Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Cultivons la curiosité

Le Hobbit : La Bataille Des Cinq Armées

Le BluRay de la version longue.

Le BluRay de la version longue.

Nous voilà donc au dernier film de la trilogie Le Hobbit, sorti en 2014, les lecteurs du livre, mais aussi les spectateurs du précédent film, devinent que cette bataille va bouffer une énorme partie du film. Mais d'abord je vais en profiter pour parler du cast un peu, je l'ai survolé pour Un voyage inattendu et je n'en ai carrément pas causé sur La désolation de Smaug, en plus ça me permet de sortir une intro comme ça. Donc si Martin Freeman reste dans son rôle de Bilbo, j'avais oublié de citer son compère de Sherlock, Dominic Cumberbatch, car en fait il n'est pas présent physiquement à l'écran, en effet il prête sa voix grave, limite caverneuse, à Smaug et aussi Sauron. Ian McKellen, Ian Holm, Hugo Weaving, Orlando Blum, Cate Blanchett et surtout le regretté Christopher Lee (dont, il me semble, c'est le dernier film), reprennent leurs rôles respectifs du Seigneur des anneaux, pardon, de Le seigneur des anneaux (LSDA). À savoir Gandalf, Bilbo à 111 ans, Elrond, Legolas, Dame Galadriel et Saroumane. On y voit des nouveaux (sur la trilogie Hobbit), Richard Armitage, Luke Evans ou bien Evangeline Lilly, en Thorin, Barde et Tauriel (youhou j'ai réussi à apprendre son nom!). Manque de bol, j'ai toujours le même problème avec les nains, je confonds Fili et Kili (pas Jean-Claude le champion de ski attention!). Là, je n'avais pas trop parlé des acteurs, excellents je trouve (pour ce genre de film hein?) et il est donc temps de voir une vidéo avant de rentrer dans le vif du sujet. Ah, j'ai vu ce film en VOST pour votre gouvernante, ou gouverne, je ne sais plus.

Vidéo de Warner Bros. France.

Comme prévu à la fin du précédent film, c'est un combat épique d'un court quart d'heure qui introduit ce film, enfin Peter Jackson nous donne ce que nous attendions depuis le début, une bataille épique. L'attaque de Smaug sur Lacville est spectaculaire, ça envoie du lourd, on remarque des effets spéciaux parfaits, et en fait on reste sur le livre en terme de récit, du coup on accroche à fond, une introduction réussie. Et l'action semblait prendre une pause quand on retrouve Gandalf enfermé par les Orques, mais nan, très vite ça repart en combat épique, durant lequel on constate la puissance effrayante de Dame Galadriel, et on y voit Elrond et Saroumane se battre face aux spectres des 9 hommes ayant portés les anneaux de cette race, purée, là aussi, même si la scène du combat est plus intimiste que Lacville, on en prend plein les yeux, et on commence à se dire qu'en fait Peter Jackson lâche enfin les chevaux et nous offre une action effrénée. Ce qui fait du bien après deux premiers films peu fournis en action.

Et alors que le spectateur se remet de ses émotions, on voit un temps mort, les hommes s'exilent de Lacville vers Dale (qui est la désolation de Smaug du précédent film, car le dragon l'avait détruite). Et alors que Barde mène les survivants vers ce havre de paix, il décide en même temps d'aller réclamer son dû à Thorin, ce dernier lui ayant promis une partie des richesses de la montagne. Le roi nain ne voit pas ceci du même œil (ça veut rien dire), et décide, la folie de l'or lui montant à la tête comme pour son grand-père, de se barricader. Seulement la nouvelle de la prise de la montagne par les nains s'est répandue, et le papa de Legolas arrive avec une armée d'elfes pour récupérer des joyaux qui lui avaient été refusé par Thror. Seulement Barde se refuse à entrer en guerre contre les nains, et tente de raisonner le roi nain, sans succès, l'or ayant joué son rôle de trésor maudit.

Alors que Gandalf galope à toutes berzingue vers Eregor pour avertir tout le monde de l'armée d'Orques qui arrive, Legolas et Tauriel vont constater qu'une autre armée d'Orques est en marche. Purée, ça va être un merdier cette bataille. Car pendant que le spectateur souffle, un combat immense, un truc de ouf, se prépare, on a une petite idée de la chose en voyant la quantité incroyable d'elfes présents à Dale, et la mise en marche des Orques de la seconde armée de cette race laisse présager d'une bataille encore plus épique que le gouffre de Helm ou Minas Tirith, c'est dire.

Dans cette petite fenêtre, on retrouve enfin Bilbo (assez effacé dans ce film je trouve), toujours dans Eregor, qui cache l'Arkenstone car il constate que la santé mentale de Thorin se détériore, il demande même conseil (sans révéler sa possession de la pierre) auprès du plus sage des nains, qui estime que le fait que la pierre soit perdue est une bonne chose car Thorin deviendrait encore plus fou avec. Ce qui confirme les doutes de Bilbo, doutes créés par Smaug "je suis tenté de te laisser prendre la pierre pour voir Thorin se consumer dans la folie". Le semi-homme va donc décider de prendre son 1/14ème du trésor et de l'offrir à Barde afin de faire cesser ce conflit absurde ne pouvant aboutir que dans un bain de sang. Malheureusement cela n'aura pas l'effet escompté, et si les elfes et humains sont d'accord pour négocier, Thorin refuse en bloc, pire, quand Bilbo lui révèle être celui qui a donné l'Arkenstone aux ennemis des nains, ainsi que la raison, le roi s'emporte et demande à ses compagnons de jeter Bilbo par dessus le mur, chose que refusent les 12 nains, voyant bien que leur roi perd la raison. Raison qu'il ne retrouvera qu'au milieu de la bataille.

Une bataille qui débute donc à l'aube, le hobbit s'est réfugié auprès de Gandalf dans les rangs elfiques, et le magicien à beau avertir le père de Legolas de l'arrivée imminente d'une armée d'Orques, l'arrivée du cousin de Thorin relance la donne, et après un bref blabla, la bataille va débuter. Et là on part pour 1h15 de folie (nous ne sommes qu'à 1 heure de film sur 2h45). Alternant plans larges et rapprochés, on vit cette bataille. Le spectacle est au rendez-vous et le combat prend une autre dimension quant les Orques débarquent enfin à travers la montagne. On y verra une improbable alliance entre elfes et nains, malgré un flottement "mais ils ne vont pas aider les nains??", on découvre des monstres toujours plus gros, plus spectaculaires, et j'avais oublié l'arme anti-aérienne des nains qui brise toutes les flèches elfiques. C'est alors que les compagnons de Thorin commencent à s'impatienter que ce dernier recouvre sa raison, à travers une scène impressionnante montrant de façon imagée, Thorin se faire dévorer, engloutir plutôt, par l'or. Dès lors les 13 nains vont rejoindre la bataille, explosant les lignes offensives adverses. L'objectif est clair, aller buter ce connard de Azog, l'Orque en chef.

Pendant un moment j'ai rigolé en voyant Azog sur sa montagne faire des signaux avec des drapeaux, j'ai pensé à Kaamelott, genre qu'aurait été la bataille avec le porte drapeau du roi Arthur, sachant qu'il se goure tout le temps dans les signaux, enfin bon, c'était une petite parenthèse. En attendant, les Orques attaquent sur 2 fronts (la porte de Eregor avec les nains et elfes) et Dale (les hommes donc), et la volonté d'attirer Thorin dans un piège est évidente, pourtant le roi nain ira quand même rejoindre son vieil ennemi. Et là, la bataille ne devient qu'une toile de fond, vu que l'on va se recentrer sur les personnages, bon, on va voir des scènes abusées, comme le coup du char qui décapite des Trolls, ou qui fait du ski sur une rivière glacée, passons. Il est aussi à noter que le sang fait enfin son apparition, bon, pas en hectolitres, mais quand même, la bataille est violente et c'est enfin retranscrit sur l'écran, pas trop tôt j'ai envie de dire. Donc on se retrouve en haut de la montagne, et là personne. C'est un piège et un des membres du petit groupe va le payer de sa vie.

Legolas et Tauriel arrivent enfin pour avertir qu'une autre armée ennemie arrive, par le nord, de comme par hasard où est Thorin. Bilbo va profiter de son anneau pour aller avertir le roi nain, trop tard. Et là on continue la bataille donc, mais de taille plus "humaine" si j'ose dire, point de grosses armées qui s'affrontent, là c'est du 1 contre 1, enfin, du 1 contre 20 plutôt. Legolas et Tauriel vont entrer dans la bataille du nord, aidant Thorin notamment. Bilbo se fait assommer et ne se réveillera qu'à la fin, dommage quoi mais bon. Et là on va encore voir une scène ridicule, avec Legolas affrontant le chef de la seconde armée Orque, si vous avez chié (comme moi) sur l'immeuble se cassant et formant un pont dans Transformers 3, bah ici on retrouve la même chose avec une tour en pierres. Absolument nul à chier comme principe, je ne suis pas dupe, si ça ne fonctionne pas avec Michael Bay, bah ce n'est pas Peter Jackson qui me fera changer d'avis. Ce duel est ridicule, à chier même, genre Legolas il fait des petits bons de chat sur les pierres qui tombent, mais on se croirait devant un FFVII Advent Children pour le coup.

Donc en fait, je m'arrête là, sinon le spoil n'est pas très loin et ça peut être violent. Sachez qu'il y a des pertes, des prises de conscience et que, même si il y a encore un léger côté gamin, on retrouve les sensations de LSDA, enfin! j'ai envie de rajouter. Les rajouts pour faire le lien avec LSDA sont moins méchants, ennuient moins je dirai, et on se concentre enfin sur le livre original, ce qui n'est pas pour me déplaire. Après, on ne peut s'empêcher de penser que ce dernier volet du Hobbit est là pour compenser le manque d'action des 2 premiers films. On a bien 2 heures d'action sur 2h45 de film, ce qui gave en fait. Jamais content je suis, c'est vrai, mais si j'ai été comme un fou devant cette bataille, elle m'a paru rallongée, ce qui est dommage. De plus, j'estime qu'après tout le merdier rajouté dans les premiers films pour faire le lien avec LSDA, la fin est décevante, comme si Peter Jackson avait raccourci celle ci alors que nous sommes en présence d'une "version longue". En plus une incohérence me travaille, LSDA se déroule 60 ans plus tard, pourtant il y est déjà question de Aragorn, sans rire? Enfin bon, j'ai certainement mal compris. Wope, mais il va falloir conclure.

Très bon dans l'action, le problème réside ici dans la trop grande quantité que l'on nous offre (d'action je veux dire). Car si la fin du film précédent était excellente et laissait présager d'un final épique, une fois de plus on voit un manque d'équilibre entre action/histoire/aventure, oui, c'est l'œuvre originale qui provoque ce déséquilibre, mais n'oublions pas que 2 films auraient suffit je pense (oui, je me répète je sais). Pourtant la folie de la bataille, l'émotion que l'on nous offre à travers certains sacrifices, bah on en redemande. Si, léger regret, surtout sur une version longue, un épilogue vite expédié je trouve. Une fois de plus si vous avez aimé LSDA, pas de soucis, là c'est un Minas Tirith ou le gouffre de Helm, mais sur 2 heures quoi. Je sais, j'ai pu dire tout et son contraire, mais ce sont de très bons films, souffrant d'un rythme mal réglé je trouve. Pourtant j'ai passé un bon moment, des films à voir donc. Et rendez-vous tout à l'heure pour le début de la trilogie LSDA.

@+

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article