Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Cultivons la curiosité

District 9

Le DVD.

Le DVD.

La voici, la voilà, la voilou, l'une des fameuse nouvelle semaine spéciale cinéma que je juge culte, en début de mois, donc pas 6 films mais que 5, même si en septembre j'ai décidé de faire un film par samedi, vous verrez que ça n'a rien de fou, et que ça ne fait pas parti de cette semaine spéciale. Gros buzz en 2009, le premier film du sud-africain Neill Blomkamp se déroule dans son pays natal. C'est produit par WingNut Films (et QED International), soit la boîte de Peter Jackson, rien que cela. La promotion du film était marrante et intrigante, avec peu d'image, et pourtant nous savions qu'il y serait question d'extraterrestre. Un beau jour de 1982, hormis ma naissance (date vachement importante pour moi, car si je n'étais pas né je ne serai pas là.... la chronique commence bien), un immense vaisseau d'origine extraterrestre vient se positionner sur Johannesburg, il ne choisit pas une ville ricaine (logique ce n'est pas une production Hollywoodienne), ni même un fleuron mondial, tel Rome, Londres, Paris, Tôkyô, les plages de Rio de Janeiro, Sydney ou Shangaï (voire Pékin), nope, le truc va se perdre en Afrique, du sud en plus, et il s'immobilise. Alors que tout le monde s'attend à le voir attaquer comme dans Independence Day (qui sortira dans 14 ans, nous sommes en 1982 je vous rappelle), non, rien, rien du tout. L'humanité curieuse comme pas permis décide de forcer le truc, et elle fera une découverte étonnante, au moins un million d'aliens (souvent apeurés) est présent sur ce que l'on nommera vite le vaisseau mère. Il faudra organiser le confinement de ces bestioles au look de crevettes, et qui se retrouvent à vivre dans des bidons villes, à faire les poubelles en attendant que l'humanité ne statue sur leur sort. Petite bande annonce donc.

Vidéo de Les extraterrestres au cinéma.

Les mecs ils parlent pas la langue. C'est un fait, pourtant, au cours des 20 années qui suivent, l'humanité apprend à comprendre ce langage. Seulement ce n'est plus possible de les avoir aussi proche de la capitale sud af, une déportation, plus loin, mais vraiment plus loin, genre 200 kilomètres, est décidée. Pour cela un jeune homme, Wykus, est nommé chef de l'opération chargée d'indiquer aux aliens qu'ils vont être déportés, donc exclus de leur maison, question de droit de l'Homme, pas très logique mais au moins il y a une volonté de faire les choses bien. Le film débute plus comme un reportage, on y voit des images de différents médias et le reportage fait par un journaliste interrogeant Wykus et accompagnant l'opération de l'intérieur. Ainsi pourrons-nous pardonner la caméra qui tremble, et l'impression que c'est filmé comme tel. Nous allons suivre le personnage principal durant l'opération, avec parfois de petits retour en arrière, histoire de positionner les personnages.

Alors que l'opération prend forme, et que l'on notera au passage les allusions à peine masquées à l'Apartheid, nous découvrons cette ville quasiment exclusivement habitées par des aliens. Il y a évidemment de la contrebande, et même de la prostitution inter-raciale, sous le joug des nigérians, mais pour le moment le plus intéressant reste l'obtention des signatures indiquant que les aliens ont compris qu'ils allaient être déportés. Oui, à travers ces mots on pense un peu à la seconde guerre mondiale, mais là point question de les exterminer, juste de les mettre loin des humains qui ne supportent plus leur présence.

Un alien, qui est père, et son ami, recherche depuis 20 ans assez de liquide spécial pour faire on ignore quoi au début. Alors qu'ils touchent au but, c'est là que la MNU, une organisation gérant l'opération, intervient. Cette compagnie veut la déportation pour enfin mettre la main sur l'arsenal complet des crevettes. En effet, à la base c'est une entreprise vendant des armes, et voulant se servir de la technologie alien pour concevoir des trucs plus puissants, c'est donc sous couvert de mener les aliens dans un endroit où ils seront mieux, que ceci est lancé.

Alors que l'opération suit son court, avec quelques petites pertes, l'équipe de Wykus tombe sur notre alien et trouve son fluide. Ce dernier gicle sur le meneur de l'opération, ce qui aura des répercussions inattendues sur son corps. Celui ci se transforme progressivement en alien, intéressant alors la MNU, car seul l'ADN des extraterrestres peut activer leurs armes, or Wydus peut se servir de l'arsenal alien, pour le plus grand bonheur des dirigeants de la MNU, n'hésitant pas à sacrifier leur employé, en voulant étudier son corps, en commençant par le cœur.

Mélangeant images des médias et images plus cinématographiques, l'ensemble prend grâce à l'empathie que l'on éprouve pour Wykus. Un type normal qui se retrouve dépassé par les événements. Au début les aliens le dégoûtent presque, puis il va apprendre et constater que l'humanité fait de la maltraitance envers eux, qu'il est donc normal que certains deviennent hostile. Le pire étant la famille de Wykus, qui le rejette, il faut dire que la MNU fait croire qu'il a copulé avec une crevette, et qu'il a trahit les siens, ce qui est faux bien entendu, vu que c'est pour mieux justifier son arrestation. Débutant comme un reportage, le film passe par la SF tranquille, à la E.T., avec évidemment les têtes pensantes cherchant un moyen d'étudier cette nouvelle forme de vie, quitte à la maltraiter. On passera aussi sur la fin, à la guérilla, le film d'action, très plaisant, le final est intense et révèle en Wykus des qualités qu'on ne lui connaissaient pas. Ainsi si au début il fuit, il portera assistance à Christopher (l'alien qui récupère le fluide).

Si le côté raciste est présent, ce n'est cependant pas le thème du film, qui parle plus de l'exploitation à but scientifique (que l'on peut comparer à l'exploitation animale), mais aussi à la puissance des grosses entreprises, les lobby comme on les nomme, surtout le marché des armes à feu. Ainsi que des méthodes employées pour arriver à leur fin, quitte à mentir aux médias.

L'imagination déployée pour les armes et autres artéfacts aliens est brillante. Notamment l'exosquelette faisant penser à un mini Metal Gear. Niveau alien aussi c'est parfaitement intégré, les effets spéciaux sont excellents et aident à la cohérence de cet univers. Pétard, je dis vraiment n'importe quoi. En fait c'est pour vous dire que c'est trop du ballon et que c'est génial cool pas caca prout. On se prend d'amitié pour Christopher, même si c'est une crevette, encore plus pour son fils, qui est particulièrement intelligent. Et Wykus gagne notre sympathie en toute fin de film. Il faut dire que le personnage principal n'a vraiment pas de bol. Et même si il est peureux et ne pense qu'à fuir, avec une pointe d'égoïsme, il veut retrouver son corps normal alors que Christopher lui explique qu'il doit d'abord aller chercher de l'aide pour arrêter l'exploitation scientifique des siens, le personnage principal se rachète en permettant la fuite de l'alien.

Film surprise de 2009, District 9 allie à la fois divertissement et dénonciation, euh, ce n'est pas comme ça que l'on dit, je sais, mais entre le racisme anti-alien (on les remplace par les noirs et bim, Apartheid), mais aussi exploitation scientifique d'être que l'homme considère inférieur (on change les alien en animaux et bim, on tombe sur l'exploitation animale), on peut dire que le film essaye de faire passer un message. Les téléspectateurs les plus cons ne liront rien de plus qu'un truc SF avec de l'action à la fin, mais je sais que vous vous saurez percevoir les différents messages. Captivant de bout en bout, avec un final blindé d'action, avec un petit peu de gore (les armes aliens font exploser leurs ennemis), tout ceci matinée d'un scénario loin d'être débile, et nous obtenons un film marquant, qui en profite pour montrer comment les médias peuvent être manipulés par ceux ayant le pouvoir. Et je ne parle même pas du manque d'humanité des dirigeants de MNU, terriblement réaliste. Un film à voir et à posséder, dommage que le projet Alien 5 soit pour le moment avorté, car Neill Blomkamp pourrait offrir un super second souffle à la saga, qui en a bien besoin, les 4 derniers films Alien étant Alien vs Predator, Prometheus, Aliens vs Predator Requiem et Alien Covenant, si je n'ai pas vu ce dernier, les autres sont d'une utilité (et même d'une qualité) discutable. En attendant ruez vous sur ce District 9 absolument excellent.

@+

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article