Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Cultivons la curiosité

Le grand méchant Renard et autres contes...

Image de www.allocine.fr.

Image de www.allocine.fr.

Le 21 Juin dernier sortait Le grand méchant Renard et autres contes au cinéma... et j'ai bien cru le louper, en même temps ce n'était pas une question de vie ou de mort, n'ayant pas vu Ernest et Célestine de Benjamin Renner, qui co-réalise ici avec Patrick Imbert un long métrage d'animation. Enfin long métrage. Pour les gosses 1h19 c'est long, mais bon, nous avons plutôt 3 courts métrage mis bout à bout qu'un vrai long. Mais passons. Donc Benjamin Renner adapte sa bande dessinée au cinéma, réalisant l'arc Le grand méchant Renard, en sachant que Un bébé à livrer et Il faut sauver noël qui introduit pour le premier et conclut pour le dernier, sont réalisés par Patrick Imbert. Voilà. Le tout est mis en place sous forme d'une pièce de théâtre assez drôle, bien que courtes, les scènes faisant office de liens sont hilarantes pourtant. Comme ce début où rien n'est prêt, et où on découvre les personnages à travers ce rideau. La chute hors champ de l'échelle m'a fait marrer, ce qui montre que ce film va être intéressant. Petite bande annonce avant.

Vidéo de STUDIOCANAL France.

Vous en avez l'habitude quand je vais au ciné, je râle toujours contre les autres spectateurs, et aujourd'hui ne sera pas en reste. Je croyais être tranquille un samedi après midi, un peu comme pour La tortue rouge, mais nan, là on se retrouve à quoi, 20 ou 30 (majorité de gosse), et on se serait cru à une partouze d'écureuils. Sans déconner. Comment à 14h, après avoir mangé à midi, tu peux t'empiffrer de popcorn. Je le dis, le redis, et le reredis, le popcorn c'est le mal, mais le combo popcorn + gosses = l'enfer au cinéma. Je ne parlerai pas de la daronne qui commence à chanter avant la séance, mais bien de ces connards d'écureuils, ces gens qui ne peuvent pas imaginer aller au ciné sans emmerder les autres en faisant un bruit d'écureuil. Le pire étant que les truc là, ça dure 10 plombes, crounch crounch, crounch, putain. Et avec la chance que j'ai, j'en ai toujours un devant moi. Là ça va, j'avais le Dolby surround, à savoir devant et derrière, cool, ça équilibre. Putain mais ça ça me gonfle propre, faites au moins semblant de ne pas faire de bruit je ne sais pas, mais non, vas-y crounch CROUNCH CROUNCH..... Enfin, oublions ça, je ne cause pas non plus des mômes qui ne cessent de poser des questions, avec leurs voix aiguës, putain, mais ferme ta... enfin... le pire étant que les darons, ou responsables je ne sais pas (il semblait y avoir du grand parent), explique, mais toi aussi ferme ta.... enfin bon, il faut être zen, sinon c'est un coup à péter un gros câble.

Voilà, niveau anecdote au ciné, j'en aurais à dire, mais passons au film. Composé de 3 arcs, 3 contes, le tout lié par une amusante mise en scène théâtrale, on débute ainsi par Un bébé à livrer. La partie la plus faible du film je trouve, en effet, une cigogne flemmarde refile un bébé à livrer à Avignon à 3 animaux d'une basse cour particulièrement marrante. Ainsi Cochon (personne n'a de nom ici, sauf le bébé, Pauline) est un adulte responsable, qui gère son potager, et c'est ainsi qu'on le découvre, seulement, Canard et Lapin veulent l'aider, et on devine rapidement que ce sont des Gaston Lagaffe, ils sont l'opposé de Cochon, immatures, ne faisant que des âneries, c'est pourquoi Cochon sera contraint d'accepter l'offre de la cigogne, qui comptait refiler le bébé à Canard et Lapin. C'est parti ainsi pour une aventure qui les mènera à 300 mètres de la ferme... au début. Pour vous dire comment les deux animaux sont immatures, ils comptaient envoyer Pauline via une catapulte à Avignon. Malgré la faiblesse de cette partie, on s'amuse bien, nous restons dans le conte enfantin, avec des gags rappelant Willy le Coyote et Bip Bip, genre Cochon qui se fait catapulter, franchement, ça ne fait rire que les enfants, le coup du déguisement pour aller à la Poste aussi, idem. Et pourtant, on plonge dans cet univers simple et drôle. Le troisième acte, le truc sur noël aussi n'est pas immense je trouve, ça fait trop cliché, genre le coup du père noël qui n'existe pas mais que si en fait, pardon du spoil, mais on voit trop facilement venir le truc. Puis Canard et Lapin sont lourds je trouve, en plus c'est toujours Cochon qui prend dans la gueule, comme quand il faut se sauver de la fourrière, et que sous la menace d'un chien enfermé, Cochon dit qu'il remplace les rênes du père noël et que donc il vole. Pour le franchissement de la clôture Lapin shoot dans le pauvre cochon, j'avoue que le truc "papa il vole - il tombe plus qu'il ne vole" est marrant. Mais grosso modo ça reste simpliste, et qu'on m'explique pourquoi Cochon, Lapin et Canard se font chasser à coup de balais par un humain le soir de noël ? Oki, ils sont entrés par la cheminée, mais faire ça devant les gosses qui semblent plus préoccupés à savoir comment le père noël peut livrer tous ces cadeaux en si peu de temps, certainement ils sont plusieurs.

Même si je trouve les contes introduisant et concluant ce film assez simples et presque parfois trop destinés aux enfants, je les ai tout de même aimés. Puis ce style graphique avec ce qui s'apparente à de la peinture à l'eau ou je ne sais pas, les expressions des personnages, l'attachement que l'on a pour Cochon qui prend cher, bref, on s'amuse tout de même, en regrettant finalement certains passages trop puérils. Le gros du morceau reste Le grand méchant Renard, ce dernier et Loup sont dans la forêt et crèvent la dalle, alors que Renard essaye encore de choper un poulet, on constate qu'il a ses habitudes à la ferme, le chien de garde s'en foutant un peu, Cochon lui préparant un seau de navets, et la poule lui défonçant la tronche alors que Renard essaye de la mordre. Celui-ci est un gentil prédateur, incapable de faire du mal à une mouche. Ainsi quand Loup a l'idée de voler des œufs pour élever des poulets à manger plus tard, c'est Renard qui se charge du vol. On constatera que Chien est un gros flemmard, et que les poules ont décidé de ne pas se laisser faire. Quand les œufs éclosent, Renard est pris pour mère par les trois poussins, offrant des passages touchants et drôles en même temps. Oui, ce conte est le plus réussi des trois, malgré quelques gags destinés aux enfants, un adulte trouvera des sujets intéressants, comme le fait qu'un être faible peut se défendre (le coup des poules à la fin), qu'un prédateur n'est pas forcément mauvais, et pas mal d'autres petites choses. Mais je ne vous révélerai pas la fin de ce conte. Bien foutu et touchant, Renard est surtout exceptionnel, et on n'a pas Canard et Lapin en lourdingues. Bref j'ai adoré.

Ah, oui, on pourra dire que la mort est traitée, notamment au début, quand Lapin la frôle en se retrouvant drogué, tout comme pour le père noël, mais bon, ça reste simpliste je trouve. On ne pige pas bien ce que vient faire ce lémurien chinois, ou chais pas ce que c'est, mais bon, c'est ainsi. La technique est parfaite, magnifique, rien à redire là dessus, tout comme le chara design, le look des personnages quoi. On verra un peu d'humains aussi. Mais je n'ai même pas parlé du doublage. PARFAIT. Voilà, c'est dit. C'est juste nickel, comme quand la cigogne surjoue au début, ou le côté un peu bêta de Canard et Lapin, tout est parfaitement joué, c'est un régal pour les oreilles je vous assure. Les personnages sont tous attachants, enfin tous, Lapin et Canard sont lourds au bout d'un moment, comme si ils étaient là pour faire des bêtises pour dire aux gosses "c'est bon, vous pouvez faire des bêtises ça craint pas", ce qui gêne quand les deux compères modifient une tondeuse à gazon en traîneau... et c'est forcément Cochon qui prend. Hormis ça, tout fonctionne, on passe un agréable moment, et si c'est peut-être un peu trop gamin je trouve, ça reste drôle et touchant, avec un dessin et une animation magnifique, tout comme pour les voix. Un film à voir, c'est clair, j'ai bien aimé, mais ce seront surtout les enfants qui kifferont.

@+

Le ticket.

Le ticket.

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
A
j'aime me promener ici. un bel univers. vous pouvez visiter mon blog (cliquez sur pseudo)
Répondre