Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Cultivons la curiosité

Life on Mars - Saison 2

La box.

La box.

Oui, bon, c'est Halloween aujourd'hui, et alors? Je m'en contrefiche. C'est pourquoi je vais vous causer de la suite et fin de la série britannique Life on Mars, la saison 1 se composait de 8 épisodes d'environ 52 minutes. C'est la même durée qui nous attend dans cette seconde saison. Les créateurs Matthew Graham, Tony Jordan et Ashley Pharoah ont décidé assez tôt de ne faire que 16 épisodes, dispatchés sur 2 saisons, donc ils savaient où ils allaient et cela s'en ressent sur la qualité narrative. Si le début de cette ultime saison est la porte de l'appartement de Sam Tyler fracassée par le capitaine aux méthodes expéditives Gene Hunt, ça donne le ton, on reste sur nos acquis de la première saison, à savoir Tyler va mesurer Hunt, cherchant à lui faire prendre le droit chemin. Tout en faisant équipe avec les visages bien connus donc, il devra aussi comprendre ce qu'il lui arrive, en effet, il fût victime d'un accident en 2006, plongé dans le coma, et se réveilla en 1973, dans une Manchester où la criminalité explose. Ses méthodes modernes s'adaptent difficilement au tempérament impulsif de Gene Hunt, pourtant, comme en physique, les contraires s'attirent et sont complémentaires même. Seulement pourquoi 1973? Sam rêve? Est au paradis? Hallucine? Que de questions laissées en suspens à la fin de la première saison. Petite vidéo.

Bande annonce VF de la saison 1.

Bon, sans fracasser des pattes imaginaires à des canards trépieds, les enquêtes sont sympathiques. En fait ce qui fait le charme de la série c'est ce côté presque nostalgique. Ah, quand Gene (qui conduit toujours vite) renverse une poubelle et que Tyler cite la série Starsky & Hutch, voir l'incompréhension des autres personnages est très drôle. Et il en sera ainsi, comme quand dans le milieu Pakistanais où de l'héroïne (la drogue) sera découverte, dans tous les sens du terme, Sam demandant "c'est nouveau l'héroïne ou pas?" complétement perdu. Cet épisode va même indiquer à Sam que sa petite amie de 2006 le quitte, avec là aussi le truc difficile à croire, notre héros va rencontrer la mère de son ancienne petite amie du coup (en 1973).

Oui, car en fait Sam est bel et bien dans le coma en 2006, il entend une partie de ce qu'on lui dit, à travers des postes radio ou télé. C'est là aussi le charme de ce show, qui essaiera bien de nous embrouiller sur le dernier épisode, bon, je ne sais plus si c'est parce que j'avais déjà vu la série avant, mais pas de surprise sur la fin, ni d'embrouille possible. Le coup du "je ne sens rien" indique bien ce que va faire Sam. Mais là je vais un poil vite.

La retranscription de cette ambiance des années 70 est un régal, les fringues, musiques, objets, gros boulot de production pour le coup. Euh, voilà voilà. Ah si, nous verrons un peu d'action mais aussi une plongée dans le monde assez glauque de parties fines, si vous voyez ce que je veux dire hein, Gene s'invitant avec une .. prostituée. Scénaristiquement parlant, oui, mot nouveau je sais, donc on ne s'attarde plus sur la famille directe de Sam, mais il croisera tout de même son ancienne belle mère et sa tante aussi. Le dernier épisode par contre joue sur le côté transgressif de Hunt, on ignore si il est l'auteur du meurtre ou pas jusqu'au bout. C'est aussi dans cet épisode que Sam fait le parallèle entre sa tumeur et Hunt, lui donnant en quelque sorte vie dans son esprit. Avant l'épisode final qui cherche à brouiller les cartes, à la fin sublime (je spoil mais il y a un passage en 2006).

En fait, je me sens un peu con (une fois de plus), car je n'ai pas énormément de choses à dire sur cette série, je pourrai me cacher derrière l'idée fallacieuse que je ne veux pas vous spoiler, mais je n'aime pas me foutre de votre pogne. C'est une série excellente en tout point, à la précision narrative excellente (merde je me répète), et surtout aux personnages attachant comme pas permis, même Ray le bougon un peu rustre de la bande l'est (attachant). Si dans la saison 1 nous avions eu droit à cet épisode sur la rivalité entre les clubs de football de Manchester, ici nous verrons un épisode sur la boxe, même sur les manières glauques des riches personnes de la ville. Pire, les méthodes expéditives de Hunt seront mises à mal par l'épisode sur les Pakistanais, avec un final sous haute tension. On verra même une histoire sur un pédophile. Bon, comme je l'ai dit pour la saison 1, il faut prendre et regarder les 16 épisodes d'un coup, voir ça comme un tout. Un Manchester des années 70 immersif, un cast excellent, des personnages attachant, un scénario intriguant, voilà une excellente série, qui malgré mes 2 chroniques pas terribles, mérite que vous la regardiez, en VOSTFr si possible, l'accent british étant sublime (moi j'adore), à voir j'estime. J'adore.

@+

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article