Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Cultivons la curiosité

Shin Gojira OST

Le CD.

Le CD.

Ah, voilà la première OST (musique de film si vous voulez) que j'ai précommandé, pire, c'est la bande son d'un film japonais que j'étais sûr de ne pas voir avant, pfiou, je ne savais pas quand en fait. Résultat j'ai pu savourer ce score avant de voir le film. Voyant une magnifique tête de Gojira sur sa pochette, le disque est classique hein, le plus intéressant est ce qu'il y a dedans, ou dessus. Sorti le 30 juillet 2016, joru de sortie du film dans les salles obscures japonaises, voici la dernière chronique musicale de ce calendrier de l'Avent En Attendant Noël Avec Gojira Et Ses Amis. C'est écrit en lettres rouge, Shin Gojira (je ne sais pas ce qu'il y a en dessous par contre), si je dis cela ce n'est pas parce que je sais lire le japonais, c'est parce que voilà quoi, je sais que c'est écrit ça. Donc, 32 pistes, la vache, il va falloir s'y mettre les enfants, pour 78 minutes de son, c'est plein comme un œuf. Et d'entrée voilà un titre puissant, Persecution of the masses (1172)/Jôriku, avec une intro issue du film de 1954 (on entendra d'autres pistes empruntées à l'OST de Akira Ifukube), roooh, cette musique classique, avec les chœurs, bordel j'en chiale d'avance, l'émotion qui ressort de ce titre, c'est puissant, kiffant, même le piano est terrible, on regrette même que ça ne monte pas plus haut dans les envolées lyriques, comme on pouvait l'entendre sur le thème de Sephiroth de Uematsu Nobuo (sur l'OST de Final Fantasy VII). Pas grave, nous tenons là un titre exceptionnel, puissant, génial, trop du ballon quoi.

Vidéo de Gojira Godzilla.

Il est trop bien méga génial ce titre hein ? Ah, Gojira Jouriku est issu de l'OST de 1954, avec ses cuivres offrant une puissance excellente, excellent aussi, je passe vite, voilà 11174_rythme+melody_demo/Taiji, plus classique, on retrouve des percussions, sorte de tambours, et tamtam, ainsi qu'un synthé pas désagréable, la musique se lance au bout d'un moment, car elle était assez redondante, sympa donc. Early morning from Tôkyô (short) est plus jazzy, plus calme en plus, passe bien en écoutant le disque, mais ne reste pas dans le cerveau. Encore du 11174_light_edit_demo, sur un rythme similaire au même titre portant le même numéro, on retrouve des choses identiques donc, mais en variante, ceci arrivera souvent sur cette OST, comme avec EM20_rythm_gzm/Soshiki Kessei (putain je vais devoir écrire tous les titres comme ça !), on retrouve la percussion entendue précédemment, mais encore avec d'autres instruments et d'autres notes qui se rajoutent, encore un fois c'est très agréable à entendre, la percussion étant impressionnante, on entendra même une guitare électrique, bien cool. Oui, je galère déjà à trouver mes mots, surtout que EM_Jerry_Gzm/Jôhô Kyôyo prend la même percussion qu'entendue encore avant, ajoutant un peu de batterie, une fois de plus un titre sympa mais ressemblant trop à ce que l'on a déjà entendu pour comprendre qu'est ce que ça fait ici.

Là on tombe sur la partie 1954, Gojira Fukkatsu, et voilà qu'en lisant le titre je m'aperçois de ma boulette, car c'est la version King Kong vs. Gojira qui est employée ici, n'empêche que l'on conserve la puissance du score, et que c'est très agréable à entendre, ces cuivres, cette harpe, enfin bon, on kiffe, tout comme le thème principal de Gojira, Gojira Tôjô, venant de Mechagojira celui ci, argh, qu'est ce que j'adore, on s'aperçoit ainsi que ces thèmes sont intemporelles, puissants, magistraux, j'en ai la chair de poule.

On retourne à la partie moderne, Black Angels, oh puis je note pas la suite du titre, là on entend des cuivres mais aussi des cordes, des violons pour être précis, et on croit presque décelé le thème de Tintin à un moment, ça fait bizarre, mais non en fait, encore une fois des chœurs viennent filer la chair de poule, mais je vous laisse l'écouter.

Vidéo de JanJan.

FOB_01/Taba Sakusen, on retrouve l'idée des gros cuivres du thème principal de Gojira, et ça fait du bien, le tout se calme et fonctionne bien, décidément cet OST est excellente. Defeat is no option (1197) est un titre un peu inquiétant, avec ses cordes un peu plus aiguës qu'à l'accoutumée, une fois de plus, le titre est puissant émotionnellement parlant, grâce aux chœurs notamment. Who will know est moins bon par contre, oui, il a des chœurs aussi, mais ça le fait moins, un peu plus mou, une voix un peu trop lyrique, même si le titre monte en puissance, il reste moyen, mais agréable à entendre malgré tout. Esuesu_103_Gzm (Famously) me fait penser vaguement à In the house de 28 jours plus tard, avec ce piano anxieux, ce violon qui pleure, un titre calme mais pas dénué d'émotion.

Bon, là on va enchaîner avec quatre titres commençant par EM_20, il y a le Gojira et les CH_Alterna, 01, 03 et 04, juste une différence dans les instruments, c'est tout, le dernier est funky et choque un peu, aaaaaaah, j'adore la basse des années 80 par contre. Ces titres s'écoutent, mais pas d'affilé comme c'est proposé ici. Retour au passé avec Uchuu dai sensou, une musique militaire enjouée, qui détonne avec ce que l'on vient d'entendre, mais dont le rythme élevé est sympa comme tout.

Allez, 2 titres identiques arrivent, Under a burning sky, version Battle et version Orchestra, les différences ne sont pas énormes mais présentes quand même, ceci dit, une fois de plus, mettre les deux titres à la suite est bien dommage. Moni_00/Shuukyoku est carrément calme, mais trop trop calme, on pense presque au thème de Mothra, mais non en fait, (ce sont les chœurs qui me font penser ça), un titre qui aurait mérité d'être mis entre les deux précédents, histoires de couper la redondance. Ah, là on va enchaîner 4 vieux titres, le principal de Gojira, Gojira Title, puis le surpuissant Main Title, modifié pour l'occasion, un autre Main Title mais très proche de Uchuu Dai Sensou, voir carrément pareil. En fait, si ils se nomment tous pareils c'est que je note pas les titres complets, une erreur, ainsi la piste 24 est Main title/[San dai kaijuu chikyuu saidai no kessen]/Shuukyoku sono 2, ce qui veut dire quelque chose, la 25 est Main title/[Kaijuu dai sensou]/Shuukyku sono 3 et la 26 Main title/[Gojira vs. Mecha Gojira]/Shuukyoku sono 4, ce dernier titre étant lui aussi sympa, mais sans plus.

Bah flûte, on revient avec Under a burning sky (11174_rythm_united_choir), oui, encore, on retrouve la même mélodie, mais comme on a entendu plein de trucs avant ça passe crème, mais bon, le titre en lui-même n'est pas tip top, oui, à un moment ça monte en puissance, et surtout les tambours qui rythment la musique sont puissants, mais sans plus quoi, on passe vite au titre suivant. Early morning from Tôkyô, jazzy, comme le titre entendu précédemment, c'est presque le même en plus, bon, là on se croit presque en présence d'un film cochon, et c'est pour cela que l'on se dépêche de retrouver, encore, deux titres débutants par EM20, il y a le Rythm_Gzm_Full et le Jerry_Gzm_Full, version complète des titres entendus plus haut, ce qui est complétement con je vous avoue, on préfèrera venir directement ici mais passons car voilà les deux derniers titres.

Who will know (24_Bigslow_strings), sans paroles cette fois ci, et le titre fonctionne ici, l'émotion monte et on se prendrait presque à chouiner. Et on clôt par encore Under a burning sky (11174_United_Choir), avec des chœurs et tout, le titre claque bien.

J'ai découvert et entendu cette OST avant de voir le film, ce qui est la première fois pour moi, résultat j'avais déjà l'univers sonore du film avant de le voir, ce qui n'est pas désagréable. Arrivant à conserver tel quels des titres anciens, Shiro Sagisu arrive en plus à créer des musiques lourdes en émotion, on ne peut pas se remettre de l'immense Persecution of the masses du début, LE titre qui à lui seul justifie l'achat de ce disque. Je regrette la trop grande répétition de certains titres, oui, c'est agréable d'avoir un CD plein de titres, mais si c'est juste pour mettre la variante d'un titre 3 ou 4 fois et répéter ça une poignée de fois, je ne vois pas l'intérêt, on se croirait dans le monde des idols pour le coup. Malgré ce défaut c'est excellent, je crois même que c'est une de mes OST préférées de 2016, enfin, que j'ai acheté en 2016, car je crois de celle de Sing Street date aussi de cette année là. Donc si vous êtes fan de la grosse bébête japonaise (et même si vous n'avez pas vu le film), je vous conseille cette OST, les autres évidemment c'est à vous de voir, ou plutôt d'entendre si ça vous intéresse, ceci dit, rien que pour le premier titre, il vaut le coup je trouve (surtout que les autres titres sont très bons si on passe la répétition des titres). J'adore.

@+

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article