Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Cultivons la curiosité

Le monde de Rakidd - De 2001 à nos jours - Rachid Sguini

Le livre aux éditions Faces Cachées.

Le livre aux éditions Faces Cachées.

Certaines œuvres que je viens à chroniquer ici me font dire que je ne suis pas un mouton, après tout qui connait Russel de la talentueuse Stéphanie Dubut, il y a aussi le non moins balèze Tuân et ses nombreuses illustration ou son Memory Lane, je pourrai aussi citer Jérémy Diguerre, et ses Monochrome Rainbow. Autant d'artistes talentueux croisés sur Internet, que je ne connais pas personnellement (comprenez par là que je ne les ai jamais rencontré), mais qui possèdent ce point commun d'avoir un talent hors norme, sans pour autant arriver à percer (à la hauteur de ce talent je veux dire). C'est aussi ainsi que je me suis intéressé au travail de Rachid Sguini, dit Rakidd, jeune auteur qui aime bien faire des gribouillages, simples, avec des personnages en SD, à savoir possédant une tête plus grosse que le corps, et qui mélange poésie, philosophie et humour. Un dessin, pas aussi simple que Marc Dubuisson (découvert aussi sur internet pour ma part), qui allie étonnamment simplicité et détail, au premier regard on estime à tort que n'importe qui pourrait faire cela (euh pas moi, mais bon), hors si on regarde plus attentivement le dessin, il y a une recherche, une façon de poser tel ou tel détail, sur un trait façon "gribouillage" du plus bel effet.

Oui, j'essaie peut-être un peu trop d'employer des jolis termes, genre je me la pète, ce qui est un peu con, si certains dessins sont vite vus, d'autres nécessitent une plus grande attention tout de même. Dans ce livre, ce sont 35 évènements, dates, auxquels l'auteur offre une illustration accompagnée d'un texte plus ou moins long et plus ou moins explicatif. Mais avant toute chose, comment en suis-je venu à m'intéresser au travail de Rakidd ? Tout simplement et à l'instar de Marc Dubuisson (encore lui) ou de Mathieu Sapin (l'auteur le plus connu que je cite dans cet article), c'est un partage de dessin sur internet. Mais avant toute chose, il vous faut savoir que Rachid Sguini a grandi au Puy en Velay, vi, bon, maintenant il vit sur Paris, est chroniqueur sur Gulli (selon sa page s'book), et donc du coup, un média local, nommé Zoomdici, que je follow, retweet souvent cet artiste, ce qui m'a intrigué, ses personnages faisant passer un ressenti de la situation en 1 petit dessin. Quand fin 2016 l'auteur est enfin édité (aux éditions Faces Cachées), je me suis dit que ça serait sympa de voir ce que ça donne. Bon, manque de bol je l'ai raté quand il est revenu au Puy, n'y étant pas lorsque qu'une librairie organisa un séance de dédicace.

Donc, le livre est d'une taille compacte, plus proche de Dragon Ball Perfect édition que d'une BD franco-belge. Je dis ça, mais ça n'a pas grand chose à voir avec de gros truc comme Dargaud peut en éditer. Presque 90 pages, et là je pense au format de Russel : Petites histoires fantastiques, couverture souple, léger, mais agréable au toucher. Oui, je parle d'un sens que les éditions numériques ou le net ne peuvent pas proposer, oki, on peut toucher son téléphone, sa tablette ou sa souris, mais ce n'est pas la même chose qu'un livre je trouve. Pour cela je reste de l'ancienne génération, arrivant à écouter du MP3 dans des petits baladeurs, mais devant quand même posséder le disque pour ... euh, parce que voilà.

D'ailleurs l'auteur montre son humour dès la préface, en remerciant celui qui a pris le risque de voler ce livre pour l'avoir, une sorte d'humour britannique je trouve, dont je suis très friand. Ce qui est fort avec Rakidd, c'est qu'il est capable de s'exprimer comme vous et moi, puis va sortir un truc poétique, ou allier une citation à un dessin qui provoqueront l'émotion ou la nostalgie, ainsi nous découvrirons sa réaction, ou plutôt comment il a appris que l'attentat du 11 septembre 2001 avait eu lieu, du haut de ses 13 ans il aura une réaction forcément un peu puéril, préférant regarder un épisode de la série allemande Le clown plutôt que d'essayer de comprendre un évènement trop complexe pour un jeune adolescent de 13 ans. Le rapport entre Le clown, dont il citera le pitch, et le dessin, montrant un Krusty le clown flou, démembré et assommé, est du plus bel effet je trouve. Et c'est ainsi que nous parcourons les 15 années (le livre couvre la période de 2001 à fin 2016), avec des dates importantes, comme les attentats en France bien entendu ou l'élection de Donald Trump. La dernière date joue sur la nostalgie mais aussi la perception que l'on a, et ce en faisant un parallèle entre les 30 ans d'un jeu vidéo, ici Alex Kidd in miracle world, et la perception du "c'était mieux avant" que l'on a du monde. Sans vraiment dire qu'à travers cette expression et le côté nostalgique, on recherche surtout l'insouciance de l'enfance, quand nous étions naïfs, croyant en l'avenir, avec des voitures volantes par exemple, et que ce futur fantasmé n'ayant pas lieu, on pense, à tort, que le monde était mieux avant. Une fois de plus l'auteur ne cite pas d'évènements précis, mais franchement, c'était mieux avant quand la France était sous occupation allemande ? Ou, moins violent, quand les mineurs allaient risquer leurs vies pour du charbon ? Quand l'espérance de vie n'excédait pas les 60 ans ? Ou 40 si on remonte au moyen-âge ? Un monde où un enfant sur deux mourrait ? Donc oui, comme Rachid Sguini, je ne pense pas que le monde était mieux avant, c'est seulement notre perception qui a changé, surtout qu'à l'heure d'internet, le moindre petit incident est instantanément connu à travers le monde, résultat nous nous croyons en danger, plus en danger qu'avant, alors que non. C'est un peu comme cet exemple, pas dans le livre, de la pénurie de carburant, trop d'information peut être néfaste, la stupidité, non, la peur des gens plutôt, créant cette pénurie qui n'existe pas, que ce soit en juin 2016 ou en mai 2017 (bon, en mai seule la région parisienne fût impactée, mais c'est parce que la province est un peu lente à réagir aussi ^-^). Merde, il me faut conclure voyons.

Comme vous le constatez, à travers des gribouillages pas si innocents que cela, Rakidd arrive à nous faire poser des questions, surtout humanitaire c'est vrai, mais quand même. De plus son humour que je juge normal fait mouche, et si vous ne voulez pas mettre 14€ dans ce livre, faites au moins l'effort de vous intéresser à son travail, brillant, sorte d'instantanée de notre époque. Et sinon niveau artistes trop peu connus à mon goût, il y a évidemment Staircase Paradox, The Shapers ou Kikkawa You, sachant que les 2 premiers sont français, c'est dommage de ne pas mieux s'informer sur eux. J'ai quand même réussi à placer Kikka dans cet article, c'est balèze. Plus sérieusement, si vous suivez un peu le travail de Rachid Sguini, vous aurez obligatoirement envie de posséder Le monde de Rakidd - de 2001 à nos jours -, que je vous conseille chaudement.

@+

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article