Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Cultivons la curiosité

Snoopy et le petit monde des Peanuts Tome 2

La BD.

La BD.

Le 17 septembre 2014 sortait le tome 2 d'une version spéciale de Snoopy et les Peanuts, si vous connaissez l'intégrale, uniquement en noir & blanc, qui suit de 1950 à 2000, les histoires sous forme de comic strip (4 cases pour une petite histoire), Charles Schulz aura vite l'opportunité d'obtenir une page complète pour une histoire un peu plus longue, je crois hebdomadaire, avec une bosse donc, car le chameau en a deux, et verra même au début des années 70 une version couleur.
Il faut dire que l'auteur a su créer un univers exclusivement d'enfants (et d'animaux), donc avec une forme gamine, mais en traitant des sujets d'adultes, le tout de façon humoristique malgré la gravité de certaines situations. Enfin, gravité, je n'abuse pas du tout ^^. Disons que le rejet de l'autre, la peur de ce rejet, est exprimée à travers Charlie Brown, un enfant normal, mais qui se pose des questions existentielles flippantes par moment. Enfin, je vais pas parler de ça, je n'ai pas la capacité d'analyse pour, mais au final, cette BD est lisible par les grands et moins grands, sans aucune honte à avoir.

Donc, ici nous allons passer de l'hiver 1972 à l'automne 1973. Dans un format très agréable à lire, entre le A4 et le A5 (bon, plus proche du A4 quand même), c'était pour dire que ce n'est pas là la BD franco-belge que l'on connait, déjà l'auteur est américain, donc c'est complétement con ce que je dis. Si le prix vous fait un peu peur (une quinzaine d'euros), et comme je l'ai dit précédemment, ce n'est pas la BD franco-belge de 48 pages et va chier, nope, ici nous avons 120 pages. Bon, ne nous leurrons pas, ce ne sont pas 120 pages de gags, il y a des pages introduisant les personnages, l'auteur aussi, et les saisons, donc une petite triche quoi. Bon en fait je voulais dire que vous en aurez pour votre argent, sans soucis. Personnellement je mets bien une dizaine d'euros dans les Garfield, qui sont plus vite lus, donc ça ne me gêne pas.

De plus ce prix permet aux moins fortunés d'accéder à l'univers Snoopy, sachant que l'intégrale vaut une grosse trentaine d'euros, violent quoi, mais les mérite hein? Re de plus, vous accédez directement au design bien connu de Snoopy et des autres protagonistes, il y a même Woodstock, le petit oiseau, fidèle ami de notre beagle adoré.

Bon, comme Schulz devait trouver des histoires chaque jour, on trouve des redites, comme quand Snoopy cherche à gagner une heure sur son repas du soir, et constate effaré que Charlie Brown a compris son petit manège pour avoir un repas en plus sur le long terme. Il y aussi cette lutte entre Woodstock et les feuilles mortes, qui verra un gag classique, à savoir Snoopy allongé sur le toit de sa niche et recouvert, là de feuilles, mais en hiver ce sera de neige par exemple. Il y aussi ce côté "auteur" du chien, qui essaye d'écrire un livre, et dont on verra son angoisse pour le terminer, ou sa frustration de voir son récit refusé par un éditeur, alors que l'on avait lu sa lettre à cet éditeur, où il menaçait celui ci d'aller voir une autre maison d'édition, bref, sur la durée on retrouve des histoires, et si parfois les gags se répètent, ils ne lassent jamais.

But, wait, je me rends compte que je ne parle que des animaux de cette BD, or les fameux Peanuts ne sont pas en reste, Charlie Brown en tête, à toujours se faire avoir par Lucy quand il s'agit d'aller frapper un ballon de football américain. En parlant de la jeune folle amoureuse de Schroeder, elle sera victime de Snoopy (oui je reviens finalement à lui...), elle parlera avec Charlie, sans se rendre compte que le beagle en profite pour boire dans son verre avec sa paille, et quand le pauvre Linus arrive derrière (avec sa couverture de survie), et que ce dernier lui demande de boire dans son verre, la jeune demoiselle de répondre que ce ne serait pas propre. Forcément, le maître de Snoopy a tout vu et sort une grimace à chaque fois, ce qui lui vaudra une remontrance de la part de Lucy.

J'explique mal je sais, mais c'est pour vous dire comment on ne s'ennuie pas un seul instant, et si l'humour et parfois simple, on rit volontiers des déboires de toute cette petite bande, dont chaque personnage est attachant, sans exception. Ici, il n'y a pas de méchants, pas de gentils, pas de monstres, pas de beauté non plus, juste des gosses normaux se posant des questions d'adultes. L'imaginaire de Snoopy permet parfois d'aborder des sujets moins terre à terre, ce qui diversifie le récit. Bref, vous l'aurez compris, je suis plus que séduit, j'adore, et je trouve l'idée de sortir ces gags d'une page colorés en album relié est excellente, presque complémentaire de l'intégrale en fait, la couleur ajoutant un petit truc, vous savez, comme The legend of Zelda : Link's awakening, jeu exceptionnel en noir & blanc et possédant un truc en plus dans sa version DX (couleur), enfin je m'éparpille. Ce n'est pas qu'à réserver aux fans de Snoopy et des Peanuts, mais à tous fans de BD en fait, à lire et même à posséder surtout si vous ne comptez pas faire les intégrales. Perso j'adore.

@+

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article