Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Cultivons la curiosité

Walking dead - Tomes 19 & 20

Le tome double.

Le tome double.

Walking Dead à la base c'est une histoire avec des zombies, employons le terme correct, se centrant essentiellement sur les personnages vivants, ou du moins survivants, et n'hésitant pas à sacrifier certains d'entre eux. Robert Kirkman et Charlie Adlard ont fait subir diverses mésaventures aux protagonistes, allant jusqu'à en massacrer un précédemment. Ceci était histoire d'introduire le taré Negan, qui n'est pas vegan, et de montrer au lecteur qu'il ne sera pas un autre Gouverneur, qui était déjà bien barré le type. Le tome double que nous voyons aujourd'hui (aux éditions France Loisirs), regroupe les tomes 19 (Ézéchiel) et 20 (Sur le sentier de la guerre), on devine aisément qu'il y sera question du king du royaume, une des 4 communauté de la zone, qui regroupe La colline (d'où vient Jésus), le village (celle de Rick), les Sauveurs (de Negan) et le Royaume donc (d'Ézéchiel et son tigre, ou plutôt sa tigresse, graouh tout ça). Et alors que nous voyons la détresse de Maggie, qui se repose sur la Colline, avec un discours très sympa de la part de Brianna, et aussi logique comme tout, on va entrer dans le vif du sujet, à savoir Rick qui veut monter une armée pour buter Negan.

Il faut dire que le petit passage de Carl chez les Sauveurs a effrayé son père, qui décide d'en finir avec le sociopathe. Et ces deux tomes de nous offrir une action de folie. Mais vraiment. Alors, c'est délicat de ne pas trop en révéler, tout en vous donnant envie de les lire. Premier point, cela faisait longtemps que je n'avais pas replongé dans l'univers Walking dead, et j'ai donc relu le truc résumant les personnages du début, me permettant de me rafraîchir la mémoire un peu. Même si j'avais presque oublié la visite de Carl chez les Sauveurs, puis je me suis rappelé les filles, les combats, et ce qu'il advient aux hommes voulant une des "putes" de Negan. Entre guillemets car elles ne font pas payer et sont contraintes. Voilà qui est ironique quand un des hommes du taré va vouloir faire hum hum avec une femme, et que Negan lui dira qu'on ne se rabaisse pas au viol, alors qu'indirectement c'est ce que lui-même fait.

Après ce petit rappel, on plonge donc dans les préparatifs de la guerre, avec un ralliement pas facile, Gregory ayant peur d'aider Rick et Jésus, il refusera et trahira même nos héros à la fin. J'avais dit que ce ne serait pas simple de ne rien révéler. Un truc assez gênant je trouve, un Negan charismatique oui, mais proférant des insanités facilement. Il a le vocabulaire fleuri dirons nous. Si les écarts de langages du bad guy font rigoler au début, ils deviennent vite lourds, comme si c'était pour être bien sûr d'être interdit au moins de 18 ans. Car l'horreur n'est pas bien présente ici. Déjà, et même si c'est une habitude dans Walking dead, les morts marchants sont relégués au second voire troisième plan, oui, ils font partis du plan de Rick, mais je ne sais pas, on perd à nouveau la peur du Marcheur, même si ils seront responsables d'une scène émouvante avec Ézéchiel, scène que l'on voit venir dès que l'on connait le personnage.

Les personnages méconnus sont ici un peu plus développés, ainsi le roi du Royaume se confiera-t-il auprès de Michonne, ou Jésus donnera l'explication de son surnom, vous verrez, c'est complétement con mais logique. Negan prouvera que c'est un sociopathe taré qui possède un attrait pour sa batte avec barbelé nommée Lucille (amour et Rock'n'roll), il confessera même avoir frotté son kiki dessus, j'vous jure. J'ai noté une plus grande présence de pages doubles, du plus bel effet je trouve, ou alors de vignettes plus efficaces qu'à l'accoutumée, je pense à Shiva évidemment. Carl prend aussi plus d'ampleur, fini le garçon, maintenant il devient adulte par la force des choses, et conserve ses cheveux longs pour couvrir sa blessure. Et là venons en au dessin, toujours nickel, toujours en noir & blanc, et pourtant précis et dynamique. Les scènes gores sont très efficaces, même si l'on ne voit pas le rouge du sang ou la couleur des viscères, rien à redire sur ce point. En fait je trouve que comme pour le Gouverneur, ça commence à trainer un peu, oui Negan est un être violent, fou et dangereux, mais si on le trouve charismatique au début, là il devient lourd je trouve, un peu comme Trevor dans Grand Theft Auto V, on rigole de ses conneries et de sa folie au début, mais assez vite on commence à trouver le personnage malsain et inintéressant, en plus c'est un putain de survivant, on sent que l'auteur a du mal à se débarrasser de ce personnage qu'il juge charismatique et intéressant, mais qui commence à me déplaire fortement.

Par contre, si certains passages du comic étaient mous, là c'est de l'action, des fusillades, des explosions, du feu, c'est la folie de la guerre. Alors défaut, bah on est censé être dans un monde apocalyptique depuis 1 an je crois ou un peu plus, et de comme par hasard, les munitions sont toujours présentes. Oui, Eugène en fabrique, mais je trouve ça un peu simpliste. Autre défaut, les personnages semblent immortels pour le coup, genre on fait mourir Glenn et Abe, puis maintenant non, il est décidé que personne d'important n'allait mourir ici, alors que c'est une putain d'anarchie. Voilà, je cause comme Negan maintenant, bravo. Et pourtant on arrive à oublier ces défauts devant le déluge d'action et de truc dingue que l'on lit/voit.

Le pire étant, et je conclus après, que la guerre ne s'arrête pas encore, il faudra attendre le ou les tome(s) suivant(s) pour savoir. Et bien ça reste un excellent comic, à lire, à dévorer même, j'ai voulu le scinder en 5 ou 6 lectures, je l'ai fait en 2, tellement c'est prenant, tellement on veut savoir ce qu'il va se passer, tellement on est dans le récit. Oui, j'aime répéter tellement, tellement. C'est chiant là, comme Negan et ses grossièretés, oui, on va me trouver prude ou je ne sais trop quoi, mais il sort des phrases cultes, gâchées par la présence d'un gros mot obligatoirement, si ça fait rire, ce ne sont que les jeunes puceaux qui sont concernés, au bout d'un moment c'est chiant, un peu comme, merde, j'ai perdu le truc, ah oui, comme Deadpool, mais en mille fois plus lourd, oui, c'est possible. Sinon le reste est impeccable, j'ai adoré le passage où Jésus dit que les Rôdeurs se moquent certainement d'eux, pas besoin de virus pour que les humains s'entretuent, ou alors la prise de pouvoir de Maggie. Un tome double excellent, intense, à lire et à posséder, j'ai adoré.

@+

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article