Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Cultivons la curiosité

2 Fast 2 Furious

2 Fast 2 Furious

Je parie que vous aviez oublié que nous avions débuté la nouvelle saga d'action qu'est Fast and Furious ? Manque de chance, je viens de m'en rappeler, alors que je cherchais un film déjà vu et sans prise de tête à voir pour en faire une chronique ici, et je suis retombé sur tous mes DVD de cette saga. Un film que j'avais déjà vu 2 fois. Une première fois vers sa sortie en vidéo, et une deuxième fois je ne sais plus quand. Et j'en avais un très mauvais souvenir. Très très mauvais même.

Mais avant, faisons les présentations. Vin Diesel préférant faire son petit bonhomme de chemin, tout ce qui est lié à son personnage est ainsi évincé dans cette suite. Une suite avec plein de 2. On pourra la nommer "Fast and Furious 2", "Rapides et Dangereux 2" au Québec, ou, tout simplement, "2 Fast 2 Furious". Ceci emmenant une surenchère par rapport au premier film de Rob Cohen qui était sorti en 2001, soit 2 ans avant le film du jour. Le chiffre 2 se prononçant "Two", et pouvant rappeler le "Too" signifiant une exagération, un "trop" si je puis me permettre une traduction un peu bancale.

Après ce qui s'apparente à une recherche incroyable du titre, on constate que c'est John Singleton qui se retrouve à la réalisation de ce film de divertissement. Le réalisateur de "Boyz N the Hood" ou "Shaft" (version 2000 avec Samuel L. Jackson) se retrouve à la tête de ce gros blockbuster estival. Il doit composer avec un scénario de Michael Brandt, Derek Haas et Gary Scott Thompson qui va se centrer sur le personnage incarné par Paul Walker, à savoir Brian O'Conner.

Bon, je reviendrai sur le scénario un peu plus tard. On va ainsi garder le côté "courses de rue" avec des voitures modifiées, qui était en vogue au début des années 2000. Vous savez, cette mode du Jacky Tuning, où l'on viendra par moment à plus se moquer qu'à vraiment savourer les modifications pourtant parfois impressionnantes. Après, reconnaissez que mettre un néon sur le bas de caisse de votre auto rabaissée, ça peut prêter à la moquerie. Je ne parle pas des gros ailerons et des couleurs flashy. Non, n'insistons pas.

Comme pour le premier film, il y a un côté fascinant quand on aime l'automobile, à voir ce film. Surtout si l'on aime les jeux vidéo, grâce auxquels on a découvert les voitures de sport japonaises particulièrement efficaces. La Toyota Supra du premier film était opposée à une Dodge Charger, soit deux philosophies différentes mises en opposition. Pardon, je divague quelque peu, mais c'est pour vous dire que malgré le côté "pichou tuning show" un peu risible, le film exerce une certaine attraction sur moi. Mais regardons un bref extrait du film, que j'ai vu en  version originale sous titrée en français (VOSTFr).

Vidéo de Films YouTube

Alors, ici, on assiste à une course de rue. Et on constate que la réalisation est... comment dire sans être méchant... pourrie. Voire risible. Les plans n'arrêtent pas de changer, les incrustations sont ridicules, bref, il n'y a pas grand chose à sauver ici. Sauf les bruits des moteurs, qui eux, filent la chair de poule. De plus, voir les oppositions entre ces 4 voitures japonaises, c'est beau. Nissan, Mazda, Toyota et Honda, ah, quel bonheur, même si elles sont moches.

Bon, attendez, il faut que je vous explique le scénario. Premier point, le DVD permet d'ajouter aux 107 minutes du film, 6 petites minutes muettes qui expliqueront la fuite de Brian à travers les États-Unis d'Amérique. On le voit ainsi gagner des courses, accumuler un pécule, fuir, acheter une Skyline R34, la modifier. Franchement, la réalisation n'est pas épileptique, et on suit la fuite de O'Conner avec un certain plaisir. Ce petit court-métrage qui fait le lien entre les 2 films est de très bonne facture.

Puis arrive le film. Une course de rue va se dérouler dans les rues de Miami. Un grand bonnet du coin l'organise, et Tej (Ludacris, qui signe aussi  la bande originale très rap et bonne du film) va constater que les concurrents ne sont que 3. Or, pour que le show (et les paris) soient bons, il faut qu'ils soient 4. L'occasion est parfaite pour lui de placer son nouvel ami Brian.

Et c'est lors du déplacement de ce dernier que l'on a droit à la première scène d'action du film, l'occasion de présenter le titre du film de façon ridicule, mais passons. Ainsi, la course va pouvoir débuter. On y voit que Suki (Devon Aoki) connaît déjà Brian. Donc, la course se déroule, avec comme point final le saut d'un pont basculant. Ouais, pourquoi pas.

Ici, on constate que la réalisation se veut "pêchue", mais s'avère ridicule. Que dire de ce plan qui verra la caméra se retourner ? Il sera repris sur la fin du film en plus. Enfin bon, cette scène permet de donner le ton du film, qui reste sur le côté un peu trop clinquant du premier film. Donc, Brian gagne son argent, il est content, et là, bim, la Police arrive. Et semble être là pour arrêter notre héros. Les Fédéraux cueillent le jeune homme en provoquant un court-circuit sur sa voiture. Malin. Complétement con plutôt, mais passons.

Brian aura le choix. Soit c'est la prison, soit il bosse pour le F.B.I. La question trouve une issue rapide, seulement si il choisit son équipier. Le jeune agent que voulait lui imposer Markham (James Remar) est nul en voiture. La façon dont il le prouve est nulle, mais nulle, mais là aussi, passons. Car Brian veut Roman Pearce. Un ancien reprit de justice qui domine les courses de stock car d'une petite ville. Lorsque Roman (Tyrese Gibson) voit Brian, il fait la gueule. Il en veut à son ancien copain. On ignore pourquoi, mais l'explication qui arrivera avant la fin du film est pourrie aussi "ouin ouin tu ne m'as pas aidé, vilain".

Les deux compères doivent donc infiltrer le grand baron de la drogue de Miami, à savoir Verone (Cole Hauser). Ils seront aidés par le très jolies agent.. agente ? Bref, par Monica Fuentes (Eva Mendes). Leur but ? Euh. Devenir des pilotes pour Verone, qui doit réaliser un transfert d'argent liquide sous peu. Ceci donnera aux deux amis la liberté complète. Et voilà.

Voui, voilà, nous allons les suivre dans cette histoire digne d'une série des années 80. Sur certaines cascades, on y voit "Shériff fait-moi peur" ou "L'Agence tous risques". Pour la première série, elle sera citée dans les bonus du DVD, ces derniers sont sympathiques mais ultra promotionnels. Seul celui montrant la cascade du bateau est très intéressant, le reste est bof.

Mais bon, on a donc un scénario qui est classique, mais divertissant. Le méchant essaye d'être méchant en achetant un flic local d'une façon très méchante. Le coup du rat est... comment dire... bah c'est une bonne idée bien dégueulasse j'avoue. Mais manque de bol, Cole Hauser n'a pas l'aura d'un grand méchant. Il essaye, mais ça ne fonctionne pas. Dans l'ensemble, le cast ne se démène pas trop pour donner vie à cette histoire. Mais après tout, nous sommes là pour nous divertir et ça passe.

J'ai déjà parlé de la réalisation, mais j'aimerai rapidement parler du montage. Certes, il y a trop de coupes et de plans à la seconde, mais je le trouve plutôt malin. La réalisation tente des choses, c'est ridicule, mais au moins ça tente. Pour le montage, je trouve, peut-être à tort, qu'il ne nous perd pas. Normalement, quand ça part dans tous les sens, on ignore qui est où, on n'arrive pas à se positionner. Et bien ici, on arrive à visualiser la scène. Enfin, je trouve, peut-être que c'est tout l'inverse. J'ai bien aimé cet aspect.

Ah, un dernier aspect cool du film, c'est sa bande son. Elle est assez orientée rap/R'n'b, et possède peu d'électro. Du moins de ce que dont je me souviens. Oui, les paroles du titre principal "Act a Fool" de Ludacris sont un peu... ridicules, mais j'aime bien. D'ailleurs, son personnage aurait mérité un peu plus, quand il explique pourquoi il ne pilote pas. La scène est trop rapidement expédiée et plate pour réellement émouvoir, et c'est dommage. J'en profite pour parler des scènes de poursuite, que je trouve bonnes, même si la réalisation n'est pas à la hauteur des cascades je trouve.

Bon, donc, on aurait pu croire que sans le clan Toretto la suite était vouée à l'échec. Si il manque un vrai méchant charismatique ici, le film s'avère divertissant. Il conserve la mauvaise réalisation du premier, avec des courses énervantes, notamment la première, qui ne ressemble à rien. Pourtant, on suit plus ou moins attentivement ce que l'on nous montre. On s'énervera du côté sexiste de ce monde là. Les femmes sont magnifiques, souvent courtement vêtues, et au final, hormis Suki et surtout Fuentes, elles ne servent à rien. Honnêtement, il manque une Letty (Michelle Rodriguez) badass, ou la plus posée et normale Mia (Jordana Brewster) pour compenser. Sachant que Fuentes sera la demoiselle en détresse à la fin. Mais après tout, le film veut avant tout s'adresser aux Jacky, et du coup ceci explique cela, malheureusement.

Et bien ce troisième visionnage fût une belle surprise. Je m'attendais à un gros caca mal odorant, et j'ai un petit caca mignon. Oui, le film n'est pas bon, et il est loin du standard que deviendra la saga à partir de "Fast and Furious 5", mais pris comme une œuvre simple, ça passe. On regrette le côté sexiste du truc, le scénario conventionnel, mais ces points sont normaux pour ce genre de grosse production destinées aux adolescents. Le truc plus gênant est ce méchant absolument ridicule. Et la bromance entre Brian et Roman, alors que ce dernier veut buter le premier au début du film, c'est le pompon. Le film a plein de défaut, on ne voit presque que ça, mais j'ai aimé le voir. Bon, je n'en fait pas le meilleur de la saga, je crois même qu'il s'agit là du pire, mais nous verrons ceci après avoir tout vu (de mémoire le quatrième est bien nul aussi). Il est un peu moins bon que le premier, mais reste sympa à voir, si on aime ce genre bien entendu.

@+

2 Fast 2 Furious
Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article