Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Cultivons la curiosité

Ninja Turtles 2

Image de www.allocine.fr.

Image de www.allocine.fr.

Oh ben dites donc, voilà un film que j'ai cru ne jamais voir au cinéma, en effet, certaines circonstances ont fait que bon, il y avait peu de chances que je le voit au ciné, puis finalement, en fin de cycle, j'ai pu assister à une séance en VF dans mon cinéma. Sachant que le premier était fun avec des points noirs certes, l'absence de scénar', une catégorisation de chacune des tortues, à cause de quoi Donatello devient ridicule (genre un geek doit avoir des lunettes?), des scènes d'actions sonnant trop enfant par moment, genre on surf sur si, sur ça, et une fin abrupt, tout ceci ne m'avait pas empêcher d'apprécier ce bon retour des tortues, dans une version modernisée, bien que leur look soit un peu space, le film était du pure divertissement plaisant.

Il ne faudra attendre que 2 années pour voir la suite donc, produit par Michael Bay (Platinum Dunes) avec Nickelodeon Movies et des fonds chinois (sisi j'ai vu deux compagnies chinoises au côté des firmes étasuniennes), ce film va encore plus loin dans le délire, se rapprochant plus des tortues de mon enfance (le dessin animé des années 80-90), et toujours aussi décérébré, en même temps ceux qui vont voir ce genre de film ne doivent pas s'attendre à voir du Woody Allen casse noix mais recherché, nope, quand on achète son ticket et que l'on sait que Michael Bay est impliqué dans le truc, on déconnecte son cerveau. Donc ceux disant que c'est caca car pas de scénar', pas de profondeurs dans les personnages, pas d'explications logiques, franchement, des tortues ninja.... des tortues ninja.... tout est dans le titre, n'allez pas voir ce genre de film si c'est pour en dire de la merde. Niveau film AAA avec de l'action, préférez un Nolan ou McTiernan, je sais pas quoi. On regarde la bande annonce, j'ai vu ce film en VF.

Vidéo de FilmsActu.

Si le cast reste inchangé, nous allons voir des nouveaux personnages. Oh, le scénar'? Shredder doit être transféré, il s'échappe et est intercepté dans la dimension X par Krang qui veut faire débarquer son Technodrome sur New York afin d'envahir la Terre, les tortues vont l'en empêcher. Là, voilà. Ça c'est réglé, on s'en bat les nouilles du scénario, et même si il y aura l'éternel questionnement sur le fait qu'ils sont des monstres et qu'ils sont différents, avec des pseudos scènes jouant sur une fausse émotion, tout rentre vite dans l'ordre pour, comme ils disent dans Pattaya, "la bagarre". D'ailleurs j'ai oublié de la dire dans mon intro, mais aujourd'hui c'est double programme aussi, vous avez dû le remarquer si vous lisez ces lignes, donc on passe.

La scène introductive est d'une longueur étonnante, puisque l'on y voit les tortues faire mumuse dans New York, allant même jusqu'à assister à un match de basket, avec ce côté ado quoi, avant de devoir contrecarré l'évasion de Shredder. Au tout début on voit les tortues en train de s'entrainer avant d'aller voit le match où l'on comprend que Vernon a tiré tous les honneurs en commun accord avec les reptiles de l'ombre. C'est fun, ça envoie pas mal du bois, et c'est rigolo à suivre, bon certaines vannes passent mal (sérieux la sarbacane? Sérieux?), mais très vite la grosse scène d'action arrive, avec l'introduction classe du moins classe Casey Jones, du moins je trouve que dans ce film, il n'est pas charismatique, je suis désolé, mais j'ai l'image du chevelu des film live des années 90, et c'est tout. Là on le croirait sorti de Die Hard (les 4 et 5, si si, les films pourris), il ressemble au fils de John McClane dans Belle journée pour mourir, ce qui le rend énervant d'entrée. En plus de comme par hasard il est faussement rebelle, et est plutôt balèze en fait, trop balèze même, c'est bizarre. Vernon reste le faux lâche du premier film, aimant fuir mais aidant quand même, et April semble se souvenir qu'elle est reporter à la toute fin du film, sinon elle joue les bimbo écolière dans une scène d'une longueur pénible qui ne sert qu'à mettre des plans sexys dans la bande annonce pour attirer les puceaux. Sans compter sur cette conversation à chier "geek et nerd c'est pas pareil", oki.... en gros April, malgré son courage (elle ira chopé le tube de fluide violet à la barbe et au nez de 2 monstres, on sent qu'elle sert surtout à offrir un penchant féminin.

En fait, il y a ce côté, on fait du caca, mais c'est du caca de grand spectacle, et on assume, qui permet de digéré tous les défauts du film, et parfois une baisse de rythme, comme quand Vernon doit trouver une preuve pour aider Casez et O'Neil, avec le coup du cordon qui m'a paru durer une éternité, pénible aussi. Ah, dernier point, et là c'est du gros spoil qui suit, pour finir avec les défauts, sachez que la fin est expédiée à une vitesse flippante, genre "- On n'a plus de péloche - mais Michael on tourne en numérique? - M'en fout, le film est trop long, on abrège", ce qui rend le combat final rapide, et pire, Shredder sert autant que April, non, pas autant, moins.... franchement, on nous donne un personnage charismatique, sa combinaison finale est impressionnante, pour finalement le transformer en Han Solo avant le combat final? Sérieux? Ah, vous voulez le garder pour un troisième film? Oui, mais là j'y ai vu le syndrome de Captain America : Les soldats de l'hiver, où l'on nous présente des surhommes (et une femme) congelés, laissant penser à un combat épique, qui n'aura jamais lieux..... sans rigoler quoi.

Mais il n'y a pas que des défauts, le côté action déchire, en plus on a droit a une balade au Brésil et une scène aérienne impressionnante, je ne parle pas aussi de ce que l'on voit dans la bande annonce, avec le tank, c'est du grand spectacle et on en prend plein la gueule. Les combats sont bien réglés, et les membres du clan des foot n'ont pas le costume ridicule des films live des années 90, nope, ils sont classes, même si ils se font défoncer par les tortues et Casey, un des membre du clan se fera même assommer par Vernon, la honte ultime. Le gros attrait de ce film, pour ceux connaissant le DA des années 80-90, ce sont Bebop et Rocksteady, aussi bien dans leurs versions humaines, que mutantes. Bon, on nous sort une explication débile sur le pourquoi ils transforment en de tels animaux, mais on s'en fout, y'a un Rhino et un Phacochère avec coupe iroquois violette qui sont cons comme un balai caché sous un lit (je viens d'inventer l'expression), entendre Shredder en parler comme des nouveaux soldats d'élites et les voir péter ou se checker à tout va est hilarant. J'ai pensé aux racailles du Palmashow avec leur façon de parler "ma gueule" tout ça, un poil racaille, j'ai cru qu'ils allaient dire "par icici la pharmacie" avec le poil sur la langue. Mais revenons aussi à la scène finale, courte, mais avec un putain d'assemblage de Technodrome, avec l'œil les bras laser et tout, si j'ai regretté de ne jamais voir un plan large fixe sur la fin de l'assemblage, j'ai failli avoir une larme à l'œil quand l'œil s'est ouvert, putain quel pied. Malheureusement le cadrage volontairement dynamique et proche m'a empêché de savourer cet instant. Tout comme les génialement cons Bebop et Rocksteady, Krang est loin d'être mauvais, pourtant je crois qu'il lui manque un poil de charisme, ou un rire démoniaque, je sais pas, mais on le sent pas hyper dangereux, mais son robot (c'est un cerveau qui est dans un robot bipède) est impressionnant quand même.

Wop, j'ai oublié de dire que c'était Martin Green à la réalisation, mais bon, il retranscrit pas trop mal les scènes d'actions, mais à part le crash de l'avion qui tourne dans tous les sens, rien de notable ou de foufou. Mais tout reste lisible, contrairement à Michael Bay, même la scène d'autoroute du début est pas mal du tout, scène dans laquelle on voit le Turtle Van, avec un nom proche de tortuga qui veut dire tortue dans la langue de Lionel Messi. On verra aussi un clin d'œil à Transformers, avec un cosplay d'une auto (pas Bumble Bee car rouge), et les chansons du génériques de fin feront se dresser les poils sur les bras (et même des kikis) des fans du DA. Par contre j'ai trouvé le score du film beaucoup trop proche de ce que j'avais entendu sur Transformers, interchangeable avec la série des jouets de Hasbro quoi, dommage, ça manque d'identité. Woh, j'oubliais aussi de parler du klaxon du van, et j'omets encore pas mal de chose plus que sympathique.

Non, ce n'est pas un grand film, oui c'est un excellent divertissement, 1h45 de fun, de blagues pas toujours drôles, de déception avec Shredder, pour une conclusion hâtive, mais laissant présager un troisième film (avec enfin un vrai combat?). Shredder, Splinter et O'Neil semblent être en retrait, ou servent moins que ce qu'ils devraient à mon goût. Casey Jones est trop fort pour que l'on s'identifie à lui, et carrément trop parfait en fait. Par contre les touches nostalgiques, Bebop, Rocksteady, et même les tortues (dont je me suis fait au nouveau look), rendent le film enthousiasmant, surtout si on connait la série de DA que je n'arrête pas de citer. Un film à prendre comme du plus pure entertainment comme ils disent aux States, en débranchant son cerveau (c'est obligatoire, sinon vous allez péter un câble), j'ai aimé, sans adorer, et pourtant je le prendrai en BluRay c'est sûr. Un film à voir si vous aimez le cinéma popcorn, les autres oublieront.

@+

Le ticket.

Le ticket.

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article