché là, mais c'est violent, le corps à corps, les coups de béliers de l'épaule de Gogo, purée, c'est génial, moi j'adore. Au final, Miki, demande à Gogo (ou ChibiGogo plutôt, je crois que j'ai mal lu le sous titre là) de prendre Chibi sous son aile (ou de partir avec Gogo, en fonction du destinataire du message), résultat on les voit, tous les deux, partir dans l'océan, petit instant d'émotion. C'est fort quand même, l'humanité, enfin le Japon, lutte contre la puissance de Gogo, qui détruit tout, mais au final on nous offre une superbe image de fin hyper émouvante avec un Gogo qui a beau être méchant, la vie l'emporte toujours sur la vie artificielle, c'est pas moi qui le dit, c'est un des personnages. Ainsi dans quelques millions d'années les dindinettes, euh, dinosaures, retrouveront le leadership de la planète Terre. Idem, c'est pas moi qui dit ça.

Si je passe la version en anglais, et qu'il s'agit d'une suite d'un film sympa mais sans plus (le vs King Ghidorah de 1991), c'est plutôt une réussite, j'ai bien aimé. Bon, nous sommes loin des meilleurs films (ceux des années 80 par exemple), mais on suit cette histoire sympa, avec un ChibiGogo présenté comme un monstre après son éclosion, l'espace de 2-3 minutes, avant que tout le monde ne veuille lui faire des papouilles parce qu'il est végétarien. Bon, le scénario n'est pas immense, même si il subsiste une morale, la nature vaincra toujours la création de l'humanité (ou du japonais au choix), en plus ces derniers n'hésitent pas à utiliser un meugnon ChibiGogo pour attirer Gogo dans un piège mortel, et ça c'est dégueulasse. On ne comprend pas trop comment Chibi et Rodan arrivent à se comprendre, et pourquoi ce dernier se sacrifie pour ressusciter un monstre qu'il combattait en début de film, oui, parce que son demi-frérot lui demande, mais bon, c'est un poil tiré par les cheveux je trouve. On est sur un spectacle sympa, avec destruction de miniature, les forces d'autodéfense du Japon en prennent encore pour leur grade, et les acteurs dans les costumes sont une fois de plus brillants, ils font vivre ces monstres (ou créations) avec talent, tout comme les gens s'occupant des effets spéciaux, aussi bien les explosions que les effusions de fumée, ou alors les costumes, putain, c'est kiffant. On regrettera l'emploi un peu exagéré de certains thèmes d'Ifukube, si le Gojira theme fonctionne et file des frissons, un thème que je n'arrive pas à nommer est exploité à outrance, le rendant lassant sur la fin du long métrage. Sinon c'est nickel. Un bon film à voir, j'ai bien aimé sans adorer.

@+

L'intérieur.

L'intérieur.

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article