Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Cultivons la curiosité

Godzilla : Tôkyô S.O.S.

Le BluRay.

Le BluRay.

En fait, je me rends tout juste compte que je suis un peu parti en désordre avec la fin des Godzilla, ainsi, Godzilla : Final Wars est sorti 1 an après ce Tôkyô S.O.S., bon, il n'a que peu de lien entre les deux films, mais je me rends aussi compte que niveau Millénium, j'ai quelque peu déconné, en ne faisant que le premier, Godzilla 2000, et le dernier, que nous voyons aujourd'hui. Ainsi ce calendrier de l'Avent spécial, En attendant Noël avec Gojira et ses amis, se retrouve un peu bordélique en sa fin. Ceci est la faute à la non vente des version Millénium des Godzilla en France. Ainsi, nous verrons aujourd'hui, à l'instar du 2000 (sortie en 1999 ^^), que c'est une VOSTAll, oui, version originale sous titrée en allemand. Genre je pige aussi bien la langue de Kikkawa You que celle de Michael Schumacher, mais comme dit précédemment, ça me permet de voir les noms des personnages. Enfin noms, plutôt prénoms, alors que c'est le nom qui est cité en japonais, le sous titre allemand nous sort le prénom, résultat, au début, ça perd un peu. Dois-je reparler de l'intérêt de voir un film en VOSTAll quand on n'y pige rien ? Si vous vous posez la question, sachez que demain vous allez péter un gros câble. Le coup de bol, c'est que malgré quelques intrigues, on arrive à piger. Allez, je vous avoue que le coup de "c'est ki Kiriu (ou Kiryu) ? " m'a bien turlupiné, j'ai cru à une I.A., ou alors à un monstre enfermé sous la carapace de MechaGojira (sous titré MegaGodzilla en allemand), façon Eve de Neon Genesis Evangelion, et bien on verra que je n'étais pas loin du truc. Petite bande annonce.

Vidéo de Films YouTube.

Le film possède plusieurs titres, Gojira x Mosura x MechaGojira : Tôkyô S.O.S. me paraît être le titre original, il est long, du coup le Godzilla : Tôkyô S.O.S. est plus sympa. On devine aisément que Momo, la mite géante, sera de la partie, par contre, MechaGogo est là, sous les traits de Kiryu, dont on apprendra la nature au cour du film. C'est réalisé par Masaaki Tezuka, et ça sort fin 2003 au Japon.

Déjà, ma première erreur est de ne pas voir les Millenium dans l'ordre, résultat j'ignore que Gogo a pris une raclée face à MechaGogo a.k.a. Kiryu. L'Humanité (le Japon en fait) s'efforce de dépannater le monstre de fer, avec Yoshito Chuyo, Chujo pardon, qui semble être un ingénieur dépannateur brillant. Oui, je dis dépannateur, ça fait film porno donc c'est rigolo. Non, le porno c'est pas rigolo, c'est de dire dépannateur, oh puis flûte.

Yoshito vit avec son oncle et son neveu Shun, et alors qu'il vient de terminer un avion, F chais plus quoi, Mosura débarque. Ah, auparavant on aura vu la mite géante se faire courser et mitrailler par les forces de défense du Japon, pas de bol. Ainsi on se retrouve chez le tonton de Yoshito, avec les jumelles lilliputiennes, merde, elles sont plus jumelles ? Zut. Enfin bon, elles débarquent chez Chujo et avertissent l'ingénieur du grand danger que court le Japon si Kiryu est dépanné, que ceci pourrait réveiller Gogo (qui pionce on dirait), et Mosura pourrait se mettre en colère toute rouge, car l'Humanité, euh le Japon, ne respecte pas la mémoire du Gogo original de 1954.

En effet, on découvre que le squelette de Gogo '54 a servi de base à MechaGojira, et donc Kiryu. En vérité c'est très bref, mais on pige vaguement (la faute à la VOSTAll pour ma part), heureusement l'article wikipédia, court, est assez clair là dessus. Par contre l'article parle du papi de Yoshi, alors que les sous titres allemands parlent de Unkle, et comme Shun appelle aussi Yoshi Unkle, c'est bizarre. Surtout qu'à un moment on voit la maman de Shun, qui appelle le papi Papa, donc en fait la mère de Shun est la cousine de Yoshi je pense. Enfin, on s'en fout me direz-vous, c'est pas faux, vous répondrai-je.

Alors que Yoyo dépanne Kiryu, l'élite des pilotes du Japon suivent une sélection pour piloter les nouveaux avions qui assisteront MechaGogo. Ainsi on découvrira une Azusa qui sera sélectionnée avec un autre mec (j'm'en moque de son nom) très fier, d'ailleurs il est le Top Gun des forces aériennes japonaises. Il se saisira d'une mouche (ou d'un insecte) en faisant genre je tape Yoyo, pour montrer comment qu'il est balèze le type. Ah, oui, j'ai pas dit, mais les parties humaines sont débiles, comme d'habitude, mais hormis ce conflit de couilles pour les beaux yeux de la pilote, je crois que je suis un peu méchant, ce n'est pas débile en fait, c'est même intéressant, surtout le lien entre Yoyo et Kiryu, très émouvant à la fin (comment se contredire en 1 phrase ^^).

Ah, comment les autorités savent-elles qu'il faut se sortir les doigts du cul de réparer Kiryu ? Simple, ils découvrent un cadavre de tortues géantes, Gamake, Gameka, je sais plus le nom qu'ils lui donnent, mais on sent l'hommage (ou l'humiliation) du concurrent Gamera. Puis un sous marin américain disparait dans l'océan, ainsi on devine que Gogo ne va plus tarder. Et effectivement, Gogo arrive, son objectif ? Péter Tôkyô pour se venger de son humiliation précédente. Si je n'aime pas du tout le design de mon monstre d'amour, les animations restent superbes, et le mec en costume va morfler comme jamais. Car c'est un déluge d'action qui nous attend désormais. Les miniatures explosées par Gogo, les bâtiments tombés, les explosions provoquées par les conduites de gaz, putain, on kiffe, et j'arrive à oublier ce look trop vénère et plastoc de Gogo. Il faut dire que son rayon, bleu, est magnifique et surtout d'une puissance incroyable.

On ne pourra échapper au Japon se défendant comme il peut, des dizaines de missiles sont expédiés sur Gogo, le touchant, mais ne le blessant guère. Ainsi, on retrouve le rayon électrifiant, les tanks, les avions, mais rien n'y fait, ce rayon est trop fort pour l'humanité, et Mosura est contrainte d'intervenir, non sans avoir senti le combat violent qu'il l'attend. En effet, elle a pondu un œuf, histoire d'assurer sa descendance en cas de pépin. La lutte entre Mosu et Gogo, putain, comment vous dire, ça a beau abuser des effets bizarres (la poudre dorée que balance Momo sur Gogo), ça fait son effet. Ah, je me souviens pourquoi Momo débarque, c'est parce que Shun (le gosse du début) l'a appelée, en faisant le bat-signal avec des tables d'écolier, le mosu-signal si vous préférez. Sauf que du coup, Shun et son Papy (qui recherchait désespérément son petit fils et le trouve donc), ils se retrouvent au niveau du combat de géants. Et quand Momo fait l'esquive de "tu-as-cru-m'avoir-trou-du-cul", c'est la tour de radio de Tôkyô qui se retrouve découpée en deux, et la cime va heurter les immeubles, qui, en s'écroulant, assomment Shun et son Papy. Le bordel j'vous dit.

Yoshito lui décide d'aller à la recherche de son tonton et du petit cousin qu'il considère comme son neveu, d'ailleurs le patron de Yoyo va lui prêter sa caisse. Il retrouvera sa famille, tout content, et là Shun va l'appeler Tonton ce qui va emplir de joie le petit cœur de Yoyo, séquence émotion. Et ce que je n'ai pas dit, c'est que si Gogo prend le dessus sur Mosura, Kiryu est dépanné, il a une bonne assurance je pense. Et donc on retrouve notre élite de l'air en train de mener MechaGogo sur le champ de bataille. Résultat, on découvre l'armada balèze que possède Kiryu, missile, truc énorme qui explose, foreuse, bon, en fait c'est plus ou moins piloté à distance par les Top Gun (je ne trouve pas d'autres noms). Et quand ils se retrouvent au contact, au corps à corps, putain, là encore c'est un pied absolu. Une fois de plus, je trouve Gogo moche, mais MechaGogo par contre est magnifique, et les acteurs en costume ne se régalent pas. Je repense à Gogo prenant une explosion incroyable dans la gueule, et encore, si ce n'était qu'une, là je n'arrive pas à comprendre comment ils font, et je ne parle pas de la destruction des bâtiments, ou alors quand Kiryu se protège derrière une tour, tout en balançant une pluie de missile qui contourne cette tour, et que Gogo, tout en finesse, va envoyer son rayon à travers la tour, propulsant Kiryu sur une autre tour et Gogo traversera tranquillement la première tour, il agit tout en finesse ce Gogo.

Et je n'ai même pas parlé de l'œuf qui éclot, révélant 2 minis Mosura, pas encore ailées, et les lilliputiennes sont hyper contentes. D'ailleurs, aussitôt nées, les mini Momo vont en direction de Tôkyô, histoire d'aider môman. Là aussi on aura droit a une lutte intense, surtout que Kiryu s'est fait étaler comme un caca. Et Mosura hyper contente de voir sa progéniture, semble leur demander de partir, que ce n'est pas leur combat. Seulement Gogo arrive et veut buter tout le monde, c'est alors que la scène la plus belle, émouvante et donc triste de tous les Gogo que j'ai pu voir arrive, Momo se sacrifie pour sauver ses petits (qui font la même taille qu'elle sans ses ailes quand même), même Gojira allant vers une mort certaine dans le cratère de Return of Godzilla en 1984 n'est pas aussi lacrymale, c'est dire. Putain, je ne m'en remets pas. Enfin, le film n'est point terminé, car si il ne dure que 1h30, l'intensité est incroyable. Ainsi Yoyo se décide à aller redépannater Kiryu, emplit de courage et d'abnégation, il va risquer sa vie pour que Gogo '54, ou du moins l'esprit de Gogo '54, se meuve à nouveau. Et il va y arriver le con. Sauf qu'il se retrouve enfermé dans Kiryu, alors que celui ci se remet en marche avec pour objectif, stopper Gogo.

Le final est a un moment ridicule, j'y reviens. Donc là c'est l'utilisation de la foreuse qui permettra de blesser Gogo, assez pour les mini Mosura ne lui.... jouissent dessus ????? Ah, non, ne l'enrobent dans une toile, un cocon quoi. Moi et mon esprit mal placé. Ceci permet à Kiryu de se saisir du Gogo immobile, et d'aller vers une mort certaine afin de reposer en paix. Quid de Yoyo ? C'est là qu'intervient la scène la plus ridicule du film. Finalement, la meuf que les mecs voulaient voir dans leur lit décide de mitrailler la trappe qui empêche Yoshito de sortir de Kiryu, une fois cela fait, l'esprit de Gogo '54 décide de retourner le transport (ah oui, j'ai pas dit mais ils volent en fait), afin d'aider Yoyo à sortir de lui, sauf que bon, il y va un peu de façon brutale et Yoyo manque de s'abîmer en mer après une longue chute. Là, je ne vois pas comment Azusa et le mec Top Gun vont arriver à le sauver, mais alors que Gogo '54/Kiryu/MechaGojira dit "Sayonara Yoshito", ce qui doit vouloir dire "Bisous Yoyo", non, je déconne, mais c'est hyper émouvant de lire sur l'écran cette adieu déchirant, comme si un lien s'était créé entre Yoshito et Kiryu, et là ce premier lâche prise, attention, rigolade, c'est alors que Top Gun s'éjecte et attrape Yoyo en plein vol. Oui. Je vous jure que c'est comme ça qu'ils sauvent le dépannateur. Je n'ai que rarement vu un sauvetage aussi ridicule dans un gros film, dans un nanar oui, mais là, c'est abusé. Pendant ce temps, Gogo et Kiryu vont s'abîmer en mer afin d'avoir un repos bien mérité, on ose espérer que l'âme du Gojira de 1954 pourra enfin être en paix. Et à la fin les lilliputiennes voguent à dos de mini Mosura, Yoyo va certainement conclure avec Azusa, et tout le monde est content, même Top Gun fait une blague fraternelle que je n'ai pas pigé avec Yoshito, tout va bien donc. Sauf que le post-générique nous montre que le gouvernement n'a pas pigé les dangers que représentent les monstres, il possède encore de l'ADN de Gogo de 1954, prêt à encore mettre en danger le monde, en commençant par le Japon.

Ainsi, si je n'ai pas tout compris, et que j'avoue que sans le résumé de wikipédia j'aurai élaboré des théories fumeuses sur Kiryu (quoique avec le coup de la ressemblance avec Neon Genesis Evangelion, je n'étais pas loin), j'ai malgré tout aimé ce film, regrettant cependant de ne pas avoir au moins un sous titre anglais. Un peu trop basé sur l'action, il s'avère tout de même ultra efficace, et si on n'échappe pas aux clichés, genre Top Gun (le perso), Yoshito qui arrive quand même à séduire la pilote brillante, on se régale de bout en bout. Oui, le costume de Gojira 2003 ne me convainc guère, trop, trop quoi, on dirait presque que c'est pour plaire aux américains, je lui préfère largement celui de 1989, 1984 ou 1954, et évidemment celui de 1991, cependant Mosura est magnifique, et je ne parle même pas de Kiryu/MechaGojira, pfiou, somptueux. Le combat (car là il n'y a qu'un seul combat) est immense, mélangeant tout, à savoir pétage de gueule des forces de défense japonaises, écrabouillage de maquette, pétage d'immeuble, missiles, souffle bleu, et même du corps à corps avec balayette à l'aide de la queue. J'ai énormément de respect pour les acteurs sous le costume, qui par leur façon de se déplacer, de se battre, donnent vie à un spectacle qui me fait retomber ne enfance. Oui, il faut aussi parler des gens faisant les maquettes, des pyrotechniciens, et même du réalisateur. Pas si con que son parti pris 100% action pourrait laisser présager, ce film est un régal, pas le meilleur, mais tout de même très sympa à voir. J'adore le concept de Kiryu et l'idée que l'Humanité, euh les japonais, sont trop cons pour laisser en paix les monstres. Finalement ce sont eux qui iront à leur perte. Un film à voir, si possible en chopant une version avec de l'anglais, ou alors vous pigez l'allemand, le néerlandais ou le japonais, auquel cas il vous faut le voir. Même en pigeant peu de chose j'ai aimé.

@+

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article