Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Cultivons la curiosité

Le Seigneur Des Anneaux : La Communauté De L'Anneau

Le BluRay de la version longue.

Le BluRay de la version longue.

Changement de programme donc dans cette semaine cinéma, consacrée à la Terre du milieu, création de J.R.R. Tolkien, et là, si chronologiquement le récit vient après Le Hobbit, pour les salles obscures ce La communauté de l'anneau arrive dès 2001, soit il y a 16 ans, oui, under seventeen comme le dirait le Palmashow. Prévu comme une trilogie épique, ce film a la lourde tâche de nous poser un univers immense, tout en divertissant le (télé)spectateur, donc en n'oubliant pas la dose d'action nécessaire à maintenir éveillé ce petit monde, surtout que la version "normale" dure 2h40, et je ne parle même pas de la version longue, dont je vais parler ici, durant 3h47 (mwarf), dont 20 minutes de remerciements hein, donc en vérité elle ne dure "que" 3h25, ce qui est déjà long. Petit regret, nous sommes ici en face d'une version BluRay, sauf que comme pour la grosse édition DVD, la version longue est scindée sur 2 disques, si je comprends pour les plus de 4h du Retour du roi, là ça représente la même durée que Bilbo version longue, donc en fait ça casse un peu le rythme ou l'immersion du téléspectateur. C'était pour râler un peu. Surtout que c'était pour placer les différents commentaires audios, prenant pas mal de place, si ce procédé a été utilisé, du moins je suppose. Mais regardons la bande annonce, en sachant que j'ai vu ce film il y a quelques temps en VF, et plus récemment en VOST.

Vidéo de LeSeigneurDesAnneaux.

Premier point, la version cinéma est suffisante, oui, les ajouts de la version longue sont sympathiques, mais rien d'indispensable, surtout pour le téléspectateur normal, après les gros fans eux apprécieront un rythme plus lent et plus proche du livre que le montage cinéma. Je n'ai pas (encore) lu le livre, et j'ai découvert le film dans sa version courte, cependant je ne parlerai pas trop des ajouts du film plus long, car en fait je ne les ai pas détectés, oui, je sais, ce n'est pas très sérieux mais bon, si nous passions à l'histoire?

Déjà les Hobbits mettront près de 1 heure pour quitter la Comté. C'est long. Oui, nous apprenons à connaître ce peuple de semi homme paisible, qui aime manger, boire et faire la fête, surtout quand il s'agit de célébrer les 111 ans du héros Bilbon Sacquet (Bilbo Baggins en VO). Gandalf le gris arrive pour cette fête donc, reprenant ainsi la toute fin de La bataille des cinq armées. On découvre Frodo, Sam, Merry et Pippin, tous aux caractères différents, et alors que Bilbo joue un tour à ses amis Hobbits, il quitte la Comté afin de retrouver les joies de son voyage effectué dans sa jeunesse. On y verra que l'anneau unique a quelque peu modifié le comportement du petit homme, possédant une sorte d'aura maléfique. D'ailleurs je mens en disant que pendant 1 heure nous verrons les Hobbits chez eux, vu que nous avons droit à une introduction spectaculaire nous contant l'histoire des anneaux, et la bataille qui vit Sauron, le mal à l'état brut (de pomme) se faire battre par un homme. Ce qu'il y a d'assez bluffant, c'est qu'aujourd'hui encore, tout fonctionne, les effets spéciaux, la réalisation, on croit sans soucis que le film est sorti dans les années 2010, alors qu'il est nettement plus ancien.

Mais revenons à nos Hobbits, Bilbo parti, Frodo se voit contraint de mener l'anneau unique en lieu sûr, à Fondcombe pour être précis. Je vous passe sur la façon dont un petit groupe de Hobbits se forme, tout ceci est très bien amené, et de façon naturel. En parallèle, Gandalf (Ian McKeller car il faut bien citer les acteurs un peu) va demander de l'aide à Saroumane (le regretté Christopher Lee), seulement celui-ci montrera son vrai visage, il s'est allié à Sauron afin de conquérir le monde de la Terre du milieu *rire maléfique*. Du coup, les semi hommes qui pensaient trouver Gandalf à Bree, non sans avoir constaté le danger qui les guette avec les Nazgûls à leur poursuite, vont avoir la chance de tomber sur un rôdeur, qui s'avérera être Aragorn, le descendant direct du trône du Gondor. Je vous passe la lutte contre les chevaliers noirs, pour l'arrivée à Fondcombe, citée magnifique des elfes, où l'on retrouve Elrond (Hugo Weaving), c'est ici, après un bref repos, qu'il sera décidé de détruire l'anneau dans les feux de la montagne du destin, en plein territoire ennemi, le Mordor. Et alors que les races se battent pour savoir qui va accomplir la mission, mais aussi que Boromir (Sean Bean) aimerait bien utiliser cet anneau contre Sauron, la bravoure d'un petit Hobbit mettra tout le monde d'accord. Et part un jeu de domino, la communauté sera formée de Frodo (Elijah Wood), Sam (Sean Astin), Merry (Dominic Monaghan) et Pippin (Billy Boyd) pour la race Hobbit, Gandalf en magicien, Legolas (Orlando Bloom) pour les elfes, oui, pas de Arwen (Liv Tyler) malheureusement, Gimli (John Rhys-Davies) pour les nains et enfin, représentant les hommes, Boromir donc et Aragorn (Viggo Mortensen). Ainsi j'ai pu cité les acteurs principaux je pense, oui, il manque Andy Serkis en Gollum, mais nous le voyons assez peu dans ce film.

Et c'est là que s'achève le premier disque. Si, en terme d'action, il n'est pas prolifique, la deuxième partie sera un peu plus intense, mais je ne vais pas non plus faire un résumé du film. Comme je l'ai déjà dit, le film impressionne par sa technique loin d'être dépassée, le tout est encore parfaitement lisible, même impressionnant par moment moment, la Moria est effrayante, et les affrontements face aux monstres gigantesques, tel que le calamar géant, ou poulpe géant, je ne sais pas, mais aussi le troll ou mieux, Balrog, tout ceci est impressionnant et spectaculaire, même 16 ans après. Bon, les plans aériens larges et souvent moqués (notamment par le Palmashow) sont nombreux dans cette version longue, et j'estime qu'ils ne lassent pas, au contraire ils mettent en avant les décors somptueux de la Nouvelle Zélande, pays d'origine du réalisateur Peter Jackson. Les combats sont parfaitement chorégraphiés, le dernier étant d'une puissance effrayante, avec cette horde de Huruk Haï. Le film se termine par la fin de la communauté de l'anneau, Frodo et Sam, suivis par Gollum, partants en Mordor, Legolas, Gimli et Aragorn cherchant à sauver les membres enlevés par les monstres.

Si ce premier film, surtout en version longue, est un peu mou, il n'en demeure pas moins passionnant, prenant de son début jusqu'à la fin, même si il n'y a pas de bataille épique contrairement à ses 2 suites (le gouffre de Helm pour Les deux tours, Minas Tirith pour Le retour du roi), nous avons droit à une dose d'action impressionnante, mieux, dans la version longue nous avons un gros clin d'œil à Bilbo avec les Trolls en pierre, ce qui ravira les fans. L'introduction des personnages est progressive, et même quand on connait le film, on reste attentif, comme happé par ce récit magique, ce récit de fantasy mis en images de façon sublime par Peter Jackson. C'est un épisode presque fondateur, et si il n'offre pas une action époustouflante, il reste impératif de le voir pour sa façon de poser l'univers. Je le redis, mais la version longue n'est pas indispensable, seulement le film est tellement bon, qu'il serait dommage de ne pas rester un peu plus dans cet univers magnifique. J'ai l'impression de me répéter, pardonnez moi. Un film indispensable, à voir et même à posséder obligatoirement, sauf si vous détestez la fantasy évidemment. Personnellement, je prends toujours autant de plaisir à le voir et revoir, surtout après Bilbo.

@+

Le coffret.

Le coffret.

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article