Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Cultivons la curiosité

Le monde perdu - Jurassic Park II

Le monde perdu en DVD.

Le monde perdu en DVD.

En 1997, soit 4 ans après la claque Jurassic Park, Steven Spielberg revient vers les dindinettes (nom des dinosaures sur ASHOU), avec un film durant toujours 2 heures, et faisant suite au premier film. Cette fois ci exit le couple d'experts, mais nous retrouvons tout de même Hammond en bien mauvaise posture, sur le point de perdre le contrôle de son entreprise au profit de son neveu (qui fait office de méchant connard), il fait appel au professeur Ian j'ai-plus-son-nom (Jeff Goldblum) pour aller observer une « réserve » de dinosaures (toujours pas de Denver :,(), avec une petite équipe. Au début réticent « vous ne faites pas la même erreur, vous en faites une nouvelle », l'opération deviendra « de sauvetage » quand Ian apprendra que sa meuf est déjà sur place. Voyons la bande annonce.

Bande annonce VF, vidéo de UniversalMoviesFR.

Bon, j'ai résumé vite fait le pitch, mais déjà, on voit le côté plus mature de la chose, exit l'aspect parc d'attractions, là c'est dans un milieu sauvage que va devoir évoluer la petite équipe. Paradoxalement, l'arrivée des dinosaures est moins magique que dans le premier, l'effet de surprise est estompé, ou alors l'absence de charisme des personnages, bah la scène ne possède pas du tout le même impact que dans le premier film. Pourtant la réalisation est sympa, mais il manque un truc. Car oui, autant cela aurait été magique sans Jurassic Park, autant là, aucunes émotions, rien, et ceci n'est pas la faute aux effets spéciaux du plus bel effet.

Le mot est donc lâché, ce film perd son côté magique, est-ce dû à l'absence d'enfant (la fille de Ian est trop intelligente pour être considérée en tant que tel), la présence d'une petite armée, la multiplication des scènes d'action ? Je l'ignore, mais ce film se veut plus adulte, du coup, très vite ça part en sucette, et devant la connerie du neveu d'Hammond, on constate la connerie humaine dans sa plus belle efficacité. Chercher à prendre des dinosaures pour les ramener à San Diego et faire du pognon....oh hold on a second, voilà qui me remémore King Kong non ? Oh, et vous vous souvenez le côté survival du premier film, ici c'est encore le cas, fuir les dinosaures redonne cet aspect au film, sauf que là, très peu de dindinettes à taille humaine (façon Vélociraptor), et peu de lieux clos, oui, il y a la caravane ambulante, mais ce que je veux dire par là, c'est que mis à part la cabane de tôle, la majeure partie des attaques sont dû aux T-Rex, on repassera pour le côté angoissant du huis-clos façon cuisine ou bunker du premier.

Donc, je continue après cette pause (je me répéterai certainement plus loin), les 2 équipes (la petite de Ian et sa meuf) et la mini armée du neveu, vont forcément se rencontrer, et les tensions sont bien présentes. Mais bon, très vite ils devront s'unir pour survivre aux grosses bêbêtes qui veulent juste défendre leurs progénitures. J'ai peut être mis trop de pluriel sur ma précédente phrase, mais peu importe.

Et là on touche un autre point négatif du film, les scènes de tension et d'action sont d'une pauvreté digne d'un film de série B. La caravane qui menace de choir de la falaise, avec du gros WTF (version malpolie anglophone de « n'importe quoi »). L'attaque de la tente, avec une superbe tête de T-Rex, mais la scène est pauvre d'une force assez incroyable, on prend les dino pour des cons quand même, et le téléspectateur aussi. Toujours cette humour merdique, typé Disney « pour toute la famille », le T-Rex ayant la tente en chapeau, les petites phrases d'une pauvreté rare, bref, le défaut du premier est toujours là. Mais là où l'on constate que Spielberg n'a pas fini de se moquer de nous, c'est sur la fin. Déjà, je passerai le raccord, ou le parallèle si vous préférez, dans la cabane en tôle, quand les Vélociraptors creusent sur la première porte alors que les humains creusent de l'autre côté. Mais d'ailleurs j'ai tristement constaté que Spielberg faisait des enchaînements de scène bizarre, comme à la fin de l'intro, quand on tombe sur Goldblum, 'tain, c'est très mal fait je trouve, et ça intervient plusieurs fois dans le film, décevant de la part de ce réalisateur.

Mais attendez, nous n'avons pas encore fini avec la pauvreté, toujours dans la cabane en tôle (décidément), quand la fille fait des barres fixes, rappelant ainsi qu'elle faisait de la gymnastique, cette scène est juste incroyable, plantée là, on croirait voir Christophe Lambert dans Beowulf, mais au moins cette scène offre une énorme rigolade, je ne crois pas que cela soit volontaire, mais putain, pourquoi ????? Surtout que l'on sort de la scène extérieure, avec Ian qui échappe on ne sait pas trop comment en boitant 1 plan sur 2, aux Vélociraptors, en passant par une voiture, en ouvrant la porte tranquille, en grippant facilement (alors qu'il est censé boiter) avant de se faire sauver par sa fille faisant de la gym.

Le pire ? Bah ce n'est pas fini. Là, les personnages sont sauvés, clap de fin, mais non en fait, il reste bien 20 minutes.... syndrome Bad Boys II de Michael Bay, à l'instar d'un Anelka ou Wiltord disant « on remet ça ? » en se vendant pour des crèmes desserts dans le début des années 2000, bah là on continue donc. Et là, c'est pipi dans la culotte tellement on va rigoler. Le mec il a pas vu King Kong, donc il ramène un bébé T-Rex et sa môman d'amour, le tout à San Diego. Ah, tiens, un nouvel enchaînement de scène qui perd le spectateur, ou téléspectateur, on suit l'hélico des personnages principaux sur l'île pour la seconde suivante, changer d'hélico est être dans une ville..... très mal fait quand même.

Bon, le neveu se pavane, c'est son moment de gloire, il va montrer au monde (enfin aux USA d'abord) une attraction énorme. Forcément, le bateau a un petit soucis technique. Et là, façon Speed 2, il va s'encastrer dans le ponton à pleine vapeur. Bon la scène est ultra courte hein, ce n'est pas l'heure nécessaire dans le dernier film cité. Et là, chance, de la casse, mais pas de morts ni de blessés à première vue. Mais pourquoi donc le bateau est-il venu à fond ? Les freins ne marchent plus ? Ils n'ont pas pu inverser la poussée des retroprojecteurs ? Oui j'emploie des termes qui n'ont rien à faire là je sais. Bah, forcément, le commandant du bateau à laisser sa main sur la barre et est parti (ou mort en pièce détachées, on ne sait pas vu qu'on ne voit que la main). Mais, alors, qui a tué l'équipage ? La môman T-Rex, son bébé ayant pris le jet privé du neveu d'Hammond le chanceux, doit être à l'origine de cette catastrophe. Mais elle est enfermée dans sa cale ? Putaing non, on se re-fout de notre pogne là. Sérieux, bon, on devine qu'un opérateur a enfermé la dindinette dans la cale avant de refermer le truc, mais comment expliquez vous la perte de sa main après ????? Non, là je suis peut être con, mais y'a un énorme soucis au niveau des explications. Et c'est pas tout, il lui avait donné double dose de sédatif, mais comme ils avaient peur qu'elle ne décède, ils lui ont donné un boostant, résultat, c'est giga vénère que môman arrive pour récupérer son baby love. Surtout qu'un connard a la lumineuse idée d'ouvrir la trappe de la cale (dont ignore toujours comment elle s'est refermée, sauf si la main est en fait La Chose de la famille Adams???), résultat, Titine Rex va se dégourdir les gambettes dans San Diego. Et alors que le cri des T-Rex rappelait furieusement Godzilla, là, ayé, on pompe sur le Kaiju Eiga japonais, un mélange de King Kong et Godzilla, bravo quoi. Premier truc, elle a soif, et va boire dans une piscine, avec à nouveau blague pas drôle, quand elle en profite pour prendre un biscuit apéro en la présence du chien (on voit juste la niche qui pend au bout de la laisse sortant de la gueule de Titine). Ensuite, re-blague pas drôle « il suffit de suivre les cris ». Purée, mais ce film ne s'arrêtera jamais. Et là, course poursuite avec Baby T-Rex dans la voiture des héros, cherchant à ramener môman dans sa cale. Passons vite, et à la fin, tout va bien, les dindinettes vivent heureuses sur leur île. Vala. Cool. Enfin.

Alors attention, il y a sur un point où ce film est inattaquable, c'est sur les effets spéciaux, absolument impressionnants, seul point positif d'un film d'une pauvreté sans égale. Ah si, de mémoire je crois que le 3 est pire....

Que dire pour conclure, film mauvais, très mauvais, aux effets spéciaux parfaits par contre. Même Spielberg n'y est plus en terme de réa (c'est quoi ces enchaînements aussi pauvres?), le scénario pue violemment du derche, et les personnages ne nous font ressentir aucune empathie, si, on déteste la méchant pas gentil, mais les héros, on en les aiment pas. Toujours cet humour grand public pauvre, des scènes digne de film de série B. Donc voilà, une suite ratée, comme je n'ai que rarement vu ça, surtout venant de Spielberg. Et si le premier m'a surpris en le revoyant, là, je fus surpris mais dans l'autre sens, perte du côté magique des dinos, ils n'apparaissent que pour bouffer les personnages, pas de tension, pas de stress (y'a poin... pardon), on s'ennuie ou on se marre aux dépens du film, bref, il me tarde de voir le 3 qui, je crois, est encore plus mauvais. Ah, donc mon conseil, film à éviter, surtout surtout surtout si vous adorer le premier, vous pleureriez de honte devant une telle bouse. Ah, et je sais, j'aime les Godzilla, même les plus mauvais, j'aime les films de Michael Bay, donc vous allez avoir envie de me chier dessus, sauf que les mauvais Godzilla ou les Bay, je ne les regarde pas en me disant que c'est fait pas un des meilleurs metteurs en scène au monde, je ne me dis pas non plus que c'est une suite qui se doit d'être au niveau du film précédent, en gros, je ne les regarde pas dans le même état d'esprit, mais avouez qu'il est chiant de lancer un Spielberg en se disant « je vais voir un bon gros film de merde », non ?

@+

Contenu du pack DVD.Contenu du pack DVD.

Contenu du pack DVD.

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article