Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Cultivons la curiosité

Le territoire des loups

Le DVD.

Le DVD.

Durant l'heure cinquante-deux du film (ouaip, j'écris en toutes lettres), ce sera une lutte à la fois pour la survie, mais aussi contre une meute de grands méchants loups. Comme le petit chaperon rouge du conte, un peu plus d'une poignée de survivant d'un crash aéronautique (d'avion quoi) va devoir composer avec le froid sibérien, mais aussi la menace nocturne, et diurne aussi, que représente un prédateur qui sent son territoire souillé par des bipèdes à la con. C'est avec ce film que Joe Carnahan (le très rigolo, mais irrespectueux de la série, L'agence tous risques) retrouve Liam Neeson pour un film à tendance survivaliste, emplie de testostérone, mais pas comme dans un Predator avec gros muscles tout ça, non, là c'est juste que les survivants se retrouvent entre couilles, la présence féminine se résumant aux songes de Ottway qui voit sa femme, et dont nous découvrirons le fin mot de l'histoire lorsque le film s'achèvera. C'est en 2012 qu'il sort au cinéma, et regardons la bande annonce, sachant que j'ai vu ce film en VOSTFr.

Vidéo de FilmsActu.

Tout débute en Alaska, dans une exploitation pétrolière, nous découvrons le grand froid donc, merde, j'ai parlé de froid sibérien alors que la Sibérie est de l'autre côté je crois, la boulette, pardon. Ainsi nous découvrons que pour bosser ici, ce sont surtout des gens fuyants quelque chose, qui sont présents. On suit Ottway, dont le job est de protéger tout ce petit monde d'attaque de loup. On ignore au début ce qui l'a fait fuir, même si on pense que sa meuf a dû divorcer ou un truc du genre. Mais bon, c'est assez bien expliqué dans le film et en plus je risquerai de vous spoiler. Donc on le voit, alors qu'il essaie de mettre fin à ses jours avant qu'un loup ne hurle le stoppant dans son acte. Dans les bonus nous verrons, à travers une scène coupée, que c'est un joli ours blanc qui aurait dû lui faire arrêter sa tentative. Donc on suit Ottway, qui finalement se retrouve à pouvoir rentrer chez lui. Auparavant, ou un peu après, on verra qu'il possède une connexion avec les loups qu'il abat, les « aidant » dans leur souffrance. Merde, je n'arrive pas bien à expliquer, mais ceci prendra tout son sens quand, après le crash, Ottway fera tout pour calmer un homme qui de toute façon va mourir, aidant la mort à glisser sur lui, lui offrant le réconfort nécessaire pour partir en paix.

Arrive donc le crash aérien, assez proche de celui de la série Lost j'ai trouvé, sauf qu'au lieu d'une plage, ici c'est une étendue neigeuse, et ça fait aglagla je vous le dit. On se pèlera tout le long du film grâce à des bruitages efficaces, et une photographie nickel aussi. Dès lors il reste environ 90 minutes, et ce sera intense. Car si il suffisait de trouver des secours et de lutter contre le froid, les 7 survivants y seraient peut-être arrivé, nope, ajoutons un handicap, une difficulté supplémentaire. Les pilotes de l'avion ont eu l'excellente idée de se crasher (et de mourir en même temps) sur le territoire d'une meute de loups. Bravo le veau. Ainsi au début, les 7 nains essayent de retrouver blanche neige, quoi... non, les 7 survivants essayent de s'organiser dans la neige et le blizzard, ce qui est plus logique. Ils font un feu, puis constatent que bon, il ne sont pas très nombreux, avant d'entendre des loups. Pas cool. Une surveillance est installée, manque de bol un des gardes se fera bouffer. Pas le choix, il faut fuir vers les arbres au loin. Pas facile.

Il sera dès lors question de fuir, en espérant s'éloigner des loups et de leur terriers, tanières pardon, terriers c'est pour le lapinousse. Les hommes vont apprendre à se connaître, si au début il subsiste des tensions, chacun se révélera, ceci pour essayer de provoquer l'empathie du téléspectateur, ce qui ne marchera que pour Ottway, je ne sais pas pourquoi, mais difficile de s'attacher aux autres personnages, Henrick je le reconnaissais qu'à la fin (quand ils ne sont plus que 3), Diaz, a un moment offre une jolie scène mais sans plus (justement quand ils ne sont plus que trois). Il y a aussi le coup de l'attaque du loup, que les survivants tueront et mangeront par la suite, Diaz défiant les autres prédateurs dans une scène un peu, dégueulasse ouais.

Il y a un passage que je n'ai pas bien pigé, c'est quand ils doivent franchir une falaise, enfin descendre une falaise, et que l'autre con se jette pour faire un pont avec la corde de fortune. La scène est un peu délicate à piger, puis ridicule dans le dernier passage, que l'on voit venir en plus. C'est un des rares moment où l'on décroche un peu. Car le coup du ruisseau, putain, j'ai cru étouffer, pas de rire, quand Henrick se retrouve coincé sous l'eau, argh, je n'aime pas les scènes sous marines et encore celles où un personnage reste coincé, j'étouffe quoi. Le fin mot de l'histoire nous indique ce qui arrive au couple de Ottway, mais aussi un affrontement final que le téléspectateur devra imaginer, malgré la scène post générique illisible car trop courte, en vérité cette scène ne sert à rien, on ignore qui a gagné, même si la tête ne bouge pas, on suppose que c'est un match nul, mais pas dans le sens où on ramène un point à la maison comme en sport collectif, non, le match nul où tout le monde perd, du moins c'est ainsi que j'analyse ceci.

Les scènes coupées en bonus n'offrent pas grand chose de bien intéressant, ainsi le pillage de la carlingue est lourde avec cet humour pas drôle, les personnages se goinfrant, certains trouvant même des godemichés. Après je ne sais plus, ensuite il y a la scène de l'ours, puis la scène longue du feu de camp où chacun se dévoile. On comprend mieux pourquoi Ottway défie le tout puissant à la fin, cherchant la foi, c'est une scène coupée intéressante, pas vraiment coupée, une version longue plutôt, mais intéressante tout de même. Je ne me souviens plus de la dernière scène par contre. Et voilà, c'est tout ce qu'il y a en bonus, sachant que je ne regarde pas le film avec commentaire audio.

Le scénario n'est pas foufou, on ne s'attache qu'à un seul personnage (Ottway) et encore en toute fin de film, et pourtant, j'ai accroché à ce film, j'ignore si les femmes aimeront, après tout pas de femmes au cast (ou très très peu), et ce sont surtout des mecs parlant entre eux et essayant de survivre. Mais j'ai aimé, l'aspect survie est excellent. Même si c'est le mauvais côté du loup qui est exploité ici (nous ne sommes pas dans l'animation japonaise), tout nous est expliqué, la façon dont fonctionne la meute, l'éclaireur pour tester, le leader, la tanière, le territoire de 50 km, bref, on pige que si les hommes sont attaqués, c'est parce qu'ils envahissent la maison des loups, réaction normale donc. L'animatronique n'est pas trop mauvaise, fonctionne super bien à la fin, mais au milieu du film il y a un soucis avec un loup, malgré tout ça passe. On n'échappera pas aux scènes clichés, aux délires, et surtout à ce truc qui se veut effrayant et classe, où l'on ne voit que les yeux des loups (là scène passe mal je trouve), mais ça reste un très bon film, à voir au moins une fois que j'ai bien aimé donc.

@+

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article