Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Cultivons la curiosité

Money Monster

Image de www.allocine.fr.

Image de www.allocine.fr.

Revoilà le retour du Twinny au cinéma, après un mois de Mai sans, purée, mais c'est quoi ce début de phrase? Donc, c'est fébrilement que j'attendais le programme pour ce samedi, et avec une grande joie, j'ai constaté que Money Monster était toujours à l'affiche, mieux, seule diffusion du samedi, pile dans mon heure favorite, oui, comme un vieux je commence à avoir mes habitudes, comme une femme je suis réglé, c'est un peu mon petit moment quoi, et si, par moment c'est pas défaut que je vais voir tel ou tel film, là, je tombe sur le film que je voulais voir, Jodie Foster à la réalisation, avec un cast barge, George Clooney et Julia Roberts, c'est du 5 étoiles quand même, une histoire de prise d'hotage souvent forte en émotion, tout ceci cachant un message anti capitaliste, ironique quand on sait le pognon brassé par le cinéma mais aussi par le fait que les États Unis basent leur économie sur ce principe. Bref, tout est réuni pour passer 1h40 trépidante, et c'est en m'attendant à voir un bon, voir très bon film, que je prends mon petit ticket. Bande annonce en VF, tout comme dans la version que j'ai vu ce film.

Bande annonce VF, vidéo de SonyPicturesFr.

Le plus surprenant dans ce film est que l'on débute par les coulisses d'une émission sur la finance présentée par Lee (George Clooney), ainsi on voit la préparation juste avant la prise d'antenne, les techniciens, mais aussi les assistants et la régie, la fameuse oreillette et même le fait de caler telle ou telle séquence pour faire croire que Lee contrôle tout, scène introductive courte mais bluffante, elle permet de cerner vite les personnages, on découvre plus tard que Patty (Julia Roberts) la réalisatrice assiste à se dernière émission et aura cette phrase assez acerbe "de toute façon on fait pas du journalisme", qui explique certainement son départ pour une chaîne rivale située en face de la rue.

En effet, Lee est influent, et l'on devine que le truc avec la company de Walt Camby qui voit son action chuter sera le déclencheur de ce qui va suivre. Car si au début on se retrouve plus dans les coulisses d'une émission de télé, avec une partie de l'émission que l'on jugera ridicule ou too much, avec la danse, les accessoires, les danseuses, la mise en scène quoi, on y voit un Clooney s'amuser franchement, et parfait dans le rôle de cet animateur phare, qui ne supporte pas de se retrouver seul pour dîner. On verra aussi le surprenant laxisme des vigiles quand un nouveau livreur arrive avec 2 colis. Bon, premier point faible du scénario, à l'heure du terrorisme, l'après 11 septembre, à Wall Street (ou assez proche du moins), on a dû mal à croire que les vigiles soient aussi peu attentifs lorsqu'un nouveau débarque, mais passons, dans le film ça passe, même si ça m'a un peu gêné la facilité avec laquelle il accède au plateau, même quand Patty le voit dans le champ d'une caméra, elle se demande qui il est sans vraiment paniquer, croyant à une blague ou un nouveau sketch de Lee. Or il se trouve que Kyle (on saura son nom plus tard) vient pour se venger d'un conseil donné à la légère par Lee, le forçant à porter un gilet d'explosif, si Kyle relâche le bouton, ça fera un grand boum.

La Police débarque et on verra un visage connu avec Giancarlo Esposito, le Gus de Breaking bad, dès lors on va entrer dans le côté huis clos prise d'otage tout ça, qui va occuper la majeure partie du film, on constatera l'incapacité du négociateur de comprendre le ravisseur, lançant les paris sur le fait que c'est un fils à maman, ce qui s'avérera faux en fait, première surprise, la Police ne pourra pas négocier comme on a l'habitude dans ce genre de film. Kyle veut des réponses, il sait que de toute façon il est foutu, et en fait il ne désire que la vérité mais aussi que Lee reconnaisse son implication dans ce fiasco. Alors que l'animateur prend tout ça à la légère, donnant des conseils sans jamais en payer les conséquences, il se retrouve face à un retour de boomerang plutôt violent. De plus, des choses louches ou bizarres du moins, sur l'entreprise de Camby qui, de comme par hasard est introuvable, ce qui va pousser l'équipe de Lee à mener une vraie enquête de journaliste, cherchant comment le titre de, merde j'ai pas le nom de l'entreprise, a pu perdre 800 millions en 1 jour. Engouffrant toutes les économies des pauvres gens.

En fait, par rapport à ce genre de film, il y a pas mal de surprise, déjà, une police en retrait, c'est l'équipe de l'émission qui fait tout le boulot, les flics sont juste des boulets prêt à tirer sur Lee, car 80% de 80% bah ce n'est pas si mal, seul le commandant de la police veut éviter un bain de sang. Après il y a toujours ce syndrome de Stockholm, aussi bien pour la victime qui va aider son agresseur, mais aussi pour le spectateur, qui, sauf si vous êtes riche, arrive sans problème à ressentir de l'empathie pour Kyle. Mais certains points vont surprendre le spectateur, comme l'intervention hilarante sur le coup de la compagne enceinte de Kyle, je n'en dirait pas plus, mais si au début on hallucine et on en sourit, très vite on se rend compte du danger que peut représenter Kyle. On peut d'ailleurs voir dans cette intervention une révélation finale sur le gilet, mais bon, j'en ai déjà trop dit.

Le film se conclut sur une marche vers l'échafaud pour Kyle épaulé par Lee, avant un affrontement final face à Walt, un affrontement qui possède pas mal de défaut niveau scénario et réa "ne te retourne pas", mais pourquoi les flics n'appliquent pas le plan prévu pour Lee???? Difficile en plus de croire en la parfaite gestion de l'émission d'un fourgon régie, avec la seule caméra de Lenny qui semble avoir le syndrome de "Les boules" enfermé dans son rôle de caméraman de l'émission, son hésitation d'entrer dans l'ascenseur est logique en plus, bref un personnage touchant. Un peu comme la parfaite gestion en cours de route de Patty, dont le professionnalisme ressurgira à cause de l'ombre ^^, permettant ainsi de reprendre en main le déroulement de ce qui se passe sur le plateau, "on fait une émission, alors on fait comme on sais faire", enfin c'est pas dit ainsi, mais vous voyez l'idée.

Il est difficile en fait de trop en parler sans risquer donc je m'arrête là, si vous avez aimé les films de ce genre, prise d'otage mais pas ultra méchante, le film qui me vient à l'esprit, c'est Mad City en fait, un sublime film, avec John Travolta en simplet on va dire, et Dustin Hoffman, il y a aussi Négociateur avec Samuel L. Jackson et Kevin Spacey, voilà, sauf que là, le script et la réalisatrice jouent avec le spectateur, si il y a des faiblesses, la police stupide notamment, incapable de prendre contact et laissant faire l'équipe de l'émission, le fait que les vigiles se tripotent la nouille, ne se rendant pas compte de ce qui arrive, comme Ron qui préfère se vider les couilles avec une collègue pour faire baisser sa tension du kiki due à un test de crème magique, se voulant drôle, ça passe très mal dans le film je trouve, ou alors la fin et Walt qui se retrouve entouré par des flics armés avec le plan de l'antenne que ces derniers ne mettront jamais en œuvre, bah, si on arrive à oublier ces erreurs qui sont violentes quand même, on tombe sur un film qui est drôle par moment, jamais vraiment étouffant, mais passionnant dans sa critique du monde des médias et de la finance, mais pas que, vu que Kyle en prend plein la gueule ayant fait la connerie de croire en un animateur de télé qui fait des danses bizarres, chacun en prend pour son grade, et si le dénouement final arrache une petite larme, nous ne sommes pas surpris de la fin, les acteurs y sont impeccables, George Clooney est un monstre du cinéma (oui je joue avec le titre du film) et ici, il s'amuse à interpréter cet animateur, tout en étant sérieux quand la situation s'aggrave. Bref, même si il n'y a pas des masses d'action et quelques incohérences assez violentes (assez pour que je le remarque), ce film est un régal, j'ai adoré de bout en bout, passionnant, critiquant le monde de la finance, mais aussi les médias. Avec une tournure internationale (on voit l'Afrique du sud, la Corée du sud et la Finlande, avec notamment Just Cause 3 pour les finnois ^^), s''exprimant dans leurs langues d'origines non sous titrées, logique, bref, c'est passionnant. Je vous le conseille mais gravement, depuis que j'ai repris le cinéma en novembre dernier, il arrive juste après Zootopie, j'ai adoré.

@+

PS: Dernier point, juste pour vous montrer comment par moment la situation n'est pas bien saisie par l'équipe, quand Lee sort un "putain" (une chose affreuse aux USA à la télé), toute l'équipe ne constate que "il a dit putain?" et là tout le monde sort cette insulte montrant que la situation est quand même plus grave qu'un gros mot sortie à la télé.

PS2: Woh, oui, un dernier point vient de me revenir dans la nuit, le placement produit ultra violent de Sony, à l'instar d'un Spectre ou des PS4 de CHAPPiE, on voit du téléphone en très gros plan, de la téloche Sony, j'ai pas fait gaffe pour les ordinateur par contre. Voilà, c'était juste pour dire euh rien du tout ^^.

Le ticket. Salle 03.

Le ticket. Salle 03.

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article