Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Cultivons la curiosité

Laisse-moi entrer

Laisse-moi entrer est un roman de John Ajvide Linqvist, un auteur né en 1968 à Stockholm, capitale du Danemark comme tout le monde le sait.... comment ça je dis une ânerie? La? La Suède, oui bon, si vous voulez, donc ce roman parait en 2004 en Suède, et 2010 chez nous, en France, enfin chez moi en France, vous je ne sais pas où vous habitez là de suite, passons. (source Wikipédia)

Couverture forte intrigante n'est-ce pas?

Couverture forte intrigante n'est-ce pas?

Donc nous suivons Oskar, un garçon de 12 ans vivant avec sa maman dans la banlieue de Stockholm. Il est chétif et donc ses pseudo camarades s'amusent souvent à le martyriser (ce mot je le tiens de la quatrième de couverture du livre même), mais Oskar en a plein les bretelles (même si il ne porte pas de bretelles), et souhaite secrètement assassiner, de façon violente si possible, ses tortionnaires (ce mot là je l'ai trouvé tout seul). Alors que des meurtres horribles arrivent depuis quelques temps, Oskar rencontre sa nouvelle voisine fraîchement débarquée d'on ne sait où. Elle est si belle, si mystérieuse, oui oui mystérieuse, reconnaissez qu'une jeune fille sortant en robe de soir une nuit d'hiver alors que purée ça caille violemment dehors, oui, c'est mystérieux.

Bon, je m'excuse, je ne suis pas au collège à devoir faire une fiche de lecture, donc venons en au fait, ceci est une histoire d'amour horrifique, comprenez par là que ce n'est pas Hannah Montana en Suède, et encore moins Twilight, le truc avec Bella dans lequel les vampires brillent le jour. Non, ici, et malgré l'aspect juvénile des principaux personnages, nous avons bien à faire à un conte d'horreur. Forcément les 2 personnages, rejetés par la société, ont tout pour se rapprocher, ce qu'ils feront (wooh le spoil de ouf). Sur fond quasi apocalyptique, des meurtres plus horrible les uns que les autres surviennent dans la ville, créant une ambiance bien angoissante, nous verrons ces 2 personnages se rapprocher l'un vers l'autre, alors qu'Eli (oui, c'est le prénom de la petite fille vous aurez deviné), Eli donc, cache un secret, euh, bon si vous lisez la 4ème de couverture, son secret n'est plus trop secret. Avec des personnages assez fou, ayant chacun leurs travers, ce récit est juste humain, ah, j'oubliais de vous dire, ça se déroule dans les années 80, donc pas de lecteur mp3, ni de smartphone, je dis ça parce que dedans il est question de lecteur cassette etc, les années 80 quoi.

Le roman est découpé en chapitres qui sont en fait des journées, datées. En 3 semaines l'histoire est pliée. Le style de Linqvist est ultra giga proche de Stephen King j'ai trouvé, avec cette histoire ordinaire basculant dans l'horreur que l'on croit naturelle (un meurtrier en série sévit en ville) et s'avère fantastique (oui, je n'ai jamais vu de vampires, pardon j'ai spoilé, mais je suis sur que vous le saviez déjà, les vampires je disais, pour moi ils n'existent pas). Se déroulant dans une ville semblant sortir de la jeunesse de l'auteur (je me trompe peut être), les personnages sont très attachant, ce qui finalement est plutôt sympa, qui voudrait lire un livre avec des personnages chiants? Alors mis à part le côté fantastique, quid du côté horrifique? Non parce que franchement les vampires, et ce depuis Angel dans la série Buffy contre les vampires, voir pire depuis Twilight, bah les vampires sont des beaux gosses/ belles meufs, c'est connu. Oui mais là le détail des meurtres est tel que l'on se sent mal à l'aise, de plus Oskar semble avoir une sorte d'attraction morbide pour ces meurtres très dérangeante, je ne vous parle même pas, attention spoil, du passage à l'acide du visage d'un personnage, avec l'œil qui.... bon, je vous laisse le bonheur de découvrir ça par vous-même, sauf si vous êtes une âme sensible, ça peut donner la nausée (c'était limite avec moi).

Donc je sais que j'oublis plein de chose, c'est volontaire (bon aussi parce que ça fait genre 2-3 ans que je l'ai lu et que ma mémoire me fait défaut, mais chut), j'ai adoré ce roman et regrette finalement de quitter les personnages de cette manière, bien que la fin soit logique et belle.

Allez, je vous le conseil chaudement si vous aimez un minimum l'horreur, si vous aimez Stephen King, ne réfléchissez pas, lisez-le, par contre si vous pensez que c'est un Twilight version jeune, euh, non, non, n'y allez pas, vous allez cauchemarder violemment.

@+

P.S. : J'ai la version France Loisirs, mais il existe une version poche chez les éditions Milady.

P.S. (bis) : Ce roman a été adapté 2 fois en film, une 1ère fois en Suède en 2008 sous le nom de Morse, ensuite au Etats-Unis sous le nom de Laisse-moi entrer (en France évidemment, aux States il s'appelle euh, Let me in), en 2010, remake du film suédois (vous suivez ou vous pioncez là?). Ces 2 films feront l'objet d'une chronique par votre serviteur un jour ou l'autre.

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article