Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Cultivons la curiosité

The Shield : Saison 4

La box DVD.

La box DVD.

Nous revoilà au Bercail, poste de police prenant place dans une église désaffectée, avec donc Aceveda qui va partir au conseil municipal, et dont la remplaçante laissait penser que ça allait se durcir. L'équipe de choc se retrouve donc démantelée, Lem au mœurs, Shane je sais plus où, seuls Mackey et Ronnie sont restés, et à quel prix. Contraints d'analyser des vidéos pour démanteler un trafic de je ne sais plus quoi, c'est fini pour le terrain et autre magouille. Sorte de mise au placard quoi. La relève de Aceveda prendra un court instant, Glenn Close, oh pardon, Monica Rawling voulant prendre la température (sans doigt dans le c...), elle fera ainsi le tour du secteur, mais aussi essayera de connaître ses futurs, pas sbires, merde, comment on dit, employés, je sais pas, bref, elle fait le tour tranquillou, et essaye même de commencer à prendre le pouvoir, ce que Aceveda stoppe immédiatement. Il y aura une certaine tension entre les 2 capitaines. En fait, à travers les 13 épisodes d'environ 42 minutes (sauf un spécial durant 1 heure), nous verrons la reconstitution de la Strike Team, mais aussi la chasse d'un chef de gang particulièrement malin, Antwon Mitchell. Petit trailer.

Vidéo de nopulse37.

Il va se passer pas mal de chose dans cette saison, au début nous verrons ce que sont devenus les anciens de l'équipe de choc, Ronnie restant au bercail, Mackey attendant sa mutation je ne sais plus où, mutation refusée grâce à la lettre incendiaire de Aceveda, Vince étant donc coincé à Farmington. Shane bosse pour je ne sais plus qui, et a un nouvel équipier, Army, qui rentre de la guerre irakienne. Ce duo va chercher à faire des magouilles, comme en l'ancien temps de l'équipe de choc. Ainsi Shane et Army vont bien se mettre dans le caca, avec le rapport de force s'inversant sans cesse face à Antwon. Ce dernier est le gangster dans toute sa splendeur, bah non, en fait il n'arrête pas de prendre des baffes, encore plus sur la fin face à Mackey et Rawling.

Avant tout, c'est cet affrontement Shane/Vince qui étonne, surtout que, pardon du spoiler, on reviendra avec l'équipe classique à la fin de la saison, passage un peu décevant. Alors que nous voyions bien la tension entre Lem et Shane, à la fin les deux compères rigolent comme des pucelles se moquant d'un mec parce qu'il est "trop pas beau quoi". Ceci m'a marqué, car la première partie de la saison laisse imaginer que Vince ou Shane, l'un des deux va y passer. Ben tout redevient comme avant à la fin, ceci est décevant (je me répète là non ?). Décevant aussi le faux charisme d'Antwon Mitchell, franchement, au début Shane fait sa loi, puis finalement ça se retourne, puis après il reprend le dessus en piégeant l'ancien membre de l'équipe de choc, demandant la mort de Vince. Et alors que le mec te sort un magnifique "demain matin je veux son cadavre", le type, il se barre plusieurs jours, à Las Vegas je crois, le mec balance des menaces mais est incapable de les mettre en place. Ou alors c'est la faute à la difficulté qu'a le téléspectateur à savoir quelle heure nous sommes, le matin, la nuit, le soir ? J'avoue avoir été parfois un peu perdu.

Il y a aussi l'histoire de la mise à l'écart de Claudette (et donc de Dutch), pour insubordination, ou je ne sais plus précisément ce qu'il s'était passé à la fin de la saison 4. Là aussi la situation s'améliorera inexorablement. Et si dans certaines séries, on se presse de tout faire revenir comme avant en quelques épisodes (NCIS par exemple), ici ce sera un peu plus long, tout ce que je constate, c'est qu'à la fin de la saison, nous sommes au même point qu'au début. Enfin non, au même point qu'à la fin de la saison précédente pardon. Cela vaudra aussi pour le duo Danny/Julien, qui verra une différence d'opinion sur les arrestations systématiques des noirs ou latinos. Et ne parlons pas de la nouvelle méthode du capitaine, Rawling n'hésitant pas à saisir les biens des criminels arrêtés, posant quelques soucis d'éthiques quand une mère se retrouve avec ses enfants à la rue. Nous verrons toute la détermination de Monica dès la première saisie, se démarquant ainsi de Aceveda qui aurait laissé passer, elle non, elle fait quand même saisir la maison, en sachant qu'elle aura mauvaise presse.

C'est le principal attrait de cette saison, le personnage joué, interprété devrai-je dire, par Glenn Close est à la fois humain (on sent que ça l'emmerde de mettre une famille à la rue), mais ferme. Elle arrivera même à brider Mackey, chose que Aceveda n'est jamais arrivé à faire. C'est surprenant d'ailleurs de voir Vince rendre de comptes à son capitaine, presque en bon toutou. Ceci grâce à la main tendue par le nouveau capitaine. Le tournant de la saison arrive avec cet épisode de 1 heure, quand 2 policiers viennent à disparaître. Tout ceci remettant en cause le programme de Rawling, surtout quand ils sont retrouvés assassinés. L'épisode est marquant, et n'épargne ni le côté des gangsters, ni celui des flics. Ces derniers devenant tendus et n'hésitant plus à montrer ouvertement leur racisme, quitte à procéder à des interventions tellement musclés qu'on frôle le domaine du légal. C'est surtout le montage complexe pour faire assassiner les deux policiers qui perd un peu avant de trouver sa résolution à la fin de la saison. Nous sommes perdus, entre les russes, les nigérians, les One Niners, qui est responsable ?

Sinon, nous aurons aussi droit au choc post traumatique de Aceveda suite à son viol, alors qu'il est devenu impuissant (et que sa femme fait tout pour l'aider), il se découvre une excitation malsaine pour le viol. Ainsi il va prendre contact (de façon purement hasardeuse en plus) avec une call girl, comme un exutoire. De plus il s'opposera au nouveau programme de Rawling, et nous découvrirons que si ce programme ne semble pas efficace (+4% de taux de criminalité), c'est à cause du trucage des chiffres sous le capitanat d'Aceveda. Il sera en partie responsable de la chute de Rawling, pour raison personnelle en plus.

Il reste rapidement le cas des inspecteurs, entre Billings que l'on découvre, et qui prend les cas de meurtres auparavant offert au duo Wyms/Wagenbach, et ce dernier duo donc, il y a fort à faire. Comme je l'ai dit, on reviendra à la normale, pas sans heurts cependant. Dutch restant la tête de turc du bercail, encore plus quand il essaie de se mettre en couple avec l'ex femme de Vince, cependant il gagnera le respect (ne l'avait-il pas déjà gagné en arrêtant un serial killer avant ?) du poste de police, en se bastonnant... logique. Enfin bon. De plus, devant l'absence de volonté de s'excuser de sa partenaire, il décide d'aller passer un pacte avec le bureau du procureur afin de retrouver les affaires de meurtres. Là encore, ce sera le moyen de montrer les limites du programme de Rawling, mais passons. Finalement ça marche, et les revoilà en selle donc. Bon, à un moment Wagenbach avouera avoir pactisé pour obtenir la levée de punition, ce qui lui vaudra d'être boudé par Wyms, mais comme je l'ai dit, après quelques affaires résolues, tout va à nouveau mieux. Notamment l'arrestation chanceuse du braqueur au café.

Je réfléchis, mais ne vois pas mieux à dire pour le moment, donc oui, cette saison reste passionnante, et même surprenante dans le sens où Mackey rentre dans le rang. C'est surtout le capitaine Rawling qui apporte un vent de fraîcheur magistral, Glenn Close étant exceptionnelle. On trouve toujours une criminalité tordue, qui atteindra son sommet avec l'assassinat de 2 policiers, dont l'enquête sera complexe. Ce qui plait aussi, c'est que les flics ne sont pas tout blanc, ils commettent des choses parfois racistes, des fois dégueulasses, même l'ancien capitaine y passera. Je regrette juste un affrontement Shane/Vince qui est désamorcé trop rapidement, pire, la tension Lem/Shane disparaît encore plus vite qu'elle n'est apparue. Il en va de même pour ses inspecteurs, et en fait, on se retrouve avec une saison où il se passe plein de chose, mais dont le point de départ ressemble à celui d'arrivée (même si il faut remonter plutôt à la fin de la saison 3 pour obtenir le même point d'arrivée). Ainsi il faudra un nouveau capitaine, Mackey et son équipe reviennent en force, et sont encore sous surveillance. Les inspecteurs se retrouvent, même le duo Danny/Julien, sans cesse malmené au cour des saisons, redevient ami... pétard. C'est plus là où ça déçoit, j'abuse un peu en disant que si on passe de la saison 3 à la saison 5 on arrive à comprendre, mais il est vrai que Antwon, où le coup de la DEA pourrait désorienter un peu. Ceci n'empêche pas la saison d'être excellente, avec surtout aucun parti pris, les flics ne sont pas parfaits, les gangsters sont des connards certes, mais les habitants de Farmington, pour peu qu'ils soient noirs ou latinos, sont entre deux feux, les gangs et les flics. Non, rien à redire, j'ai aimé cette saison même si elle a ce côté bizarre en terme d'évolution des personnages, à voir quand même.

@+

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article